30/11/2009

Jér.43 Jérémie en Egypte


 

JEREMIE EN EGYPTE
Jérémie 43, 44, 46, 48, 49:1-33

Jérémie accompagna ces fugitifs comme Josué et Caleb qui, lors de la sortie d’Égypte, accompagnèrent le peuple lorsqu’il ne voulut pas écouter leur témoignage quant au pays promis, et marchèrent ainsi la durée du désert avant d’accéder au "pays qui ruisselle de lait et de miel" (Nombre 14:8) Quoiqu’ils s’en aillent dans un chemin d’éloignement, Jérémie peut-il quitter ces Judéens ? Il va, non pour accréditer le mouvement, mais parce qu’il est établi sentinelle pour ce peuple. Il ne s’est jamais posé en conducteur, en chef, mais en serviteur, comme il convient à un homme de Dieu, un guetteur chargé d’avertir. Ainsi il accompagne ces hommes et ces femmes afin qu’ils ne soient pas sans avertissements de la part du Seigneur.


Les pierres cachées dans le four - 43:1-13

Les transfuges arrivent à Tahpanhès, première ville importante d’Égypte en venant de Gaza.
 Tahpanhès, en grec Daphné, à l'est du Delta du Nil.
Le silence du prophète depuis le départ de Mitspa y est interrompu par un geste fort, significatif, bien dans la ligne de ses actes passés. Jérémie, à l’approche de ses soixante ans, n’est pas un homme affaibli, ravagé par les souffrances, l’homme larmoyant qu’une certaine tradition veut retenir. L’homme de Dieu est à l’écoute de Dieu et accomplit ce geste qui doit frapper les esprits et se graver dans les mémoires. Un geste de la part de Dieu !

La parole du Seigneur parvint à Jérémie, à Tahpanhès : Prends de grandes pierres et cache-les, sous les yeux des Judéens, dans l'argile de la terrasse en briques qui est à l'entrée de la maison du pharaon, à Tahpanhès ; tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur (YHWH) des Armées, le Dieu d'Israël : J'envoie chercher Nabuchodonosor, roi de Babylone, mon serviteur, je placerai son trône sur ces pierres que j'ai cachées, et il étendra son tapis sur elles. Il viendra mettre à mal l'Égypte : Qui est destiné à la mort, à la mort ! Qui est destiné à la captivité, en captivité ! Qui est destiné à l'épée, à l'épée ! … (43:8-11)
En 570, Ahmose (en grec Amasis), général opérant en Nubie sous Psammétique II, affrontera le Pharaon Hophra (en grec Apriès) qui fut vaincu. Le vainqueur règne sous le nom de Ahmose II. Nabuchodonosor profitera de ces troubles pour tenter une invasion en Égypte, mais il ne parvint pas à s’y maintenir. Voir aussi 44:30 et Ézéchiel 29:19.

La question se pose, simple et claire pour chacun : Un homme peut-il échapper au destin qu’il se forge ? "Abandonner la source des eaux vives" (2:13), "tourner le dos au Seigneur" (32:33), et ensuite "prendre appui sur un roseau" (Ézéchiel 29:6)… Leur destin est scellé comme l'argile dans le four à briques du palais du Pharaon. Tandis que tout s’est effondré, la seule voie de bénédiction est celle-ci :

Garder le cap, ne pas sortir des sentiers anciens ! Ainsi parle le Seigneur : Placez-vous sur les chemins et regardez ! Informez-vous des sentiers d'autrefois : Où donc est le bon chemin ? Suivez-le, et vous trouverez la tranquillité ! Mais ils répondent : Nous ne le suivrons pas ! (6:16)

Et, comme autrefois, avant que ne soit survenue la désolation, ils ne voulurent pas écouter…


 
Extrait du livre
"LE PROPHETE JEREMIE, l'homme en son temps"
Texte complet, avec notices historiques
et liens dynamiques avec les références citées, sur le site :
Que dit l'Évangile ?

 

Jér.44:1 Discours en Haute-Egypte


 

Discours aux Juifs en Haute-Égypte - 44:1-30

Les fuyards qu’accompagne Jérémie rejoignent de nombreux Judéens qui s’y sont établis précédemment. L’Égypte était en effet une terre d’asile depuis que les rois de Jérusalem y cherchaient l’appui du Pharaon face à la puissance babylonienne. La colonne remonte le Nil pour arriver en Haute-Égypte, à Pathros. En une certaine occasion, des Judéens sont rassemblés autour du prophète. Jérémie rappelle, avertit, exhorte ! Il n’est pas venu en Égypte sans but. Il doit poursuivre son service, et le Seigneur lui donne la parole à communiquer au peuple pour son bien !
 
