27/01/2009

Livre du Prophète Esaïe - Une dernière réflexion


 

ESAÏE LE PROPHETE,
Des paroles qui traversent les temps

 
POST-SCRIPTUM

 
En terminant cette lecture, nous devons repenser à la composition du livre, une compilation de textes d’auteurs divers. Les premiers, attribués au prophète Ésaïe lui-même, écrits au sixième siècle avant notre ère, et les autres, anonymes, deux cents ans plus tard, à Babylone.
 
Le prophète a exhorté le peuple d’Israël, et il a connu le commencement des désastres, les premières grandes déportations et la chute du Royaume du Nord. Il n’a eu de cesse de rappeler la mission prophétique des descendants d’Abraham, peuple signe d’une alliance qui concernera toutes les nations de la terre, une ère de paix, de justice, d’équité sous le sceptre du Messie. Le prophète était homme de Dieu épris de justice et nourri des promesses, mais témoin de la ruine de son peuple.
 
Le relais a été pris par des prophètes qui parlèrent alors au Royaume de Juda, témoins du dernier réveil au temps du roi Josias : Habacuc, Sophonie, Jérémie, Abdias. Un autre prophète, Ézéchiel, fut dans les rangs des premiers déportés de Juda, afin que dans la douleur de l’exil les Judéens puissent être soutenus par la parole de Dieu.
 
Et vint alors la fin de la puissance babylonienne, un temps d’effervescence. Conformément à la parole de Jérémie, le délai des soixante-dix années de sa puissance approchait de l’échéance. Alors un homme providentiel en qui des hommes de Dieu discernèrent le bras séculier de Dieu, avançait en libérateur dans la plaine de Babylonie et allait proclamer la première charte des Droits de l’Homme. Cyrus allait proclamer le retour des exilés dans leur pays.
 
Un homme de Dieu parle alors, avertit, proclame : "Sortez de Babylone !" [Esaïe 48.20], crie-t-il aux exilés et à leurs descendants. Et il reprend les enseignements d’avant les désastres, pour que ces quelques familles tournant le dos à leur bien-être, s’engageassent sur le chemin de Jérusalem avec la conscience d’être les dépositaires du grand message de la paix. Ils reprennent le flambeau abandonné par leurs pères…
 
Mais pour cela, il fallait comprendre sur quelles bases ce flambeau pouvait être porté à nouveau. Ils devaient connaître les dispositions de Dieu qui fondaient en justice sa miséricorde. Car il y avait un contentieux ! Le flambeau avait été abandonné… Ésaïe avait contemplé la gloire de Dieu : "Saint, saint, saint est le Seigneur [YHWH] des Armées ! Toute la terre est remplie de sa gloire !" [Esaïe 6.3]. La sainteté ainsi revendiquée attestait que le contentieux devait être réglé. Tout était perdu, mais Dieu avait une ressource, comme dans l’histoire de Joseph, rejeté par ses frères, mais conduit, au delà des souffrances, à être le conservateur de la vie : "Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour l’Égypte. Maintenant, ne vous affligez pas et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu ci, car c’est pour sauver des vies que Dieu m’a envoyé en avant de vous" [Genèse 45.5].
 
Ainsi leur est-il révélé que le Serviteur annoncé, le fils de David, celui qui doit régner, devait, avant tout, être celui qui rachète Israël devant Dieu. Et il supportera le châtiment en vue d’apporter la paix… "En fait, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'était chargé ; et nous, nous le pensions atteint d'un fléau, frappé par Dieu et affligé. Or il était transpercé à cause de nos transgressions, écrasé à cause de nos fautes ; la correction qui nous vaut la paix est tombée sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous avons été guéris. Nous étions tous errants comme du petit bétail chacun suivait sa propre voie ; et le Seigneur a fait venir sur lui notre faute à tous" [53.4-6].
 
Un Messie souffrant ! Une réalité bien étrange tandis qu’est annoncé le règne du Fils de David, mais une nécessité au regard de la sainteté de Dieu. Les auditeurs des prophètes ont dû être surpris lorsque cette annonce fut faite, mais comment auraient-ils pu marcher vers Jérusalem, envisager le travail de reconstruction, sans connaître le prix de leur rédemption, sans savoir que Dieu les relève dans le respect de sa sainteté et dans la justice ? Ceci sera rappelé en d’autres mots par Zacharie, au temps de l’édification du Second Temple : "On lui dira : Qu’est ce que ces blessures que tu as entre les mains ? Il répondra : c’est que j’ai été frappé dans la maison de ceux qui m’aiment" [Zacharie 13.6]. Un sujet de méditation qui occupa les auteurs des Psaumes…
 
Ainsi le chemin est déclaré : le témoignage de Dieu est rétabli, les réchappés de Babylone sont les dépositaires des promesses faites pour tout Israël, ils ont repris le flambeau…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE