17/03/2011

Malachie 1:1 Le prophète Malachie


 

Livre des "Petits Prophètes"
Le Prophète Malachie

Ceux qui craignent l’Éternel ont parlé l’un à l’autre,
et l’Éternel a été attentif et a entendu.
Malachie 3:16

Après que l’on eût composé, sans doute au cours de l’exil, un livre contenant les paroles des divers prophètes qui précédèrent la débâcle de Juda, ce rouleau fut complété par les paroles des prophètes d’après l’exil, Aggée et Zacharie, puis, le dernier, Malachie. Par après, d’autres hommes de Dieu se sont sans doute manifestés, mais nul écrit ne fut ajouté à ce livre. Il faut dire que ces lignes de notre livre annoncent l’état des choses qui devait prévaloir jusqu’à la venue du Messie.
 
Malachie signifie "Messager (ou Ange) de l’Éternel". La tradition a retenu un nom propre, le nom du prophète, tandis que la Bible grecque des LXX y voit une désignation masquant l’identité de la personne qui prononça ces oracles. Quoiqu’il en soit, nous ne connaissons pas l’histoire de cet homme de Dieu, sinon qu’il parût en Judée au sein de cette population venant des réchappés de Babylone, vraisemblablement après la reconstruction de la ville de Jérusalem sous la houlette de Néhémie. Malachie se situerait, à une vingtaine d’années près, vers l’an 400 avant notre ère.
 
La mention du "gouverneur" (1:8) situe bien l’homme dans le courant de la période perse, donc avant les conquêtes d’Alexandre-le-Grand, en 330. A l’Epoque de Malachie, le temple est construit, la sacrificature est à l’œuvre, et le peuple issu des réchappés de l’exil s’est petit à petit habitué à son statut ; leurs devanciers avaient relevé le témoignage ruiné par leurs ancêtres, ils avaient rebâti le temple et la ville, et eux-mêmes bénéficiaient ainsi de ce travail de foi. Outre l’action des prophètes Aggée et Zacharie (519-517), le peuple a pu jouir du service d’Esdras, monté de Babylone en 468, rejoint quelques années plus tard par Néhémie, un homme d’entreprise qui mena avec énergie la reconstruction de la muraille de Jérusalem. Le second voyage de Néhémie eût lieu en 443. A ce moment, il se trouva déjà une réelle lassitude dans la vie de la foi. Le peuple s’était assis dans une paix relative, et oubliait déjà cette foi des pionniers qui remontèrent de Babylone un siècle et demi plus tôt.
 
Qui était cet homme ? Un homme de Dieu, assurément, mais nous ne connaissons rien de lui-même. Ce que les pages de Malachie nous apprennent, c’est l’état moral de ces fils et filles de pionniers ! Et on ne peut manquer de se demander ce qui s’est passé pour qu’ils en soient là ! Et pourtant qu’est-ce qui peut nous étonner lorsque nous considérons le monde qui nous entoure ? Est-il un "réveil spirituel" qui ait tenu dans la durée ? Nous devons bien vite constater, au vu du cours de l’histoire et des mouvements spirituels, combien il est difficile de tenir le cap dans le chemin de Dieu. Et ces courtes pages nous instruisent alors, en quelques lignes, sur les choix de vie qui permettent à tout homme une course heureuse dans les difficiles chemins du monde.

1  1 Oracle, parole de l’Éternel à Israël par Malachie.

Dans ces pages de Malachie nous pouvons discerner deux sections dans lesquelles les thèmes évoqués se recoupent, mais selon des perspectives distinctes, suivies d’une annonce importante.
La première section évoque le peuple de Juda. La forme est celle d’un dialogue où le prophète assume tous les rôles : les paroles de Dieu, les provocations du peuple, des questions arrogantes, et les réponses de l’Éternel. Les prêtres et le peuple sont avertis des conséquences de leur attitude.
Ensuite, le prophète place son auditoire devant la perspective de la venue du Messie mettant en contraste divers aspects du comportement moral avec ce qu’implique cette venue attendue et même désirée par les Judéens. Et il met en exergue la foi réelle de ceux qui ont des cœurs engagés dans le chemin de l’alliance et "parlent l’un à l’autre" (3:16).
Enfin vient une courte annonce. Un précurseur, un prophète tel Élie, paraîtra un certain jour, pour annoncer l’apparition imminente du Messie.

Le prophète parle à Israël (1:1, 2:11), alors que seuls étaient autour de lui des Judéens rescapés de Babylone, ou plutôt leurs descendants. En fait, il devait se trouver alors des représentants des douze tribus, vu les mouvements de population, mais surtout ces familles représentaient la part visible du peuple avec lequel l’Éternel a fait alliance, le "peuple choisi" pour que le Nom de l’Éternel soit connu au monde. De là, d’ailleurs leur responsabilité particulière à laquelle le prophète fait indirectement référence dans ces pages.


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

Malachie 1:2 Mépris de l'amour de Dieu


 

L'ETAT DU PEUPLE ET DE LA SACRIFICATURE
1:2-2:17

Qui pourra nier l’usure du temps, et le déclin de la foi qui se produit lorsque l’élan des commencements s’estompe, lorsque le courage des pionniers s’en est allé avec eux. Nous le voyons déjà lorsque quelques Judéens remontèrent de Babylone. Reconstruire le temple était leur projet majeur, mais avaient-ils tous réalisé que cette œuvre se ferait dans un climat difficile, entourés qu’ils étaient de gens envieux qui ne tardèrent pas à se montrer ennemis. Et des serviteurs se sont levés pour réveiller la foi ; ce furent Aggée et Zacharie, puis Esdras et enfin Néhémie… Mais la flamme de chaque élan finit inévitablement par vaciller…

 
Le mépris de l’amour de Dieu - 1:2-5

Le peuple peut-il reconnaître que si ses bras son devenus lâches, c’est lui qui change, et non pas l’Éternel ! Est-ce la difficulté de la vie, ou bien au contraire un temps de relative tranquillité qui fit fonder l’ardeur ? Toujours est-il que la ferveur n’est plus, et le projet des devanciers est oublié. Un peuple choisi par Dieu ? Qu’est-ce que cela signifie ? Et l’on se dit : "En quoi l’Éternel nous aime-t-Il ?"

2a Je vous aime, dit l’Éternel ; et vous dites : En quoi nous aimes-tu ?
 
2b Ésaü n’était-il pas frère de Jacob ? dit l’Éternel. 3 Cependant j’ai aimé Jacob et j’ai haï Ésaü ; j’ai fait de ses montagnes un lieu dévasté et son patrimoine est aux chacals du désert. 4 Si Édom dit "Nous avons été détruits, mais nous rebâtirons les ruines", ainsi dit l’Éternel des armées : Qu’ils bâtissent, mais moi, je raserai ! On les appellera "territoire de méchanceté", et "le peuple contre lequel l’Éternel est indigné à toujours". 5 Vos yeux le verront, et vous direz en vous-mêmes : "L’Éternel est grand, au-dessus par delà les confins d’Israël".

" Je vous aime", dit le prophète au nom de l’Éternel. Et il prend à témoin Esaü, c’est-à-dire les Edomites dont le changement de nom évoque déjà ses propres abandons (Genèse 25:30). Né du mêle père qu’Israël, et nanti de privilèges, hors le droit d’ainesse, qu’en a-t-il fait ? Et au jour de Malachie Edom n’est plus une nation ; . ce qui en reste, Abdias en parla en ces termes : "L'arrogance de ton cœur t'a séduit, toi qui demeures dans les creux du rocher, ta haute habitation" (Abdias 3).
L’histoire d’Edom n’est pas bien glorieuse ; ce peuple frère d’Israël n’a eu de cesse de lui faire tort. Et lors de la débâcle de Juda, lors de l’exil, il s’est empressé de prendre ce qui restait, s’installant dans les villes du midi de Juda. De ceci, Abdias en a parlé avec douleur : C’était un siècle et demi avant la parole de Malachie. A l’époque où nous sommes arrivés les montagnes d’Edom leur avaient été ravie par les arabes Nabatéens qui y développèrent notamment la ville troglodyte de Pétra.
Edom, opportuniste, a tout perdu… Et la grâce de Dieu ne s’est jamais détournée d’Israël. Mais alors pourquoi, ramenés de Babylone, rétablis dans leur propre pays, se laissent-ils aller à provoquer Dieu disant : "En quoi nous aimes-tu ?"


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

Malachie 1:6 Profanation du nom du Seigneur


 

Le Nom du Seigneur est profané – 1:6-14

Dans cette condition, les prêtres poursuivent sans sourcilier leur activité, la présentation de sacrifices au temple. Mais c’était le rebut des troupeaux qui étaient mené au temple ! La question est-elle la qualité des bêtes offertes ou l’état d’esprit manifesté ?
 
Un prophète a exprimé de la part de l’Éternel : "J’ai aimé la bonté, et non le sacrifice, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes" (Osée 6:6). Le choix des sacrifices exprime bien le mépris des prêtres à l’égard de l’Éternel.

6 Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si donc je suis père, où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis maître, où est la crainte qui m’est due ? dit l’Éternel des armées, à vous, prêtres, qui méprisez mon nom. Vous dites : En quoi avons-nous méprisé ton nom ? 7 Vous présentez sur mon autel une nourriture souillée, et vous dites : En quoi t’avons-nous profané ? C’est en disant : La table de l’Éternel est méprisable.
 
8 Quand vous présentez en sacrifice une bête aveugle, n’est-ce pas mal ? Et quand vous en présentez une boiteuse ou malade, n’est-ce pas mal ? Offre-la donc à ton gouverneur ! Te fera-t-il bon accueil ? dit l’Éternel des armées.

Les formes de piété sont maintenues, des rites, des offrandes, des discours sans doute, mais il n’y a plus de réalité. Et se permettraient-ils un tel laisser-aller s’il s’agissait de se présenter devant le gouverneur ? Malachie en vient à une remarque très importante : le peuple est tributaire de la qualité de ses bergers ! Aussi le prophète les exhorte-t-il à implorer Dieu afin qu’Il use de grâce envers tout le peuple, ce "nous" exprimé par Malachie. Et il ajoute que c’est leur charge, à eux, les prêtres. Ceci rappelle la grande question de la responsabilité des bergers d’Israël ; Ézéchiel parla des "pasteurs qui se paissent eux-mêmes" (Ezéch.34:2) et Zacharie des "pasteurs qui abandonnent le troupeau" (Zach.11:17). Nous ne lisons pas ici une telle accusation, mais ces bergers sont-ils de bons bergers ?

9 Et maintenant, implorez donc Dieu, afin qu’il use de grâce envers nous. C’est de vous que cela vient : vous recevra-t-il avec faveur ? dit l’Éternel des armées. 9 Qui donc d’entre vous fermerait donc les portes, afin que vous n’allumiez pas pour rien le feu sur mon autel ? Je ne prends aucun plaisir en vous, dit l’Éternel des armées, et je n’agrée pas l’offrande de vos mains.
 
9 Car, du soleil levant jusqu’au soleil couchant, mon nom sera grand parmi les nations. En tout lieu, l’encens sera brûlé à mon nom, et une offrande pure sera présentée, car mon nom sera grand parmi les nations, dit l’Éternel des armées.

La question est importante. Les prêtres, bergers d’Israël, accomplissent les gestes de leur fonction tout en ayant du méprisant l’Éternel, car c’est un affront que ces formes sans réalité. Et le peuple est ainsi conduit sur un chemin d’égarement. Et ceci, alors que ces Judéens devraient être des signes du dessein de Dieu d’apporter la bénédiction à l’humanité, ce qui amènera que toutes les nations rendront un jour honneur à Dieu. Mais que font-ils de cela ?

12 Mais vous, vous le profanez, en ce que vous dites : La table du Seigneur est souillée ; et ce qu’elle fournit, sa nourriture, est méprisable. 13a Et vous dites : Voilà, quel ennui ! et vous le méprisez, dit l’Éternel des armées, et vous apportez ce qui a été déchiré, boiteux, ou malade ; voilà l’offrande que vous apportez.
 
