01/01/2012

Néhémie 1:1 La prière de Néhémie


 

NEHEMIE, LE GOUVERNEUR
NEHEMIE 1 à 13

 
Voici douze ou treize ans qu’Esdras, prêtre et scribe, était monté à Jérusalem ; et voici, il vient à l’oreille d’un homme demeuré auprès du roi de Perse que les traces de la ruine de Jérusalem ne sont toujours pas effacées, les brèches de la muraille ne sont pas colmatées, et que s’est essoufflé l’élan du retour à Jérusalem. Certes, nous pouvons le comprendre, alors que les fidèles montés au pays quatre-vingt-dix ans plus tôt ont été "recueillis vers leurs pères"(Genèse 15:15), et ceux qui connurent l’achèvement du temple ont au moins soixante-dix ans. Chaque génération doit reprendre à son tour le flambeau et assumer comme à nouveau le combat de la foi ; comme nous pouvons le comprendre, cette disposition ne s’acquiert pas simplement à la naissance.
 
Retenu par son service auprès du roi de Perse, Néhémie est attentif à ce qui se vit à Jérusalem et en Judée, et bravant la rigueur de la cour il évoquera les causes de son trouble. Cet homme de foi étant prêt à s’engager, le Seigneur lui ouvrira le chemin ; lui, qui n’est ni prêtre ni lévite, conduira les Judéens de Judée à un nouveau réveil spirituel, après qu’Esdras ait œuvré pour que le peuple se sépare des "abominations des nations"(Esdras 9:11).
 
C’est avec une énergie indomptable que Néhémie mènera son entreprise. Un jour d’hiver, au mois de Kislev, averti par son frère de l’état de la muraille de Jérusalem, un chantier abandonné depuis une vingtaine d’années, l’homme de Dieu est dans la tristesse pendant plusieurs mois. Lorsque le printemps arrive, et le début de l’année religieuse, au mois de Nisan, celui de la Pâque et des Pains sans levain, l’opportunité lui est donnée de parler au roi de la tristesse qui l’envahit. L’ouverture est faite, la ville de Jérusalem va reprendre vie sous sa houlette. Lorsque les Judéens se seront mis au travail, il ne faudra pas deux mois pour que soit réparée cette muraille qui attend depuis quatre-vingt-dix années…
 
Oppositions de l’extérieur, flottement moral de quelques Judéens, travail sous la menace… Néhémie eût le ressort nécessaire pour faire face à tous les obstacles.
 
Et lorsque vient le septième mois, après les moissons, le peuple fut assemblé pour la lecture publique de la Loi, sous la conduite d’Esdras. Le nouvel an juif, au septième mois de l’année religieuse est, cette année là, comme un nouveau recommencement, un nouvel engagement des Judéens envers Dieu ; la fête des Tentes, Succot, au quatorzième jour du mois, est alors célébrée dans la joie. La dédicace de la muraille peut alors être célébrée avec faste. Néhémie établit alors les règles pour le respect du shabbat et le fonctionnement du service du temple.
 
Mais tout est toujours à recommencer ! A peine Néhémie a le dos tourné, étant quelques temps auprès du roi des Perses, qu’il se manifeste de nouveaux écarts, graves, et même gravissimes, par le fait d’alliances profanes avec des notables non israélites de la région… Et ce sont de nouveaux combats d’un homme dont l’énergie semble inépuisable…


 

 
MONTEE A JERUSALEM
NEHEMIE 1 et 2

 
L’action de Néhémie commence en l’an 445, en la vingtième année du roi Artaxerxés (465-424), lorsqu’un de ses frères lui donne des nouvelles alarmantes touchant Jérusalem. Néhémie est au service du roi des Perses, occupant une fonction de grande confiance ; mais il est tourné vers ceux de sa nation qui sont à Jérusalem… C’est pour ainsi dire son carnet intime, ayant décrit lui-même ce qui est l’œuvre de sa vie.


La prière de Néhémie – Néh.1:1-11

Lors de la venue de son frère Hanani et de ses compagnons, c’est Néhémie lui-même qui interroge, car il est en soucis, désireux d’avoir des nouvelles de Jérusalem. Et ce qu’il entend le désole ! Soulignons la force des mots : "au comble du malheur et du déshonneur" ! Ainsi est vue la situation alors qu’Esdras œuvrait avec fidélité, assurément ; il lui a fallu redresser un état de fait inquiétant, à savoir les alliances mixtes, ceci étant un révélateur de l’abandon progressif de la vocation particulière des Israélites, ce pourquoi les parents ou grands-parents avaient quitté Babylone au temps de Cyrus-le-Grand. Ce combat d’Esdras conduisit à des séparations d’avec les épouses étrangères, mais ces alliances étaient le fruit d’un mal plus profond, à savoir l’abandon du projet de restauration qui était au cœur des compagnons de Joshua et Zorobabel ; sans ce projet si enthousiasmant répondant à la parole prophétique entendue à Babylone (Esaïe 40 à 66), le chemin d’un témoignage à Dieu n’est plus qu’une contrainte légale sans joie et sans fruit… C’est un renouvellement de cette joie qu’apportera Néhémie.