Ils doivent avoir les yeux ouverts, se souvenir des réalités :

Ainsi parle le Seigneur (YHWH) des Armées, le Dieu d'Israël: Vous avez vu tout le malheur que j'ai fait venir sur Jérusalem et sur toutes les villes de Juda… (44:2)

Et ils doivent aussi réentendre les causes de cette désolation. (44:6)Ensuite le prophète leur pose une question touchant leur propre état, l'idolâtrie à laquelle ils sont retournés :

Maintenant, ainsi parle le Seigneur, le Dieu des Armées, le Dieu d'Israël : Pourquoi vous faites-vous à vous-mêmes un si grand mal, en faisant retrancher de Juda hommes, femmes, enfants et nourrissons, de telle sorte que plus rien ne reste de vous ? Vous me contrariez par les œuvres de vos mains en offrant de l'encens à d'autres dieux en Egypte, où vous êtes venus séjourner en immigrés, vous exposant à être retranchés, à être un sujet de malédiction et d'outrage parmi toutes les nations de la terre. (44:7-8)

L’annonce d’un tel avenir peut surprendre lorsque nous lisons que, des Judéens venus en Égypte, nul ne retournera dans le pays de Juda, sauf quelques réchappés (44:14). Mais nous comprenons bien vite lorsque la réponse des auditeurs s’élève :

Nous ne voulons pas écouter la parole que tu nous as dite au nom du Seigneur ! (44:16)

Leurs récriminations remontent aux jours du roi Josias, lorsqu’à la porte du Temple Jérémie les avertissait ainsi :

Les fils ramassent du bois, les pères allument le feu, les femmes pétrissent la pâte pour faire des gâteaux à la reine du ciel. On veut me contrarier en répandant des libations pour d'autres dieux. (7:18)

Tant d’avertissements depuis quarante années, et tant d’appels pleins de miséricorde, pour aboutir à ceci ! Les femmes mêmes élèvent leurs voix à leur tour :

D'ailleurs, lorsque nous offrons de l'encens à la reine du ciel et que nous répandons des libations pour elle, est-ce sans l'accord de nos maris que nous faisons des gâteaux à son image, et que nous répandons des libations pour elle ? (44:19)

Ainsi ce peuple rejette violemment les paroles du prophète, les paroles du Seigneur !
 
Hélas, la boucle est fermée. Aux temps de Josias, ils s’étaient sentis contraints de revenir au Seigneur, et ils l’avaient fait sans conviction personnelle, ils ne faisaient que suivre le mouvement engagé par leur roi… Et loin de considérer avec honnêteté les années passées, ils rejettent Dieu lui-même… Une religion ‘talisman’ qui protège du mauvais sort ! N’est-ce pas ce qu’ils voulaient, et combien cela concerne la profession religieuse en tout temps, celle qui prétend associer fidélité et privilèges terrestres… Et si les privilèges ne sont plus, viennent les "Pourquoi" et le sentiment mensonger que Dieu n’est pas fidèle…
 
Le prophète reprend la parole pour leur dire la folie de leur propos, car l’épée les trouvera en Egypte…

Un petit nombre d'hommes, ceux qui auront échappé à l'épée, reviendront d'Egypte au pays de Juda. Mais tout le reste de Juda, tous ceux qui sont venus en Egypte pour y séjourner en immigrés, sauront quelle parole se réalise, la mienne ou la leur. (44:28)

Mais la parole prophétique ne s’arrête pas là ! L’Egypte n’est pas le sûr abri qu'imaginent ceux qui s’appuient sur le Pharaon, et cela doit se dire, se clamer !


 
Extrait du livre
"LE PROPHETE JEREMIE, l'homme en son temps"
Texte complet, avec notices historiques
et liens dynamiques avec les références citées, sur le site :
Que dit l'Évangile ?

 

Jér.46:1 Oracle à propos d'Elam


 

Oracles touchant les nations - 46;48;49:1-33

Voici la parole du Seigneur qui parvint à Jérémie, le prophète, au sujet des nations… (46:1)

En exceptant les paroles à propos des Philistins (47:1-7) et d’Élam (49:34-39), oracles datés et considérés aux périodes appropriées, nous trouvons ici six oracles distincts, regroupés, et de présentation identique : Sur l’Égypte, sur Moab, sur les Ammonites, sur Edom, sur Damas, sur Qédar et sur les royaumes de Hatsor, que battit Nabuchodonosor, roi de Babylone. Ces six oracles, non datés, sont liés à la désolation de Jérusalem et évoquent les temps messianiques. Ils trouvent ainsi leur place moralement à la fin de la vie de Jérémie.
 
Sur l’Egypte
 
Le premier, touchant l’Égypte, pourrait faire suite à l’apostrophe de Jérémie aux réfugiés Judéens à Pathros en Haute-Égypte, et trouve ici sa place dans le cours historique de la vie du prophète.
La venue de Nabuchodonosor en Égypte y est annoncée, ainsi qu’elle l’est dans le discours aux Juifs en Haute-Egypte. Les deux discours paraissent dont bien contemporains, sans que nous ayons à penser qu’ils aient été prononcés au même moment.
Les thèmes développés ont trait au rétablissement de tout Israël et donc aux temps messianiques.
 
Ce sont des années qui repassent à l’esprit de Jérémie, alors que tant de Judéens se sont réfugiés auprès du Pharaon Hophra (589-570). Le prophète rappelle les velléités égyptiennes face au conquérant babylonien. Pensons à la défaite du Pharaon Néchao à Karkemish en 605, aux vaines tentatives égyptiennes de récupérer leur zone d’influence en terre d’Israël et en Syrie, et à cette alliance qui fit s’avancer le Pharaon Hophra à la rencontre des armées chaldéennes assiégeant Jérusalem et qui n’eut d’autre suite qu’un retrait rapide de ses armées…

Monte au Galaad, prends du baume, Egypte jolie ! C'est inutilement que tu multiplies les remèdes, il n'y en a pas pour toi qui soit efficace… Quant au pharaon, le roi d'Egypte, appelez-le "Vacarme à retardement" ! (46:11,17)
 

"Vacarme à retardement !" Il est arrivé trop tard, en effet ! La puissance était du côté des Chaldéens, et si le Pharaon Hophra eût quelques succès en soutenant Tyr contre le roi de Babylone, son royaume se limite désormais à ses propres frontières. Une sentence tombe sur l’Égypte, et cela concerne aussi les Judéens qui sont venus s’y abriter, qui mettent leur confiance en lui :

L'Egypte, la belle, est honteuse, elle est livrée au peuple du nord. Le Seigneur (YHWH) des Armées, le Dieu d'Israël, dit : Je vais faire rendre des comptes à Amôn de No, au Pharaon, à l'Egypte, à ses dieux et à ses rois, au Pharaon et à ceux qui mettent leur confiance en lui. (46:24-25)

Jugement sur ceux qui se sont détournés du Seigneur, mais aussi promesse d’un retour pour Israël tout entier. Le regard de Jérémie est tourné non vers les étapes du chemin, mais vers leur aboutissement messianique. Le peuple connaît la désolation, mais cette désolation même, jugement juste de Dieu qui ne peut tenir le coupable pour innocent, est un travail du Dieu de miséricorde.

Et toi, Jacob, mon serviteur, n'aie pas peur ! Ne sois pas terrifié, Israël ! Car je te sauve de la terre lointaine, et ta descendance du pays où elle est captive ; Jacob reviendra, il jouira du calme et de la tranquillité, et il n'y aura personne pour le troubler. Toi, Jacob, mon serviteur, n'aie pas peur – déclaration du Seigneur – car je suis avec toi. J'exterminerai toutes les nations parmi lesquelles je t'ai banni, mais toi, je ne t'exterminerai pas ; cependant je te corrigerai avec équité, je ne te tiendrai pas pour innocent. (46:27-28)

Ces dernières lignes figurent aussi dans le livre que Jérémie écrira à la fin de son parcours (30:10-11) car elles sont fondamentales. Pour ceux qui sont en Égypte, ou à Babylone, ou en quelque lieu de la dispersion, cette parole "Je suis avec toi" (46:28), fonde la confiance et la foi en Dieu qui prend soin des siens où qu’ils se trouvent et accomplira son dessein, car Il est fidèle à ses promesses.


 
Extrait du livre
"LE PROPHETE JEREMIE, l'homme en son temps"
Texte complet, avec notices historiques
et liens dynamiques avec les références citées, sur le site :
Que dit l'Évangile ?

 

Jér.48:14 Sur Moab, Ammon et Edom


 

Sur Moab, Ammon et Edom
 
La paix relative de Moab, Ammon et Edom lors des expéditions militaires de Nabuchodonosor leur donna quelques illusions, mais surtout de l’arrogance. Moab se glorifie de la force de ses hommes de guerre (48:14), Ammon de ses trésors (49:4), Edom de sa situation protégée au cœur des montagnes, ses lieux imprenables comme Petra au sud de la Mer Morte (49:16).
 
Ces peuples ont été confrontés à Israël dès le début de son histoire, et bien des paroles ont déjà été exprimées à leur encontre ! Ésaïe en avait parlé, et d’autres prophètes encore. Plus près, Sophonie s'est exprimé : "J'ai entendu les outrages de Moab et les injures par lesquelles les Ammonites outrageaient mon peuple et s’élevaient contre ses frontières" (Sophonie 2:8).
 
Face à l’arrogance de ces nations qui ne cessèrent de narguer Israël, quels sont les sentiments du prophète vivant avec douleur la destruction du Temple, la désolation de Jérusalem, la fuite déshonorante en Égypte ? Il sait ce qui se passe : Moab se félicite, Ammon s’empare de Gad (49:1) et Edom investit des bourgades de Judée méridionale vidées de leurs habitants. Quelques années auparavant, face au fleuve impétueux des armées babyloniennes, ces petits royaumes s'étaient approchés de Sédécias pour faire alliance. Souvenons-nous de l’affaire des jougs (27:3). Mais quand Jérusalem est abattue et que ces nations demeurent dans leur propre contrée, l’opposition ancestrale se manifeste dans la satisfaction. Le peuple béni du Seigneur n’est plus ! L'objet de leur convoitise est anéanti ! Mais Dieu voit et entend !
 
Le peuple désolé est humilié devant ces ennemis séculaires ! Alors le Seigneur parle par son prophète. Le jugement de Dieu commence par sa propre maison, mais les idolâtres de tous rangs ne connaîtront-ils pas leur rétribution ? N’était-ce pas déjà la parole d’Amos, plus d’un siècle auparavant ? Jérémie le proclame ! Ézéchiel de même : "Ainsi parla le Seigneur Dieu : Parce que Moab et Séir ont dit : Elle est comme toutes les nations, la maison de Juda !" (Ézéchiel 25:8)
 
Sur Moab, Jérémie prononce un long discours, et dit notamment :

Comment pouvez-vous dire : Nous sommes des guerriers, une armée d'hommes vaillants ! Moab est ravagé, ses villes montent en fumée, l'élite de sa jeunesse descend à l'abattoir – déclaration du roi, dont le nom est le Seigneur (YHWH) des Armées. La catastrophe est près d'arriver sur Moab, son malheur vient très vite. Plaignez-le, vous tous qui l'entourez, vous tous qui connaissez son nom ! Dites : Comment ! Il a été brisé, ce sceptre puissant, ce bâton splendide ! (48:14-17)

Ammon avait bien aidé Ismaël, l’assassin de Guédalia, mais lorsque le champ fut libre, ils s’emparèrent de la ville israélienne de Gad. Ici, Jérémie fait entendre que le pays est réservé pour le peuple du Seigneur !

Sur les Ammonites. Ainsi parle le Seigneur : Israël n'a-t-il pas de fils ? N'a-t-il pas d'héritier ? Pourquoi leur roi a-t-il pris possession de Gad ? Pourquoi son peuple habite-t-il ses villes ? (49:1)

Ézéchiel soulignera un autre grief contre Ammon ! Le Temple de Jérusalem était un témoignage contre l’idolâtrie des nations… De voir ce Temple détruit les avait réjouis…

Tu diras aux Ammonites : Ecoutez la parole du Seigneur Dieu ! Ainsi parle le Seigneur Dieu : Parce que tu as dit : "Ah ! ah !" sur mon sanctuaire quand il a été profané, sur la terre d’Israël quand elle été dévastée, et sur la maison de Juda quand ils sont partis en exil, à cause de cela, je te donne en possession aux fils de l'Orient… (Ézéchiel 25:3)

Edom, la descendance d’Esaü, frère et ennemi d’Israël ne s’est pas privé de profiter de la désolation de Juda…

Ainsi tu sauras que moi, le Seigneur (YHWH), j’ai entendu tous les propos méprisants que tu as proférés contre les montagnes d’Israël : "Elles sont dévastées, elles nous ont été données en pâture !"… Ainsi parle le Seigneur Dieu : Lorsque tout le pays se réjouit, je ferai de toi un lieu dévasté. A cause de la joie que tu as éprouvée parce que le patrimoine de la maison d’Israël a été dévasté, je te traiterai de la même manière ; tu deviendras un lieu dévasté, région montagneuse de Séir, toi, ainsi qu’Edom tout entier ; ainsi on saura que je suis le Seigneur (YHWH). (Ézéchiel 35:12-14)

La ruine de ces petites nations viendra en son temps ! En effet, cinq ans après le sac de Jérusalem en 586, au cours de l'année 581, Nabuchodonosor annexa ces territoires, menant aussi en exil le reste des Judéens demeurés en Judée (52:30).
Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, 10, 9.7

Sur Damas
 
Damas, ville populeuse et riche, au carrefour de grandes voies commerciales, était déjà sous domination babylonienne, mais elle connaîtra un sort plus douloureux encore : elle sera rasée par Nabuchodonosor en 572 !

Damas est affaiblie, elle se tourne pour fuir et un tremblement s'empare d'elle ; la détresse et les douleurs la saisissent, comme une femme qui accouche. (49:24)

Sur Qédar et sur les royaumes de Hatsor
 
Quant aux tribus nomades du désert syro-arabe, lorsque le jugement s’abattit sur Juda, elles n'auraient pas dû se réjouir de ses malheurs, car le Seigneur porte son regard sur toutes les nations !

Ainsi parle le Seigneur : Envahissez Qédar, et ravager les fils de l’Orient… Hatsor sera un repaire de chacals, un lieu dévasté pour toujours ; personne n'habitera plus là, aucun être humain n'y séjournera. (49:28,33)


Réflexions

Ces oracles donnent à comprendre que l’histoire d’Israël, est au cœur d’une histoire plus large, car elle touche l’humanité tout entière. Ce qui concerne Israël n’est jamais à considérer de l’extérieur, comme un spectacle seulement, car ce peuple est en soi "signe et témoignage" : signe de l’action divine, et chargé de témoigner de la pensée de Dieu !
 
En ce monde, l’homme parle, s’agite, s’affirme aussi touchant Dieu, la Création, les fins dernières… Que d’opinions, et que de conflits aussi pour des idées… Mais Dieu est UN, et Celui qui a fondé les mondes accomplit son propre plan ! A chacun de comprendre qu’il se trouve devant le grand Dieu Créateur qui voit tout ce qui se passe sur la terre, selon que nous lisons dès les premières pages de la Bible, paroles fondamentales de la sagesse.

Et le souffle de Dieu tournoyait au dessus des eaux.
(Genèse 1:2)
 
Alors ils entendirent le Seigneur Dieu qui parcourait le jardin avec la brise du soir. L’homme et sa femme allèrent se cacher parmi les arbres du jardin pour ne pas être vus par le Seigneur Dieu. Le Seigneur Dieu appela l’homme ; il lui dit : Où est-tu ? (Genèse 3:8-9)
 
Le Seigneur dit à Caïn : "Où est Abel, ton frère ?" (Genèse 4:9)
 
Rien n’est ignoré de Dieu ! Quand nous lisons "Où es-tu ?", nous comprenons que chaque homme qui se cache ne fait qu’ignorer combien il est vain de penser s'abstraire du regard de Dieu. Ou plutôt, celui qui déclare l'inexistence de Dieu ne fait que plonger la tête dans le sable, refusant de croire… alors que, sous prétexte de raison, il ne fait seulement que croire à la non?existence de son Créateur…
Jean 1:5 ; 3:20-21 : "La lumière brille dans les ténèbres ; et les ténèbres n'ont pas pu la saisir. …
Car quiconque pratique le mal déteste la lumière ; celui-là ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en Dieu.

Béni soit l'homme qui met sa confiance dans le Seigneur, celui dont le Seigneur est l'assurance ! Il est comme un arbre planté près des eaux, qui étend ses racines vers le cours d'eau: il ne voit pas venir la chaleur et son feuillage reste verdoyant ; dans l'année de la sécheresse, il est sans inquiétude et il ne cesse de porter du fruit. Le cœur est tortueux par-dessus tout et il est incurable : qui peut le connaître ? Moi, le Seigneur (YHWH), j'examine le cœur, je sonde les reins, pour donner à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses agissements.
(17:7-10)

La foi entre non dans l’adhésion à une doctrine, mais, par la reconnaissance du plan divin, dans une vie qui le lie aux réalités éternelles.


 
Extrait du livre
"LE PROPHETE JEREMIE, l'homme en son temps"
Texte complet, avec notices historiques
et liens dynamiques avec les références citées, sur le site :
Que dit l'Évangile ?