13b Agréerais-je cela de votre main ? dit l’Éternel. 14 Maudit soit le perfide qui a dans son troupeau un mâle, et qui fait un vœu et sacrifie au Seigneur une bête mutilée ! Car je suis un grand roi, dit l’Éternel des armées, et mon nom est terrible parmi les nations.

Le service sacerdotal n’a pas de valeur parce que le cœur n’y est pas ! Comparons les paroles du commencement : "Et tout homme que son cœur y porta, et tous ceux qui avaient un esprit libéral, vinrent et apportèrent l'offrande de l'Éternel pour l'œuvre de la tente d'assignation, et pour tout son service, et pour les saints vêtements." (Exode 35:21). Or, ainsi que le dit Samuel, "l'Éternel regarde au cœur." (1 Sam.16:7).


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

Malachie 2:1 Avertissement aux prêtres


 

Avertissement aux prêtres - 2:1-9

En conséquence de l’attitude des prêtres, Malachie leur adresse de sérieux avertissements. Les mots sont clairs, les paroles sont fortes.

2  1 Et maintenant, à vous ce commandement, prêtres.
 
2 Si vous n’écoutez pas, et si vous ne prenez pas à cœur de donner gloire à mon nom, dit l’Éternel des armées, j’enverrai parmi vous la malédiction et je maudirai vos bénédictions ; oui, je maudis vos bénédictions, parce que vous ne le prenez pas à cœur. 3 Voici, je vais flétrir l’épaule des sacrifices, et je jetterai du fumier sur vos visages, le fumier de vos fêtes, et on vous emportera avec lui.
Le vers.3 est l’application de cette malédiction annoncée au vers.2. La Bible hébraïque déclare "je flétrirai votre semence", une parole difficile à comprendre dans le contexte, tandis que la Bible grecque des LXX, plus ancienne, évoque ici la part du sacrifice qui revient au prêtre, à savoir l’épaule des bêtes offertes (Lév.10:14), texte repris ci-dessus car il est plus pertinent dans le contexte.

Ces prêtres accomplissaient dont des actes rituels dénués de valeur spirituelle, sans que le cœur y soit engagé. Eh bien, leur dit le prophète, leur avantage leur sera ôté et ils en porteront la déception ; mais plus encore, c’est eux-mêmes, les mauvais conducteurs, qui sont en passe d’être déchus de leur fonction. Ce qui conduit à parler de ce qu’était la sacrificature en considérant l’alliance faite avec Lévi, et son engagement de cœur pour le Seigneur : "Et Moïse se tint à la porte du camp, et dit : À moi, quiconque est pour l'Éternel ! Et tous les fils de Lévi se rassemblèrent vers lui." (Exode 32:26).

4 Et vous saurez que je vous ai envoyé ce commandement, afin que mon alliance avec Lévi demeure, dit l’Éternel des armées. 5 Mon alliance avec lui était la vie et la paix, et je les lui donnai pour qu’il craignît ; et il me craignit et trembla devant mon nom. 9 La loi de vérité était dans sa bouche, et l’iniquité ne se trouva pas sur ses lèvres ; il marcha avec moi dans la paix et dans la droiture, ramenant de la faute une multitude. 7 Car les lèvres du prêtre gardent la connaissance ; c’est de sa bouche qu’on attend la loi, parce qu’il est le messager de l’Éternel des armées.
 
8 Mais vous, vous vous êtes écartés du chemin, vous avez fait trébucher beaucoup de gens à l’égard de la loi, vous avez corrompu l’alliance de Lévi, dit l’Éternel des armées. 9 Quant à moi, je vous ai livrés au mépris et à l’humiliation devant tout le peuple, parce que vous ne gardez pas mes voies et faites preuve de favoritisme dans ce qui concerne la loi.