1  1 Les paroles de Néhémie, fils de Hacalia.
 
Au mois de Kislev, la vingtième année, comme j'étais à Suse, la capitale,
2 Hanani, l'un de mes frères, lui et quelques hommes arrivèrent de Juda. Je les interrogeai au sujet des Judéens rescapés de la captivité, et au sujet de Jérusalem. 3 Ils me répondirent : Ceux qui sont restés de la captivité sont là, dans la province, au comble du malheur et du déshonneur ; la muraille de Jérusalem est en ruine et ses portes sont détruites par le feu.
 
4 Lorsque j'entendis ces paroles, je m'assis et je me mis à pleurer. Pendant plusieurs jours, je menai deuil, je jeûnai, et je priai le Dieu des cieux, 5 et je dis :

Je te supplie, ô Éternel, Dieu des cieux, Dieu grand et terrible qui gardes l'alliance et la bonté envers ceux qui t'aiment et qui gardent tes commandements ! 6 Je t’en prie, que ton oreille soit attentive, que tes yeux soient ouverts, pour écouter la prière de ton serviteur que je fais aujourd'hui devant toi, jour et nuit, pour les Israélites, tes serviteurs, en confessant les péchés des Israélites, nos péchés contre toi ; moi et ma famille, nous avons péché. 7 Nous avons vraiment mal agi envers toi, et nous n'avons pas gardé les commandements, les statuts et les ordonnances que tu as donnés à ton serviteur Moïse. 8 Souviens-toi, je te prie, de la parole que tu as commandée à ton serviteur Moïse, en disant : Si vous êtes infidèles, je vous disperserai parmi les peuples ; 9 mais si vous revenez à moi, que vous gardez mes commandements pour les mettre en pratique, alors, quand même vous seriez dispersés aus extrémités des cieux, de là je vous rassemblerai et je vous ramènerai au lieu que j'ai choisi pour y faire demeurer mon nom. 10 Ils sont tes serviteurs et ton peuple, que tu as libérés par ta grande puissance et ta main forte. 11 Je te supplie, Seigneur, que ton oreille soit attentive à la prière de ton serviteur, et à la prière de tes serviteurs qui prennent plaisir à craindre ton nom ! Donne-moi aujourd’hui de réussir et accorde-moi la compassion de cet homme.

Or moi, j'étais échanson du roi.

Une remarquable prière. Nous ne voyons pas l’homme quémander une faveur au Seigneur, mais reconnaître devant Dieu la responsabilité de la nation, à laquelle il s’associe sans réserve, et exprimer avec simplicité et foi ce qu’il connaît de Dieu ; il souligne en particulier la vraie nature de l’Alliance, la constance de l’Alliance du côté du Seigneur, et s’appuie sur la parole de Dieu en évoquant le retour dans les liens de l’Alliance pour ceux qui en ont été privés.
 
Soulignons cette parole qui souligne la constance de Dieu : "Dieu grand et terrible qui gardes l'alliance et la bonté envers ceux qui t'aiment et qui gardent tes commandements !" La fidélité de Dieu à sa propre parole s’applique à toutes paroles, autant celles dites aux pères en Israël, que nous lisons ici, que toute parole d’alliance exprimées en tout temps, et aussi pour nos jours à nous qui lisons aujourd’hui.
 
Un retour après la ruine ? Nous le lisons en ces mots : "Et lorsque toutes ces choses que j'ai mises devant toi seront venues sur toi, la bénédiction et la malédiction, et lorsque tu les auras rappelées dans ton cœur, parmi toutes les nations où l'Éternel, ton Dieu, t'aura chassé, et que tu seras retourné à l'Éternel, ton Dieu, et que tu auras écouté sa voix, selon tout ce que je te commande aujourd'hui, toi et tes fils, de tout ton cœur et de toute ton âme, il arrivera que l'Éternel, ton Dieu, rétablira tes captifs, et aura pitié de toi ; et il te rassemblera de nouveau d'entre tous les peuples, où l'Éternel, ton Dieu, t'avait dispersé." (Deutéronome 30:1-3).
 
L’homme de Dieu souligne enfin le caractère des fidèles : "tes serviteurs qui prennent plaisir à craindre ton nom !" En ceci, nous pouvons souligner cette évidence, que nul n’est prédestiné à une telle rédemption, et nul n’en est écarté par quelque décret : elle est pour tout homme qui, sans regarder aux circonstances par essence fluctuantes, a au cœur la parole de Dieu, ce qu’il peut en avoir reçu, et est animé de la volonté d’y marcher. Nul n’en est écarté, seule la volonté de s’en écarter empêche d’entrer dans cette vie de confiance en Dieu.


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Néhémie 2:1 La mission donnée à Néhémie


 

Néhémie autorisé à monter à Jérusalem – Néh.2:1-10

Quatre mois ont passé depuis le rapport fait à Néhémie touchant Jérusalem, le mois de Nisan arrive avec le printemps, et la fête de la Pâque qui devait être célébrée.
 
Dans la présence de roi, nul ne pouvait engendrer chez lui quelque souci ; le serviteur est entièrement à son service et ses propres préoccupations ne peuvent paraître en aucune manière. Or, le visage de Néhémie était tellement marqué par sa peine pour Jérusalem que le roi en est intrigué et le questionne… La peur envahit l’homme de Dieu, mais il se résout à parler vrai, lui faisant part du projet qu’il a mûri en lui-même depuis que son frère lui a parlé à son retour de Jérusalem.

2  1 Au mois de Nisan, la vingtième année du roi Artaxerxès, comme le vin était devant lui, je pris le vin et le présentai roi. Jamais je n’avais paru triste en sa présence. 2 Le le roi me dit : Pourquoi as-tu le visage triste ? Tu n'es pourtant pas malade ; ce ne peut être qu’une tristesse de cœur. 3 J'eus extrêmement peur, et je répondis au roi : Que le roi vive à toujours ! Pourquoi mon visage ne serait-il pas triste, alors que la ville où sont les tombeaux de mes pères est dévastée, et que ses portes ont été consumées par le feu ? 4 Le roi me dit : Que demandes-tu donc ? 5 Je priai le Dieu des cieux et je répondis au roi : Si le roi le trouve bon, et si moi, ton serviteur, j’ai ta faveur, envoie-moi en Juda, à la ville des tombeaux de mes pères, pour que je la rebâtisse. 6 Alors le roi, auprès duquel la reine se trouvait, me dit : Combien de temps ton voyage durera-t-il, et quand seras-tu de retour ? Il plut au roi de me laisser partir, et je lui indiquai une durée. 7 Puis je dis au roi : Si cela te semble bon, ô roi, qu’on me donne des lettres pour les gouverneurs de l'autre côté du fleuve, afin qu'ils me laissent passer jusqu'à mon arrivée en Juda, 81 et une lettre pour Asaph, gardien de la forêt du roi, afin qu'il me fournisse du bois de charpente pour des portes de la citadelle attenant à la Maison, pour la muraille de la ville et pour la maison où je demeurerai. Le roi me l’accorda, car la bonne main de mon Dieu était sur moi.
 
9 Je me rendis auprès des gouverneurs de l'autre côté du fleuve, et leur remis les lettres du roi. Le roi m’avait fait accompagner par des officiers et des chars. 10 Sanballat, le Horonite, et Tobija, l’administrateur ammonite, l’ayant appris, prirent très mal qu’un homme fût venu pour chercher le bien des fils d'Israël.

Il a fallu pour Néhémie une grande foi, avant qu’il n’entende cette parole surprenante du roi répondant si promptement à sa requête. Une fois de plus nous voyons que la foi se manifeste par des œuvres de foi (Jacques 2:18) ; et ici l’audace de répondre au roi et d’exprimer la demande de pouvoir accomplir le projet qu’il a conçu en lui-même dans son attachement au Seigneur et au peuple choisi pour être témoin de ses desseins.
 
Sanballat le Horonite, de la ville de Beth-Horon dans la région de Samarie, paraît bien être un chef des Samaritains, tandis que Tobija, un Ammonite, semble être son serviteur et secrétaire. Ils sont l’un et l’autre liés à des familles judéennes en vue (Néhémie 6:17-19). Nous pouvons lire que le grand prêtre Eliashib était allié de Tobija et qu’un de ses petit-fils était gendre de Samballat (Néhémie 13:4,28). Ces deux menèrent l’opposition durant ces années, et cela avec la complicité de notables judéens…


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

22:00 Écrit par Eric dans ESDRAS ET NEHEMIE, Néhémie 1 à 7 | Commentaires (0)

Néhémie 2:11 Inspection des murailles de Jérusalem


 

Inspection de l’état des murailles – Néh.2:11-20

Le voyage se fait sous le couvert de la protection royale, comme nous le voyons, et cela produit une animosité qui n’osa pas se montrer immédiatement, mais qui ne tardera pas à se manifester. Un constat de Néhémie, sur le coup, mais il a d’autres pensées à l’esprit. Il va faire le tour de la ville pour examiner cette ruine dont son frère lui a fait part… Personne n’est averti du but de sa venue, et le tour de la ville fut fait dans le plus grand secret.

11 J'arrivai à Jérusalem, et j’y passai trois jours. 12 Puis je me levai pendant la nuit avec quelques hommes, sans avoir indiqué à persomme ce que mon Dieu m'avait mis au cœur de faire pour Jérusalem. Il n’y avait avec moi d’autre bête de somme que celle que je montai. 13 Je sortis de nuit par la porte de la Vallée, en face de la source du Chacal, vers la porte du Fumier, en inspectant les murailles de Jérusalem, en ruine et ses portes consumées par le feu. 14 Je passai à la porte de la Fontaine, et au Réservoir du Roi, et il n'y avait pas de place où la bête que je montais puisse passer. 15 Je montai de nuit par le torrent, et j’inspectai la muraille. Puis je rentrai par la porte de la Vallée et fus ainsi de retour.
 
16 Les chefs ne savaient pas où j'étais allé, ni ce que je faisais. Jusqu’à ce moment, je n'avais rien communiqué aux Judéens, ni aux prêtres, ni aux nobles, ni aux chefs, ni aux autres qui exerçaient quelque fonction. 17 Je leur dis alors : Vous voyez la misère dans laquelle nous sommes ! Jérusalem est dévastée et ses portes sont brûlées par le feu. Venez, rebâtissons la muraille de Jérusalem, et que nous ne soyons plus dans l'opprobre. 18 Je leur racontai comment la bonne main de mon Dieu avait été sur moi, et aussi quelles paroles le roi m'avaient adressées. Ils dirent : Levons-nous et bâtissons. Et ils prirent courage pour cette œuvre bonne.
 
19 1 Sanballat, le Horonite, Tobija, l’administrateur ammonite, et Guéshem, l'Arabe, l'ayant appris, se moquèrent de nous et nous traitèrent avec mépris. Ils dirent : Que faites vous là ? Voulez-vous vous révolter contre le roi ? 20 Je leur fis cette réponse : Le Dieu des cieux, lui, nous fera réussir. Nous, ses serviteurs, nous nous tiendrons debout nous bâtirons ; mais vous, vous n'avez ni part, ni droit, ni souvenir à Jérusalem.

L’attachement à l’Alliance, la prière secrète pendant quatre ou cinq mois, la conviction naissante de devoir mener cette œuvre de reconstruction… Ce chemin rencontra de façon surprenante l’adhésion du roi des Perses, et maintenant, sur la parole de Néhémie, un autre verrou se brise : à l’appel à se remettre au travail, la réponse est positive et immédiate : "Levons-nous et bâtissons." Sans doute pouvons-nous comprendre que plusieurs s’appuyèrent davantage sur la lettre de mission signée par le roi Artaxerxés, mais comme la suite nous le confirme, ce qui prévalut est un engagement enthousiaste et énergique.
 
Le temps du redressement, le temps du travail, dut en faire revivre plus d’un, parmi ceux qui réalisaient avec douleur qu’il y avait si peu de progrès dans cette œuvre de renaissance initiée près d’un siècle plus tôt.


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

21:00 Écrit par Eric dans ESDRAS ET NEHEMIE, Néhémie 1 à 7 | Commentaires (0)

Néhémie 3:1 Relèvement des murailles de Jérusalem


 

LE TEMPS DE LA RECONSTRUCTION
NEHEMIE 3 et 7

 
Nulle longue délibération ! Tout le monde se met immédiatement au travail !
 
Après les travaux, Néhémie en rend compte, citant d’abord les familles qui s’y engagèrent, faisant l’une ou l’autre observation touchant le zèle particulier de plusieurs. Ensuite, il s’applique à exposer comment furent vécues ces cinquante-deux jours de travail acharné ; les difficultés venant d’une part des habitants non-judéens du pays, menés par le nommé Sanballat, et d’autre part du ressenti des plus pauvres parmi les Judéens. Des réponses fermes sont données à ces deux écueils ; des dispositions claires et fortes pour conduire à une plus grande justice sociale, et une détermination inflexible à poursuivre la reconstruction, les Judéens ayant poursuivi le travail les armes à la main…
 
Cette œuvre de reconstruction qui attendait depuis de nombreuses années, interrompue vingt années plus tôt sous la pression des ennemis des Judéens par la lettre qu’Artaxerxés écrivit au commencement de son règne, sera achevée en 52 jours, du 3 Av (5e mois) au 25 Eloul (6e mois), en la vingtième année du roi Artaxerxés (445). Une œuvre de foi menée sous la houlette d’un homme énergique et déterminé.
 
La sécurisation de la ville donne alors occasion à Néhémie de fixer les règles d’ouverture des portes. A la suite de quoi un registre d’état-civil est constitué. Nous sommes ici devant un administrateur énergique et avisé.


Le relèvement de la muraille de Jérusalem – Néh.3:1-32

Néhémie ne peut oublier les noms de ceux qui travaillèrent, il écrit ici comme un livre de souvenir pour les générations à venir, car cette œuvre collective est la résultante d’engagements personnels librement consentis.
 
Les noms sont cités selon la portion de la muraille à laquelle ils travaillèrent, en parcourant la muraille depuis la Porte des Brebis, au nord-est de la ville et faisant le tour, de porte en porte, vers l’ouest d’abord et poursuivant le long de la vallée de Hinnom à l’ouest et au sud, pour achever par la muraille à l’ouest, le long de la cité de David, des habitations des Lévites et enfin du Temple.

3  1 Éliashib, le grand prêtre, et ses frères, les prêtres, bâtirent la porte des Brebis ; ils la consacrèrent et en posèrent les battants. Ils la consacrèrent depuis la tour de Méa jusqu'à la tour de Hananeël. 2 Á côté d'eux bâtirent les hommes de Jéricho ; et à côté d'eux bâtit Zaccur, fils d'Imiri.
 
3 Les fils de Senaa bâtirent la porte des poissons ; ils en firent la charpente et en posèrent les battants, les verrous et les barres. 4 Á côté d'eux travailla Merémoth, fils d'Urie, fils d'Haqqots ; à côté d'eux travailla Meshullam, fils de Bérékia, fils de Meshézabeël ; et à côté d'eux travailla Tsadok, fils de Baana ; 5 et à côté d'eux travaillèrent les Thekohites, mais les principaux d'entre eux ne plièrent pas leur cou au service de leur Seigneur.

D’emblée, nous voyons les différences dans l’ardeur des Judéens. Le grand prêtre et ses frères restaurent la Porte des Brebis, ouvrant sur la route de Jéricho. D’autres bâtirent aussi dans cette section de la muraille du nord de la ville, et parmi eux il faut signaler les fils de Senaa, des gens du peuple, ni prêtres ni lévites (Esdras 2:35), qui eurent à cœur d’achever la reconstruction de la Porte des Poissons en y posant non seulement les battants, mais aussi les verrous et les barres… Et nous lisons aussi l’importance que donne le grand prêtre à son propre travail, à la Porte des Brebis, lorsqu’il organise une célébration pour son travail inachevé… Et nous pouvons nous poser cette question : Pourquoi ? Et que sert une porte, avec ses battants, si des verrous ne sont pas posés et qu’elle ne permet donc pas de fermer l’accès à la ville ?
 
Soulignons aussi cette mention touchant les principaux d’entre les Judéens de Thékoa, lesquels ne mirent pas les mains à la pâte.
 
Après la Porte des Poissons, c’est la Porte du Vieux Mur, quelques dizaines de mètres plus loin, l’une et l’autre réparées avec le même soin. Ensuite viennent des personnes établies dans d’autres villages de Judée comme aussi des notables de la ville même, et l’un d’entre eux travailla à la muraille avec ses filles. D’autres réparèrent même plus d’une portion…

6 Jehoïada, fils de Paséakh, et Meshullam, fils de Besodia, réparèrent la porte du Vieux mur ; ils en firent la charpente et en posèrent les battants, et les verrous et les barres.
 
7 Á côté d'eux travaillèrent Melatia, le Gabaonite, Jadon, le Méronothite, les hommes de Gabaon et de Mitspa, vers le siège du gouverneur de l'autre côté du fleuve ; 8 à côté d'eux travailla Uziel, fils de Harhaïa, l'un des orfèvres ; et à côté de lui travailla Hanania, d'entre les parfumeurs. Ils restaurèrent Jérusalem jusqu'à la muraille large. 9 Á côté d'eux travailla Rephaïa, fils de Hur, chef de la moitié du district de Jérusalem. 10 Á côté d'eux travailla Jedaïa, fils de Harumaph, vis-à-vis de sa maison. Á côté de lui répara Hattush, fils de Hashabnia.
 
11 Malkija, fils de Harim, et Hashub, fils de Pakhath-Moab, réparèrent une seconde portion et la tour des Fours. 12 Á côté d'eux travaillèrent Shallum, fils d'Hallokhesh, chef de la moitié du district de Jérusalem, lui et ses filles.

Voici pour les parts du nord et de l’ouest de la ville… La narration en vient à la Porte de la Vallée, la profonde vallée de Hinnom au triste souvenir des offrandes humaines d’un culte idolâtre (2 Rois 23:10, Jérémie 32:35). La Porte est réhabilitée avec ses battants, ses verrous et ses barres, ainsi que la porte suivante, le Porte du Fumier. Cela fait toute la muraille au sud de la ville réparée par ces quelques-uns.

13 Hanun et les habitants de Zanoakh réparèrent la porte de la Vallée ; ils la bâtirent et en posèrent les battants, les verrous et les barres. Ils firent de plus mille coudées de la muraille, jusqu'à la porte du Fumier. 14 Malkija, fils de Récab, chef du district de Beth-Hakkérem, répara la porte du Fumier ; il la bâtit et en posa les battants, les verrous et les barres.

Vient la muraille tournée vers l’orient, depuis l’angle, la Porte du Fumier, jusqu’à la Porte des Brebis, à l’est. Notons le soin particulier apporté à la Porte de la Fontaine, près de l’étang de Siloé et de la Ville de David.

15 Shallun, fils de Col-Hozé, chef du district de Mitspa, répara la porte de la Fontaine. Il la bâtit, la couvrit, et y posa les battants, les verrous et les barres. Il fit aussi la muraille de l'étang de Siloé, près du jardin du roi, et jusqu'aux marches qui descendent de la ville de David. 16 Au-delà, Néhémie, fils d'Azbuk, chef de la moitié du district de Beth-Tsur, travailla jusqu’en face des sépulcres de David, jusqu’au réservoir construit et jusqu'à la maison des hommes forts.

Le parcours circulaire de la ville arrive au lieu d’habitation des Lévites, et nous voyons ceux-ci y travailler, souvent devant leur propre maison. De Baruc, fils de Zabbaï, il est souligné qu’il travailla avec ardeur jusqu’à l’entrée de la maison d’Eliashib, le grand-prêtre. A côté de lui, Mérémoth, fils d’Urie, eût à cœur de réparer la muraille devant la maison du grand-prêtre, alors que celui-ci s’était réservé la réfection, bien plus en vue, de la Porte des Brebis, mais sans aller jusqu’à la sécuriser – il n’y posa pas les verrous – et s’empressa de conduire une célébration touchant son propre travail… (Néhémie 3:1). Plus loin, nous verrons la duplicité d’Eliashib, allié à des notables du pays, et bien loin de s’appliquer à garder la séparation religieuse attendue (Néhémie 13:4). Autre est ce Mérémoth, fils d’Urie, également de la famille sacerdotale, qui fit ce travail devant la maison d’Eliashib après qu’il eût travaillé déjà à la muraille nord (Néhémie 3:4,21).

17 Plus loin travaillèrent les Lévites : Rehum, fils de Bani ; à côté de lui Hashabia, chef de la moitié du district de Kehila, travailla pour son district ; 18 après lui travaillèrent leurs frères, Bavvaï, fils de Hénadad, chef de la moitié du district de Kehila, 19 à côté de lui, Ézer, fils de Jéshua, chef de Mitspa, répara une seconde portion, vis-à-vis de la montée de l'arsenal, à l’Encoignure. 20 Après lui, Baruc, fils de Zabbaï, répara avec ardeur une autre portion, depuis l'angle jusqu'à l'entrée de la maison d'Éliashib, le grand prêtre. 21 Après lui Merémoth, fils d'Urie, fils d'Hakkots, répara une autre portion, depuis l'entrée de la maison d'Éliashib jusqu'au bout de la maison d'Éliashib. 22 Après lui réparèrent les prêtres, hommes de la plaine du Jourdain. 23 Après eux, Benjamin et Hashub réparèrent vis-à-vis de leur maison. Après eux, Azaria, fils de Maascéïa, fils d'Anania, répara à côté de sa maison. 24 Après lui, Binnuï, fils de Hénadad, répara une seconde portion, depuis la maison d'Azaria jusqu'à l'Encoignure et jusqu'au coin.

Le rapport des travaux concerne maintenant les dernières portions de la muraille. Aucune part n’aura été négligée. Et nous voyons en particulier les habitants de Thékoa, petit bourg situé à dix kilomètres au sud de Bethléem, le village du prophète Amos, dont les principaux ne mirent pas la main à l’ouvrage, e qui réparèrent une seconde portion après avoir achevé une part de la muraille nord (Néhémie 3:5,27).

25 Palal, fils d'Uzaï, répara vis-à-vis de l'Encoignure et de la tour Haute qui faisait saillie depuis la Maison du roi, près de la cour de la prison. Après lui répara Pedaïa, fils de Parhosh. 26 Les Nethiniens qui demeuraient en Ophel, réparèrent jusqu’en face de la porte des Eaux, au levant, et de la tour en saillie. 27 Derrière eux, les Thekohites réparèrent une seconde portion, vis-à-vis de la Grande Tour en Saillie, et jusqu'au mur d'Ophel.
 
28 Les prêtres réparèrent au-dessus de la porte des Chevaux, chacun vis-à-vis de sa maison. 29 Après eux, Tsadok, fils d'Immer, répara vis-à-vis de sa maison, et après lui répara Shemahia, fils de Shecania, gardien de la porte du Levant. 30 Après eux, Hanania, fils de Shélémia, et Hanun, sixième fils de Tsalaph, réparèrent une seconde portion. Après eux, Meshullam, fils de Bérékia, répara vis-à-vis de sa demeure. 31 Après lui, Malkija, d'entre les orfèvres, répara jusqu'à la maison des Nethiniens et des marchands, vis-à-vis de la porte de Miphkad, et jusqu'à la montée du coin. 32 Et les orfèvres et les marchands réparèrent entre la montée du coin et la porte des Brebis.

Le tour est complet, la muraille est entièrement prise en charge, car "le peuple avait prit le travail à cœur." Néhémie a eu à cœur de mentionner ces hommes et ces femmes qui prirent part aux travaux, l’ardeur des uns, le souci d’achèvement de la plupart, le zèle de ceux qui ayant terminé une portion allèrent combler les manques ailleurs ; il a dû faire état aussi de participations de pure forme de la part du grand-prêtre, dont la charge ne permit pas qu’il s’abstint de contribuer… Il fallait encore évoquer la réaction des gens du pays, Samaritains et autres, et des menaces qu’ils firent ressentir pendant ces semaines de labeur enthousiaste des Judéens.


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Néhémie 4:1 Pressions pour l'arrêt des travaux


 

Pressions pour l’arrêt des travaux – Néh.4:1-23

Tous ces Judéens à Jérusalem, actifs sur les murailles ! Cela ne pouvait passer inaperçu… A1ors, que voyons-nous ? Irritation, colère, mépris, et enfin menaces ! Le cortège des attitudes des opposants aux œuvres de foi, comme il en est en tous temps.

4  1 Lorsque Sanballat apprit que nous bâtissions la muraille, il se mit en colère ; il était extrêmement irrité et se moqua des Judéens. 2 Il parla devant ses frères et devant l'armée de Samarie, disant : Que font ces Judéens minables ? Les laissera-t-on faire ? Offriront-ils des sacrifices ? Croient-ils qu’ils achèveront un jour ? Feront-ils revivre les pierres ensevelies sous des monceaux de poussière, alors qu’elles ont été incendiées ? 3 Tobija, l'Ammonite, qui était à ses côtés, dit : Qu’ils bâtissent seulement ! Si un renard y montait, il ferait crouler leur muraille de pierres.

4 Écoute, ô notre Dieu, car nous sommes méprisés ! Fais retomber leurs outrages sur leurs propres têtes ; livre-les au mépris dans un pays de captivité ! 5 Ne couvre pas leur iniquité, que leur péché ne soit pas effacé de devant toi, car ils ont provoqué ceux qui bâtissent.

6 Mais nous continuâmes à rebâtir la muraille, et toute la muraille fut achevée jusqu'à la moitié de sa hauteur. Le peuple avait prit le travail à cœur.
 
7 Mais Sanballat et Tobija, les Arabes, les Ammonites et les Asdodiens furent fort courroucés d’apprendre que la réparation de la muraille de Jérusalem progressait et qu’on commençait à colmater les brèches. Ils se mirent dans une grande colère 8 et se liguèrent tous ensemble pour venir faire la guerre contre Jérusalem et lui causer du dommage.

Si la prière de Néhémie ne traduit pas une grande miséricorde, le texte que nous lisons a le mérite de la spontanéité et de l’ardeur ; il exprime un engagement sans faille pour le redressement de Jérusalem. Qui pourrait prétendre répliquer spontanément à une telle volonté de nuire sans réagir avec une semblable vivacité ? Sanballat et Tobija usent de tous les moyens pour casser l’élan religieux des Judéens.
 
La crainte et le découragement se font sentir, mais Néhémie demeure ferme, inflexible, et rappelle aux Israélites la puissance du Seigneur. La foi se manifeste alors ! Non une supplication peureuse attendant quelque miracle, mais dans un élan de confiance en Dieu, les actions propres à assumer leur propre travail. Une garde est mise en place jour et nuit et dès ce moment, ce sera les armes à la main que les Judéens poursuivront le travail.

9 Alors nous avons prié notre Dieu, et à cause d'eux nous établîmes une garde jour et nuit pour nous défendre contre eux. 10 Cependant Juda disait : Les forces des porteurs vacillent, les décombres sont considérables : nous ne parviendrons jamais à bâtir la muraille. 11 Et nos ennemis disaient : Ils ne sauront pas ni ne verront rien, jusqu'à ce que nous arrivions au milieu d'eux ; nous les tuerons, et ferons ainsi cesser l'ouvrage. 12 Or les Judéens qui habitaient près d'eux vinrent et nous le dirent par dix fois, de tous les lieux d'où ils venaient vers nous. 13 C’est pourquoi j'établis des postes dans les enfoncements, dans l'espace derrière la muraille, en des lieux découverts, et je plaçai le peuple par familles avec leurs épées, leurs lances et leurs arcs. 14 Je regardai et me levai, et je dis aux nobles, aux chefs et au reste du peuple : Ne les craignez pas ! Souvenez-vous du Seigneur, qui est grand et redoutable, et combattez pour vos frères, vos fils et vos filles, pour vos femmes et pour vos maisons.
 
15 Lorsque nos ennemis apprirent que nous étions informés et que Dieu avait fait échouer leur projet, nous retournâmes tous à la muraille, chacun à son travail. 16 Á partir de ce jour, la moitié de mes serviteurs travaillaient à l'œuvre, et l’autre moitié tenait les lances, les boucliers, les arcs et les cuirasses. Les chefs étaient derrière toute la maison de Juda. 17 Ceux qui bâtissaient la muraille et ceux qui portaient et chargeaient les fardeaux faisaient le travail d'une main et, de l'autre, tenaient une arme ; 18 ceux qui bâtissaient avaient chacun leur épée à la ceinture et bâtissaient ainsi. Celui qui sonnait de la trompette était à côté de moi.
 
19 Je dis aux notables, aux chefs et au reste du peuple : L'ouvrage est considérable et étendu, et nous sommes dispersés sur la muraille, éloignés les uns des autres. 20 Au lieu où vous entendrez le son de la trompette, là, rassemblez-vous auprès de nous ; notre Dieu combattra pour nous. 21 C’est ainsi que nous poursuivions l'ouvrage, la moitié d'entre nous la lance à la main depuis le lever de l'aurore jusqu'à l'apparition des étoiles. 22 Dans ce même temps, je dis au peuple : Que chacun passe la nuit à dans Jérusalem avec son serviteur ; la nuit, ils monteront la garde pour nous, et le jour ils travailleront. 23 Et nous ne quittions pas nos vêtements, ni moi, ni mes frères, ni mes serviteurs, ni les hommes de la garde qui me suivaient ; chacun gardait ses armes, même en allant à l’eau.

Inflexible ! Tel nous paraît Néhémie dans quelque situation qu’il se trouve ; mais rappelons-nous sa sensibilité : c’est un homme attaché à la pensée de Dieu touchant son peuple. Il fut profondément troublé lorsque son frère lui apprit que la ville était toujours en ruine, et sa visite nocturne de la muraille, dès son arrivée à Jérusalem fut un pèlerinage bien douloureux. Mais dès que la décision de bâtir fut acceptée par les notables et par le peuple tout entier, quelle fougue ! Rien ne pouvait l’arrêter, il maintient les travailleurs à l’ouvrage malgré les inquiétudes et le découragement, malgré les annonces alarmantes de ceux qui habitaient dans le voisinage des ennemis…
 
Et ces menaces venant de l’extérieur ne sont pas les seules. Le découragement fait revenir le peuple sur ses propres difficultés, celles touchant leur bien-être, c’est-à-dire l’injustice sociale qui se manifestait entre les Judéens…


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

19:00 Écrit par Eric dans ESDRAS ET NEHEMIE, Néhémie 1 à 7 | Commentaires (0)