La responsabilité est immense. Les abandons des mauvais bergers ont entraîné l’égarement de tant de personnes ! Et des personnes de bonne foi bien souvent, car l’alliance de Lévi, serviteur de l’Éternel et garant de la fidélité, cette alliance a été corrompue, les successeurs de Lévi ont trahi l’esprit de leur père pour jouir pour eux-mêmes du prestige, du pouvoir et des avantages de leur fonction, comme il en a été déjà dans le passé (1 Sam.2:13-14). Il y a eu, à cet égard comme en toutes choses, des hauts et des bas tout au long de l’histoire. En outre, nous voyons ici que le manque de vérité devant Dieu, s’accompagne d’injustice dans leur charge judiciaire, du favoritisme. Leur chemin les conduit à être déconsidérés parmi le peuple. Nous comprenons combien les fidèles, les justes, sont dans l’attente du Messie qui se lèvera comme "le soleil de justice" (4:2).


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

Malachie 2:10 Avertissement au peuple


 

Avertissement au peuple - 2:10-17

Mais si l’influence des prêtres défaillants est sensible, la responsabilité devant Dieu demeure personnelle (Jérémie 17:10). Et le prophète en vient au comportement des hommes. La Loi "grande et magnifique" (Ésaïe 42:21) que l’Éternel donna à son peuple un guide pour l’harmonie de la société des fils d’Israël. Et telle n’est pas le situation !

10 N’avons-nous pas tous un seul père ? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? Pourquoi donc agissons-nous perfidement chacun envers son frère, en profanant l’alliance de nos pères ? 11 Juda a agi perfidement, l’abomination se commet en Israël et dans Jérusalem. Car Juda a profané le sanctuaire de l’Éternel, qu’il aima, et a épousé la fille d’un dieu étranger. 12 L’Éternel retranchera l’homme qui fait cela, celui qui veille et celui qui répond ; il le retranchera des tentes de Jacob, il retranchera celui qui apporte une offrande à l’Éternel des armées.

La méchanceté, la perfidie dans les rapports interpersonnels est une autre profanation du sanctuaire. Et c’est au sein du peuple choisi par Dieu pour que son Nom soit reconnu au monde, et à Jérusalem, la ville associée à ce Nom. Cette infidélité est exposée dans les termes de la rupture d’un mariage, comme en parlait Jérémie : "Je me souviens de toi, de la grâce de ta jeunesse, de l'amour de tes fiançailles…" (Jérémie 2:2). Ainsi le prophète dit-il que Juda s’est associé à "la fille d’un dieu étranger", le chemin de vie corrompu de l’idolâtrie.
D’aucun mettent ces épousailles "avec la fille d’un dieu étranger" comme le fait d’épouser des femmes étrangères, comme nous le voyons en Néhémie 13:23-27. Ceci nous paraît dénaturer le sens de ce que nous lisons ici, à savoir qu’il n’est pas parlé d’hommes qui épousent des étrangères, mais de "Juda qui épouse la fille d’un dieu étranger". C’est la nation qui embrasse ce qui est profane, méprisant ainsi sa vocation propre de témoin de l’Éternel. Les comportements condamnables entre les Judéens sont explicitement associés à l’attachement aux pratiques de l’étranger, en contradiction avec les voies du commencement (Deut.32:12, Psaumes 44:20, 81:9). C’est à titre de comparaison que le vers.16 établit un parallèle entre l’attachement à la Loi et le lien du mariage, comme nous pouvons le voir aussi, dans un autre contexte, en Ephésiens 5:29-33, et encore Apocalypse 19:7 et 21:2.
Oui, la loi de l’Éternel, pour un homme de foi, est bien cette "compagne de la jeunesse", celle des temps de fidélité, celle des commencements, lorsqu’ils s’étaient engagés à marcher dans la voie qui plaît à Dieu, la loi les accompagnant.
 
Ils ont méprisé l’alliance et, "en second lieu", "couvrent l’autel de larmes" demandant pourquoi leur offrande n’est pas agréée ! Infidélité à l’alliance, abandons, c’est un vivier de déceptions… Et sur ce, des voix se font entendre pour demander "pourquoi ?" La réponse est immédiate.

13 Et en second lieu, voici ce que vous faites : vous couvrez l’autel de l’Éternel de larmes, de pleurs et de gémissements parce que l’Eternel n’a plus égard à l’offrande, ni ne l’agrée de vos mains. 14a Et vous dites : Pourquoi ?
 
14b C’est parce que l’Éternel est témoin entre toi et la femme de ta jeunesse, envers laquelle tu as agi perfidement bien qu’elle soit ta compagne et la femme de ton alliance. 15 Personne ayant un reste de bon sens ne fait cela, sinon un seul ! Et que devait-il rechercher, sinon la descendance que Dieu lui avait promise ! Gardez-donc ceci à l’esprit : que personne n’agisse perfidement envers la femme de ta jeunesse ! 16 Car détestable est la répudiation, dit l’ÉterneI, le Dieu d’Israël, comme celui qui couvre de violence son vêtement, dit l’Éternel des armées. Prenez donc garde à votre esprit, et n’agissez pas perfidement.
Le texte hébreu de cette portion du vers.15 "Et que devait-il rechercher, sinon la descendance que Dieu lui avait promise" est très difficile, au vu des différences importantes que l’on constate entre les traductions. En outre la version grecque des LXX est elle-même différente de l’hébreu à la base de nos versions françaises. La lecture faite ici résulte d’une mise en forme des apports les plus cohérents rencontrés.

La leçon est claire. Abandonner le chemin lumineux de la loi, "la femme de ton alliance", conduit inexorablement à la réprobation, comme l’est la répudiation d’une épouse par son mari. C’est l’abandon d’un engagement pris librement, c’est une infidélité.
 
Parlant ainsi, le prophète fut naturellement confronté à des contradicteurs, des hommes qui méprisaient sa parole. Et aux paroles audacieuses déjà entendues, il doit entendre des paroles toujours plus effrontées : "En quoi fatiguons-nous l’Éternel ?". Ou encore ce déni violent : "Où est le Dieu de jugement ?". On est bien loin du réveil, de la montée à Jérusalem après l’exil. Le déclin, l’état de délabrement moral, cela s’était déjà rencontré, comme nous pouvons lire notamment ces paroles relevées par Ésaïe plus de deux siècles auparavant, avec les conséquences que l’on sait : "Mangeons et buvons, car demain nous mourrons !" (Ésaïe 22:13).

17 Vous fatiguez l’Éternel par vos paroles, et vous dites : En quoi l’avons-nous fatigué ? C’est en disant : Quiconque fait mal est bon aux yeux de l’Éternel, c’est en de telles personnes qu’il prend plaisir. Ou bien : Où est le Dieu de jugement ?

Il a suffi d’un siècle pour que le retour soit fait à ce que le prophète à Babylone avait évoqué en disant : "J'ai formé ce peuple pour moi-même ; ils raconteront ma louange. Mais tu ne m'as pas invoqué, ô Jacob ; car tu as été las de moi, ô Israël. Tu ne m'as pas apporté le menu bétail de tes holocaustes, et tu ne m'as pas glorifié par tes sacrifices. Je ne t'ai pas asservi à des offrandes de gâteau, et je ne t'ai pas fatigué pour l'encens. Tu n'as pas acheté pour moi du roseau aromatique pour de l'argent, et tu ne m'as pas rassasié de la graisse de tes sacrifices ; mais tu m'as asservi par tes péchés, tu m'as fatigué par tes iniquités." (Ésaïe 43:21-24). Et c’est ce que Malachie rappelle en disant "Vous fatiguez l’Éternel par vos paroles."
 
Le prophète pouvait-il s’arrêter là, dire au peuple son égarement et garder le silence ? Il ne serait pas un homme de Dieu, il ne serait pas son "messager", on n’aurait pas pu le faire connaître sous le nom de "Malachie". Si le Seigneur Dieu constate les égarements des hommes, c’est pour leur dire tout aussitôt qu’il y a une voie de bonheur ; le dessein de Dieu est de bénir, et il pourra l’accomplir par l’apparition du Messie qui prendra en main la cause du peuple, et de l’humanité entière.


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE