05/08/2011

Ezéchiel 31:1 Sur l'Egypte, lorsque Jérusalem est assiégée


 

Oracle sur l’Egypte - 31:1-18

En juin 587, Ézéchiel parle une nouvelle fois contre l’Egypte ! Le siège de Jérusalem dure déjà depuis six mois déjà. L’Egypte avait fait mine de venir au secours de Sédécias, encourageant les illusions de délivrance et détournant les Judéens des avertissements de Jérémie, lorsqu’il disait : "Ainsi dit l'Éternel, le Dieu d'Israël : Vous direz ainsi au roi de Juda, qui vous a envoyés vers moi pour me consulter : Voici, l'armée du Pharaon, qui est sortie à votre secours, retournera dans son pays d'Égypte" (Jér.37:7).

31  1 Et il arriva la onzième année, au premier jour du troisième mois, que la parole de l’Éternel vint à moi, disant : 2 Fils d’homme, dis au Pharaon, roi d’Égypte, et à sa multitude : A qui ressembles-tu dans ta grandeur ?

Le texte commence par une comparaison avec Assur, à laquelle l’Égypte s’était mesurée par les armes ; plusieurs pensent à une erreur de copiste, auquel cas il faudrait lire "Voici, l’Égypte était un cèdre…" Égypte ou Assur… Le sens du texte n’en serait toutefois pas altéré. Au verset 10, le narrateur passe de la troisième à la deuxième personne et rejoint donc celui auquel le texte s’adresse, après cette comparaison, c’est-à-dire le Pharaon. En fait, de la même manière que la complainte sur Tyr a pris pour cette ville l’image d’un de ses grands navires qui aurait sombré dans la profondeur des mers, l’Égypte est ici comparée à un cèdre du Liban abattu sans ménagement par des hommes d’arme auxquels rien ne résiste.

3 Voici, Assur était un cèdre sur le Liban, belle ramure, feuillage abondant donnant de l’ombre, haute taille, sa cime s’élançait entre les buissons touffus. 4 Les eaux l’avaient fait grandir, l’abîme l’avait fait pousser en hauteur, ses rivières coulaient autour de ses plantations en envoyant ses ruisseaux à tous les arbres des champs. 5 C’est pourquoi sa taille était plus haute que celle de tous les arbres des champs ; ses branches s’étaient multipliées, ses rameaux s’étendaient, elle puisait dans les grandes eaux. 6 Tous les oiseaux du ciel faisaient leurs nids dans ses rameaux, toutes les bêtes des champs mettaient bas sous ses branches, et toute la multitude des nations habitait à son ombre. 7 Il était beau par sa grandeur, par l’étendue de ses branches, car ses racines plongeaient dans les grandes eaux. 8 Les cèdres du jardin de Dieu ne lui portaient pas ombrage, les cyprès n’égalaient point ses rameaux et les platanes n’étaient pas comme ses branches ; aucun arbre du jardin de Dieu ne l’égalait en beauté. 9 Je l’avais embelli par la multitude de ses branches, et tous les arbres d’Éden, dans le jardin de Dieu, lui portaient envie.
 
10 A cause de cela, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Tu étais haut de taille ! Il élançait sa cime entre mes buissons touffus, et son cœur était fier de sa hauteur, 11 c’est pourquoi je l’ai livré au puissant des nations ; il le traitera selon sa méchanceté, car je l’ai chassé à cause de son iniquité. 12 Des étrangers, les pires brutes des nations, l’ont coupé et l’ont laissé là ; ses branches sont tombées dans les montagnes et dans toutes les vallées, ses rameaux ont été brisés dans tous les ravins du pays ; tous les peuples de la terre se sont retirés de son ombre et l’ont abandonné.
 
13 Sur les branches abattues sont venus demeurer tous les oiseaux des cieux ; toutes les bêtes des champs ont fait leur gîte parmi ses rameaux. 14 Ainsi aucun des arbres près des eaux ne sera haut de taille, aucun de dressera sa cime entre les buissons touffus, aucun de ceux qui profitent des eaux ne se dressera en hauteur ; car tous sont livrés à la mort, aux profondeurs de la terre, parmi les fils des hommes, avec ceux qui descendent dans le gouffre.

L’Égypte sera vaincue, celle qui paraît ici dans la prestance d’un cèdre du Liban tombera, et jamais plus elle ne retrouvera la splendeur d’antan. Les nations seront dans l’effroi en voyant cette nation si grande, si prestigieuse, réduite à un simple royaume, alors qu’au temps où le prophète parle, abaissé déjà, elle reçoit cependant des ambassades, et elle se permettra même de narguer les Chaldéens en approvisionnant Tyr lors du siège de quinze années que la cité-état aura à subir.

15 Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Au jour de sa descente au shéol, j’ai décrété le deuil ; à cause de lui, j’ai recouvert l’abîme et j’en ai retenu les fleuves, et les grandes eaux furent arrêtées ; et à cause de lui, je mis en deuil le Liban, et tous les arbres des champs ont été desséchés à cause de lui. 16 Par le bruit de sa chute j’ai fait trembler les nations quand je l’ai fait descendre dans le shéol avec ceux qui descendent dans le gouffre ; tous les arbres d’Éden ont été consolés dans les lieux bas de la terre, les plus beaux et les meilleurs du Liban, tous ceux qui buvaient des eaux. 17 Ceux-là aussi sont descendus avec lui dans le shéol, vers les victimes de l’épée ; ils étaient sont appui et ils habitaient à son ombre parmi les nations.
 
18 A qui es-tu semblable ainsi, en gloire et en grandeur, parmi les arbres d’Éden ? On te fera descendre avec les arbres d’Éden dans les lieux bas de la terre. Tu seras couché au milieu des incirconcis, avec les victimes de l’épée. C’est là le Pharaon et toute sa multitude ! – Déclaration du Seigneur, l’Éternel.

Le décret de l’Éternel est ferme. Ainsi prononcées, ces paroles mettaient le prophète en opposition avec les illusions des plus crédules parmi les exilés. Ne fallait-il pas qu’ils acceptent la sentence de Dieu exposée largement durant les premières années du ministère d’Ézéchiel, qu’ils acceptent que les visions du prophète avaient un sens ? Et alors qu’ils se tournent vers la parole de Jérémie : s’établir dans le pays, chercher la paix de la nation au milieu de laquelle ils vivaient et attendre la rédemption nationale qui sera opérée par le Messie… (Jérémie 29:5-7 et Ézéchiel 21:32).


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Ezéchiel 32:1 Complaintes sur le Pharaon et sur l'Egypte


 

Complainte sur le Pharaon - 32:1-16

La ruine est consommée, la terrible nouvelle est connue à Babylone depuis un certain temps, et même un rescapé du désastre est allé auprès d’Ézéchiel pour annoncer la nouvelle : "C’est la douzième année de notre transportation, le cinquième jour du dixième mois, qu’un rescapé de Jérusalem vint vers moi, disant : La ville est frappée ! " (33:21).
 
Nous pouvons penser au désarroi des exilés, s’attendant à l’arrivée des colonnes venant de Jérusalem ; encore des familles qui ont tout perdu et auront à se rebâtir une vie dans une terre étrangère. La fin de toute illusion d’un retour, et pour les croyants d’entre eux, le doute peut-être sur l’accomplissement des promesses, et des questionnements douloureux sur ce qui est le motif de leur vie, la fidélité à l’Alliance… Dieu est-il injuste en faisant peser un tel poids sur son peuple, alors qu’il a été délaissé, et alors qu’une nation comme l’Égypte est en paix ?
 
Ceux qui ne comprennent pas ce qui s’est passé se plaignent peut-être de la lâcheté de l’Égypte, en laquelle ils avaient mis leur espoir, se refusant de regarder à leur propre responsabilité d’hommes devant Dieu…
 
Le prophète prononce une complainte sur l’Égypte dont les armées ont pu se retirer au pays sans dommage, car les armées chaldéennes avaient d’autres opérations à mener, en particulier le siège de Tyr…

32  1 La douzième année, au premier jour du douzième mois, la parole de l’Éternel vint à moi, disant : 2 Fils d’homme, élève une complainte sur le Pharaon, le roi d’Égypte. Tu lui diras : Tu ressemblais à un jeune lion parmi les nations ; tu étais comme un monstre dans les eaux, tu t’élançais dans tes fleuves, tu troublais les eaux avec tes pieds, tu agitais leurs flots.
 
3 Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : J’étendrai sur toi mon filet, dans le rassemblement d’une multitude de peuples, et ils te tireront dans ma nasse. 4 Je te laisserai là, sur la terre, je te jetterai dans les champs ; je ferai demeurer sur toi tous les oiseaux du ciel et je rassasierai de toi les animaux de toute la terre. 5 Je mettrai ta chair sur les montagnes et je remplirai les vallées de tes débris, 6 j’arroserai de ton sang le pays où tu nages, jusqu’aux montagnes, et les ravins seront remplis de toi. 7 Quand tu t’éteindras, je voilerai le ciel et j’assombrirai ses étoiles, je voilerai le soleil de nuages et la lune ne donnera plus sa clarté. 8 A cause de toi j’assombrirai tous les luminaires du ciel et je répandrai les ténèbres sur ton pays – déclaration du Seigneur, l’Éternel.
 
9 Je contrarierai le cœur d’une multitude de peuples, quand je ferai connaître ton désastre parmi les nations en des pays que tu ne connaissais pas. 10 Je dévasterai une multitude de peuples à cause de toi, et leurs rois seront saisis d’effroi à cause de toi quand je brandirai mon épée devant eux ; ils trembleront à tout moment, chacun pour sa vie, au jour de ta chute.
 
11 Car ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : L’épée du roi de Babylone viendra sur toi. 12 Je ferai tomber ta multitude par l’épée des guerriers, les pires brutes des nations ; ils ravageront l’orgueil de l’Égypte et toute sa multitude sera anéantie. 13 Je ferai disparaître toutes ses bêtes loin des grandes eaux ; le pied de l’homme ne les troublera plus, les sabots du bétail ne les troubleront plus. 14 Alors je calmerai leurs eaux limpides et je ferai couler leurs rivières comme de l’huile – déclaration du Seigneur, l’Éternel. 15 Quand je ferai de l’Égypte un lieu dévasté, et que le pays sera vidé de tout ce qui s’y trouve, quand je frapperai tous ceux qui y habitent, alors ils sauront que je suis l’Éternel.
 
16 C’est là une complainte, et on la prononcera pour se lamenter ; les filles des nations la diront en se lamentant, elles la chanteront en se lamentant sur l’Égypte et sur toute sa multitude – déclaration du Seigneur, l’Éternel.

Un répit est donné à cette grande nation si prompte à s’élever parmi les royaumes, et elle prête main-forte à Tyr, pensant pouvoir narguer la puissance babylonienne. Mais son tour viendra ! Il faut que les exilés, et ceux qui viennent d’arriver de Judée, perdent ce qui leur reste d’illusions à l’égard de l’Egypte.


Complainte sur l’Égypte - 32:17-32

Quinze jours plus tard, nouvelle parole contre l’Egypte… Une parole qui se termine par une évocation du jugement des nations.

17 La douzième année, le quinzième jour du mois, la parole de l’Éternel vint à moi, disant : 18 Fils d’homme, gémis sur la multitude de l’Égypte et fais-la descendre, elle et les filles des nations magnifiques, dans les profondeurs de la terre, avec ceux qui descendent dans le gouffre. 19 Qui surpasse ta beauté ? Descends, et qu’on te couche avec les incirconcis. 20 Ils tomberont parmi les victimes de l’épée. Une épée est là : emportez l’Égypte et toute sa multitude. 21 Les puissants d’entre les puissants, avec ceux qui lui avaient aidé, lui parleront du milieu du shéol. Ils sont descendus, ils sont couchés, incirconcis, victimes de l’épée.
 
22 Voilà l’Assyrie et toute son assemblée, ses sépulcres autour d’elle ; tous sont tombés, victimes de l’épée. 23 Ses sépulcres ont été placés dans les profondeurs du gouffre, et son assemblée est autour de son sépulcre : tous sont tombés, victimes de l’épée, eux qui répandaient la terreur sur la terre des vivants.
 
24 Voilà Élam et avec toute son assemblée autour de son sépulcre ; tous sont tombés, victimes de l’épée ; ils sont descendus incirconcis dans les profondeurs de la terre, eux qui répandaient la terreur sur la terre des vivants, et ils ont été chargés de leur confusion avec ceux qui descendent dans le gouffre. 25 On a placé sa couche au milieu des victimes avec toute sa multitude, et ses sépulcres sont autour de lui ; tous ces incirconcis ont été victimes de l’épée, car leur terreur était répandue sur la terre des vivants, et ils ont été chargés de leur confusion avec ceux qui descendent dans le gouffre ; ils ont été placés parmi les victimes.
 
26 Voilà Méshec, Toubal et toute leur multitude, leurs sépulcres autour d’eux : tous ces incirconcis ont été victimes de l’épée, car ils répandaient la terreur sur la terre des vivants. 27 Et ils n’ont pas été couchés avec les héros, ceux qui sont tombés d’entre les incirconcis. Ils sont descendus au shéol avec leurs armes et ont mis leurs épées sous leur tête. Mais leurs iniquités sont dans leurs ossements, car la terreur de leurs guerriers régnait sur la terre des vivants. 28 Quant à toi, te voilà brisé au milieu des incirconcis, tu es couché avec les victimes de l’épée.
 
29 Voilà Édom, ses rois, et tous ses princes qui, malgré leur vaillance, ont été placés avec les victimes de l’épée ; ils sont couchés avec les incirconcis et avec ceux qui descendent dans le gouffre.
 
30 Voilà tous les princes du nord et tous les Sidoniens, qui sont descendus avec les victimes, honteux, malgré la terreur qu’inspirait leur vaillance ; ces incirconcis sont couchés avec les victimes de l’épée et ils ont été chargés de leur confusion avec ceux descendent dans le gouffre.
 
31 Le Pharaon les verra, et il sera consolé au sujet de toute sa multitude, les gens du Pharaon et toute son armée, qui ont été victimes de l’épée – déclaration du Seigneur, l’Éternel.
 
32 Car je répandrai ma terreur sur la terre des vivants ; on le couchera au milieu des incirconcis, avec les victimes de l’épée, le Pharaon et toute sa multitude – déclaration du Seigneur, l’Éternel.

Dernière parole portée aux oreilles des exilés de Juda à propos de l’Égypte. Celle-ci connaîtra le joug de Babylone comme toutes les autres nations de la région, l’Assyrie, la Perse, les nations du Caucase, Méchsec et Tubal, comme les nations du Proche Orient…
 
*
 
*     *

Ces paroles devaient achever de briser les illusions d’une délivrance de la puissance babylonienne. Jérémie en avait déclaré la limite, soixante-dix années depuis la montée en puissance de Babylone jusqu’à sa chute, ce qui fait que seuls les tous jeunes enfants parmi les colonnes de l’exil pourront peut-être connaître la délivrance, cet appel prononcé par Cyrus le Grand, invitant à quitter les terres d’exil pour rentrer dans son propre pays. Ce sera une œuvre de Dieu que de susciter un tel prince en ce monde de violence, un prince dont il sera dit : "Mon berger ! Il accomplira tout mon bon plaisir, disant à Jérusalem : Tu seras bâtie, et au temple : Tes fondements seront posés" (Ésaïe 44:28). Un temps de réveil spirituel, de retour à l’Éternel lorsque sera entendu parmi les exilés : "Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, et criez-lui que son temps de détresse est accompli, que son iniquité est acquittée ; qu'elle a reçu de la main de l'Éternel le double pour tous ses péchés. La voix de celui qui crie : Dans le désert, préparez le chemin de l'Éternel, aplanissez dans le lieu stérile une route pour notre Dieu." (Ésaïe 40:1-3).
 
Et Ézéchiel recevra des paroles de l’Éternel ouvrant le regard des exilés au-delà du retour à Jérusalem à l’occasion de Cyrus ; ces paroles seront données pour donner confiance en l’accomplissement des Promesses et à l’établissement de la Nouvelle Alliance et du rétablissement de toute la nation.

 

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Ezéchiel 33:1 Nouvelle page de l'histoire d'Israël


 

LA PROMESSE ET LA GRÂCE
EZECHIEL 33 à 36

 
Lors du décès de son épouse, les "délices de ses yeux" (24:16), le prophète ne mène pas deuil ; il est un signe pour les exilés appelés à ne pas mener deuil sur la "marmite rouillée" qu’était devenue Jérusalem (24:6). Ne pas mener deuil en ce temps de grande désolation, lors du désastre qui ne cessera pas d’être pleuré, l’étant toujours aujourd’hui.

Des jours de jeûne furent institués à Babylone par les exilés, ainsi qu’en témoigne le prophète Zacharie (Zach.8:19). Et encore aujourd’hui, les Juifs célèbrent chaque année, début janvier, le "Jeûne du 10 Tevet", pour rappeler le début du siège de Jérusalem par l’armée de Nabuchodonosor ; mi-juillet, ils célèbrent le "Jeûne du dix-sept Tamouz", en souvenir de la brèche dans les murailles et de la prise de la ville, et, trois semaines plus tard, le "Jeûne du 9 Av", en mémoire de la destruction du Temple de Jérusalem par les Babyloniens. En ce jour, ils évoquent aussi, ce même jour, la destruction du temple en l’an 70 par les Romains.

Bien autre chose que de se lamenter, de mener deuil, le prophète leur engagera à comprendre le jugement divin, à considérer la rupture unilatérale de l’Alliance et à réaliser combien juste est leur situation comme nation. Dorénavant, c’est vers l’avenir que les regards seront tournés, non plus vers les causes du désastre mais vers le relèvement de la nation tout entière, dans le sentiment d’un nécessaire retour sur soi qui soit réellement personnel.
 
C’est ainsi une nouvelle section du livre d’Ézéchiel devant laquelle nous nous trouvons ; des pages extraordinaires dans lesquelles les exilés trouveront des réponses à leur désolation, des encouragements tandis qu’ils connaîtront, pour longtemps, une vie d’errance, d’étrangers dans tous les lieux, dans tous les pays où ils demeureront.
 
C’est une nouvelle période pour Ézéchiel lui-même, confirmé dans sa position de sentinelle pour son peuple. Le prophète parlera des brebis dispersées par la faute des mauvais bergers, pour présenter l’Éternel comme berger, prenant soin lui-même des brebis, et pour annoncer le fils de David qui doit paraître dans son caractère de Berger d’Israël. La satisfaction des ennemis d’Israël conduit à parler de ce pays dévasté dans lequel reviendront les exilés, et qui donnera ses fruits, ses récoltes, au peuple d’Israël, peuple régénéré par la nouvelle naissance, rassemblé comme un grand troupeau, comme aux plus beaux jours, lorsque le peuple célébrait avec joie les fêtes solennelles !
 
Suivront alors des visions du prophète propres à redonner confiance à ce peuple désolé dans les contrées de l’exil, vision d’un retour à la vie, les ossements dans la plaine, vision aussi d’un nouveau temple et des fêtes solennelles retrouvées, le peuple "nageant" dans un fleuve de grâce, chacune des tribus ayant ses terres dans le pays purifié sans que nul ne puisse les troubler, les priver de paix.


 

 
NOUVELLE PAGE DE L'HISTOIRE D'ISRAËL
EZECHIEL 33 et 34

 
C’est réellement d’une nouvelle page de l’histoire du peuple qu’il est maintenant question. Les déportations et l’errance qui en a résulté ont commencé sous Tiglath-Pilezer III, roi d’Assyrie de 745 à 727, lequel fit déporter en Mésopotamie la population des terres de Zabulon et Nephtali au nord de la terre d’Israël, avec celle de Galaad à l’est du Jourdain ; c’était vers le milieu de son règne. A cela suivit l’exil du reste des dix tribus, lors de la ruine de Samarie, en 722, et maintenant, par phases successives, l’exil des Judéens (Jér.52:28-30). Depuis lors, le peuple choisi par l’Éternel connaît une vie d’errance parmi les nations.

Il y aura bien un retour en terre d’Israël lors de la prise de pouvoir de Cyrus le Grand, roi des Mèdes et des Perses (Ésaïe 44:26-45:1), mais celui-ci ne concerna que quelques dizaines de milliers de Judéens (Esdras 2:64), alors que la majorité des Israélites demeura dans l’errance parmi les nations. Ce retour partiel a une très grande signification morale et spirituelle, et devait nécessairement intervenir pour qu’il y ait un peuple pour recevoir le Messie afin que fut accompli ce qui avait été annoncé par les prophètes (Ésaïe 52:13-53:12, Zach.13:5-7). Mais l’errance des Israélites ne fut pas pour autant terminée, et même elle fut amplifiée à nouveau lors de la destruction du temple par les Romains en l’an 70.

C’est donc une situation complètement nouvelle qui se présente aux Judéens, et même à tout Israël ; en effet, l’errance était connue de nombre d’entre eux depuis les déportations sous Tiglath-Pilézer, mais jusque là, le centre de la nation, le temple de Jérusalem, était toujours en place. Au temps où nous sommes arrivés, il n’y a plus de temple, et un rescapé de la ville sainte se fraye un chemin pour joindre Babylone et informer le prophète. Situation nouvelle ! Le prophète Habacuc en avait parlé, disant "Le juste vivra par sa foi !" (Hab.2:4), mettant en évidence l’attachement personnel au Seigneur ; Jérémie avait, quant à lui, souligné la nécessité d’accepter la situation nouvelle disant : "Ainsi dit l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël, à tous les captifs que j'ai transportés de Jérusalem à Babylone : Bâtissez des maisons et habitez-y ; plantez des jardins et mangez-en les fruits ; prenez des femmes et engendrez des fils et des filles, et prenez des femmes pour vos fils, et donnez vos filles à des maris, et qu'elles enfantent des fils et des filles ; et multipliez-vous là et ne diminuez pas. Et cherchez la paix de la ville où je vous ai transportés, et priez l'Éternel pour elle ; car dans sa paix sera votre paix." (Jérémie 29:4-7). Ézéchiel ajoutait à cela : "Ainsi dit le Seigneur, l'Éternel : Bien que je les aie éloignés parmi les nations, et bien que je les aie dispersés par les pays, toutefois je leur serai comme un petit sanctuaire dans les pays où ils sont venus" (11:16).
 
Rien n’est jamais perdu pour la foi, car le Seigneur, l’Éternel, est miséricordieux, et veut le bonheur de ses créatures – et pour chaque croyant, il y a des ressources - mais il n’en demeure pas moins vrai que l’Alliance avec le peuple, en tant que nation, était rompue ; cependant les Promesses, données avant l’Alliance, n’étaient liées à aucune condition : Dieu a promis et accomplira son propos (Rom.11:29). Dès la ruine consommée, c’est l’accomplissement de la promesse qui ser l’essence même de la parole confiée à Ézéchiel, la sentinelle pour les Israélites en exil à Babylone. Et par ces prédications, il conduira les Israélites à connaître l’Éternel et fortifiera leur foi.


Ezéchiel, toujours sentinelle pour Israël - 33:1-20

Nous lisons ici un rappel des paroles données à Ézéchiel tout au commencement de son ministère, lorsqu’il est établi sentinelle du peuple (3:16) ; ceci lui donne la mesure de sa responsabilité propre, et aussi de la responsabilité personnelle de tout homme devant Dieu. Ces paroles, il les a déjà entendues, et reçues, au commencement de son service (18:25-29).

33  1 La parole de l’Éternel vint à moi, disant : 2 Fils d’homme, parle aux fils de ton peuple. Tu leur diras : Si je fais venir l’épée contre un pays, et que le peuple du pays prenne un homme dans ses rangs et le charge d’être une sentinelle, 3 si cet homme voit venir l’épée contre son pays, sonne de la trompette et avertit le peuple, 4 si celui qui entend le son de la trompette ne reçoit pas l’avertissement et que l’épée vienne et le saisisse, son sang sera sur sa tête : 5 il a entendu le son de la trompette et n’a pas reçu l’avertissement, son sang est sur lui ; alors que s’il eût reçu l’avertissement, il aurait sauvé sa vie. 6 Mais si la sentinelle voit venir l’épée et ne sonne pas de la trompette, et que le peuple n’est pas averti, lorsque l’épée enlève quelqu’un, celui-ci sera enlevé dans son iniquité, mais son sang, je le réclamerai à la sentinelle.

Nous lisons ici la responsabilité de la sentinelle, responsable de la mort d’une des personnes pour lesquelles il avait à veiller ; toutefois la victime elle-même est toujours responsable devant Dieu de sa propre vie, selon qu’il est écrit "il mourra dans son iniquité" ; le terme est dur pour nous tant la connotation de l’expression induit l’idée d’un homme absolument coupable, mais il ne faut pas oublier que la conotation des mots d’une langue porte l’histoire et la culture de la nation, si bien qu’en hébreu ou en français, le même mot apporte une toute autre pensée. Pour un Israélite, nul n’est juste que Dieu seul ; même le plus sage d’entre les hommes ne peut être parfait – et la plus élémentaire sagesse nous conduit à recevoir cette pensée – et ainsi chacun se trouve avec sa propre responsabilité devant Dieu. La vie éternelle demeure toujours un geste de grâce, et cette grâce est gratuitement offerte à celui qui ne la rejette pas expressément… Tout homme sage, dans la nation d’Israël, sait qu’il est redevable de la grâce de Dieu plutôt que de se croire méritant par la qualité de sa propre vie. Que de fois les Psaumes ne nous parlent-ils pas des "gratuités de Dieu" (Psaume 25:7).

7 Toi, fils d’homme, je t’ai établi sentinelle pour la maison d’Israël. Tu écouteras la parole de ma bouche et tu les avertiras de ma part. 8 Quand je dirai au méchant "Méchant, certainement tu mourras !", si tu ne parles pas pour avertir le méchant à l’égard de sa voie, ce méchant mourra dans son iniquité, mais je réclamerai son sang de ta main. 9 Mais si, toi, tu avertis le méchant à l’égard de sa voie, pour qu’il s’en détourne, et qu’il ne se détourne pas de sa voie, il mourra, lui, dans son iniquité ; mais toi, tu auras délivré ton âme.

Comment aider ce peuple ? Lui masquer sa responsabilité dans la situation qu’il connaît serait faux, tandis que ne faire que le lui souligner peut le mener au désespoir… Si la vérité doit être dite, il faut qu’elle le soit tout entière ! Le prophète n’est pas l’homme qui se plaît à écraser les hommes et culpabiliser les âmes ; si la confrontation à la réalité y conduit inévitablement, le but est autre, la mission du prophète est de mettre les âmes en relation avec Dieu, leur faire entendre les pensées, les intentions de Dieu. C’est à cela que travaille Ézéchiel, faisant entendre que tout arrive en vue de la rédemption, car tel est le dessein de l’Éternel.

10 Toi, fils d’homme, dis à la maison d’Israël : Vous avez parlé ainsi, disant "Nos transgressions et nos péchés sont sur nous, et c’est à cause d’eux que nous pourissons ; comment pourrions-nous vivre ?" 11 Dis-leur : Je suis vivant – déclaration du Seigneur, l’Éternel – ce que je désire, ce n’est pas que la mort du méchant, mais qu’il revienne de sa voie méchante et qu’il vive ! Revenez, revenez de vos mauvaises voies. Pourquoi devriez-vous mourir, maison d’Israël ?
 
12 Toi, fils d’homme, dis aux fils de ton peuple : La justice du juste ne le délivrera pas au jour de sa transgression, et la méchanceté du méchant ne le fera pas tomber au jour où il se détournera de sa méchanceté. Le juste ne pourra pas vivre par sa justice, au jour où il péchera. 13 Quand j’aurai dit au juste que certainement il vivra, et que lui se confie en sa justice et commette l’iniquité, de tous ses actes justes, aucun ne viendra en mémoire, mais il mourra dans son iniquité qu’il a commise. 14 Et quand j’aurai dit au méchant "Certainement tu mourras", s’il revient de son péché et agit selon l’équité et la justice, 15 si le méchant rend le gage, restitue l’objet de ses spoliations, suit les prescriptions qui donnent la vie, n’agit plus injustement, certainement il vivra, il ne mourra pas. 16 On ne se souviendra contre lui d’aucun des péchés qu’il a commis ; il a agi selon l’équité et la justice, certainement il vivra.

Retour est fait à ce que nous avions lu plus tôt : "Et vous dites : la voie du Seigneur n’est pas réglée" (18:25). Un retour qui souligne cette nouvelle page qui s’ouvre dans la vie du peuple et donc dans le ministère du prophète, une nouvelle page de leur histoire. Après l’attente de l’inéluctable ruine, vient le temps de l’exil et de l’errance parmi les nations, jusqu’à la venue de celui qui rétablira la nation (21:32). C’est aussi le temps de la foi personnelle, telle que l’entrevoyait Habacuc un quart de siècle plus tôt, lorsqu’il disait avec force : "Le juste vivra par sa foi !" (Hab.2:4).

17 Les gens de ton peuple disent "La voie du Seigneur n’est pas réglée", mais c’est leur voie qui n’est pas réglée. 18 Si le juste se détourne de sa justice et agit injustement, il en mourra. 19 Et si le méchant revient de sa méchanceté et agit selon l’équité et la justice, il vivra à cause de cela. 20 Vous dites "La voie du Seigneur n’est pas réglée !" Je vous jugerai, chacun selon ses voies, maison d’Israël !

Après la ruine, nous voyons donc ce rappel de la mission du prophète, laquelle se poursuit, après l’annonce du désastre, par les encouragements propre à fortifier la foi, tandis qu’il vivra l’exil jusqu’à ce qu’il ferme les yeux sur ce monde. Parmi les exilés – et il n’y a plus d’autres Israélites que des exilés ou quelques fuyards en divers pays, et notamment un groupe important en Égypte où Jérémie les accompagna – bien malgré lui pouvons-nous dire, car il n’a jamais manqué d’inviter le peuple à se soumettre au roi de Babylone – mais afin que ces Judéens ne soient pas sans entendre la Parole de Dieu (Jér.42:10,19, 43:6).

 

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

04/08/2011

Ezéchiel 33:21 La parole du prophète, un chant agréable mais...


 

"La ville est frappée" - 33:21-29

Le cinquième jour du dixième mois arriva un rescapé de Jérusalem, cinq mois après la chute de Jérusalem et la destruction du temple... C’est assez dire sur les détours qu’il dû faire pour éviter les Chaldéens qui contrôlaient le pays et toute la région, comme aussi sur le temps que prit le rassemblement des Judéens à Mitspa, au nord de la ville et le temps que prit le déplacement des colonnes de l’exil, assurément en route, mais non encore arrivées à Babylone. Une douleur intense pour ces familles qui avaient tout perdu, forcées de tourner le dos à leurs maisons et leurs champs, chargées de quelques misérables biens, encadrées d’hommes d’armes dans ce convoi qui devait parcourir le chemin jusqu’à Babylone, une marche de près de mille kilomètres... Et lui-même, le rescapé de Jérusalem, quelles images étaient donc fixées à son esprit, images que jamais il ne pourrait oublier tant la douleur infligée à son peuple et à ses proches fut intense durant ces longs mois de siège de la ville, un siège d’une année et demie ayant apportés tout son cortège de privations, de souffrances inouïes, de maladies et de mort…

21 C’est la douzième année de notre transportation, le cinquième jour du dixième mois, qu’un rescapé de Jérusalem vint vers moi, disant : "La ville est frappée !" 22 La main de l’Éternel avait été sur moi le soir avant l’arrivée du rescapé ; lorsque celui-ci arrivé auprès de moi, le matin, il m’avait ouvert la bouche. Ma bouche fut ouverte, je n’étais plus muet.

Ezéchiel le pressentait-il déjà la veille de l’arrivée du rescapé ? Les nouvelles étaient bien lentes à l’époque, mais dans la conviction de l’incontournable désastre, il ne pouvait que s’attendre à cette terrible nouvelle. Intuition ? Révélation ? Toujours est-il que le prophète ne pouvait dire un mot, comme l’étrange suspens de la nature avant qu’éclate l’orage. Le prophète, à l’ouïe de ces nouvelles, ne peut éclater en sanglots, ne peut quérir ses proches pour se lamenter avec eux ; il en avait été averti et avait retenu la leçon, lui qui fut conduit à ne pas pleurer son épouse, les "délices de ses yeux" (24:16), lorsqu’elle lui fut reprise. "Vous agirez alors comme j’ai agi" avait-il dit alors (24:22-24). Et lui-même se lève pour parler aux Israélites autour de lui.

23 Et la parole de l’Éternel vint à moi, disant : 24 Fils d’homme, les habitants de ces ruines de la terre d’Israël, parlent, disant : "Abraham était un seul, et il a pris possession du pays ; nous nous sommes une multitude, et le pays nous a été donné en possession". 25 C’est pourquoi dis-leur : Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel : Vous mangez [les viandes] avec le sang, vous levez vos yeux vers vos idoles, vous répandez le sang et vous hériteriez le pays ? 26 Vous vous appuyez sur votre épée, vous commettez des abominations, vous rendez impure, chacun de vous, la femme de son prochain et vous hériteriez le pays ? 27 Tu leur diras ainsi : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Par ma vie, à coup sûr, ceux qui sont parmi les ruines tomberont par l’épée, celui qui est en rase campagne, je le donnerai à manger aux bêtes, et ceux qui sont dans les lieux escarpés et dans les cavernes mourront par la peste. 28 Je ferai du pays un lieu complètement dévasté ; sa force orgueilleuse prendra fin, les montagnes d’Israël seront dévastées, personne n’y passera. 29 Ainsi ils sauront que je suis l’Éternel, quand j’aurai fait de ce pays un lieu complètement dévasté, à cause de toutes les abominations qu’ils ont commises.

Dans un discours symbolique, aux oreilles de son auditoire à Babylone, le prophète apostrophe les Judéens qui demeurent encore en terre de Juda, au milieu des ruines. Ils ne sont pas là pour l’entendre, certes, mais bien des Judéens de Babylone pourraient être animés d’un sursaut d’espoir ayant sans doute entendu parler de Guédalia, commis gouverneur d’un petit reste de Judéens gardés de la sanction de l’exil, un gouverneur que rejoint Jérémie le prophète, dès que celui-ci fût libéré, à Mitspa, où il se trouvait parmi les familles destinées à l’exil (Jér.40:2-5). Mais, cela Ézéchiel ne le sait sans doute pas encore, le meurtre de Guédalia va pousser les Judéens à la fuite en Égypte (Jér.43:7), tandis que le tout petit reste qui demeurera auprès de ses champs subit la sanction de l’exil deux ou trois années après (Jér.52:30).
 
La parole d’Ézéchiel est dure à entendre : "Ceux-là qui se reposeraient sur les promesses disant que le pays leur a été donné, pourraient-ils posséder ce pays en agissant de manière inique et injuste ?" Parole dure, sans doute, mais n’est-elle pas juste ?


La parole d’Ezéchiel, un chant agréable - 33:30-33

Parler à ce peuple ! Le prophète pourrait croire que, si douloureux que ce soit, ce qu’il avait annoncé étant arrivé, les oreilles seraient ouvertes, l’attention serait plus grande ! Mais ni l’attention de l’auditoire, ni son importance numérique ne peuvent faire illusion. Son seul motif pour se lever et ouvrir la bouche, c’est la mission de prophète qui lui est confiée par l’Eternel ; il est une sentinelle, il doit parler, "qu’ils t’écoutent ou qu’ils n’en fassent rien…" (2:5).
 
Et le peuple viendra à lui pour entendre, souvenons-nous des anciens allant auprès d’Ezéchiel (8:1, 14:1, 20:1…) poussés par les gestes du prophète que le peuple pouvait considérer : les veilles devant la maquette de Jérusalem assiégée, les parcours ensuite avec les signes de l’exil… Il ne faut pas que le prophète s’illusionne sur la quantité des auditeurs qui se pressent autour de lui à l’écoute de ce qu’il dira à la suite des nouvelles venues du pays de Juda…

30 Quant à toi, fils d’homme, les gens de ton peuple parlent contre toi le long des murs et aux portes des maisons ; ils se disent l’un à l’autre, chacun à son frère : "Venez donc écouter, je vous prie, quelle est la parole qui vient de l’Éternel." 31 Ils se rendent en foule auprès de toi, et ils s’asseyent devant toi comme étant mon peuple et ils entendent tes paroles, mais ils ne les mettent pas en pratique, car ils agissent avec des paroles agréables à la bouche, alors que l’avidité mène leur cœur. 32 Tu est pour eux comme un chant agréable, une belle voix, une douce mélodie. Ils entendent tes paroles, mais ils ne mettent pas en pratique. 33 Quand ces choses arriveront – et elles arrivent ! – ils sauront qu’il y avait un prophète au milieu d’eux.

Ne t’occupe pas de la réception de tes paroles, Ézéchiel ! Un jour ils sauront ce qu’il en est. Le tableau que nous avons ici est d’une criante actualité, car en tous temps, on a aimé les orateurs, les beaux discours, les paroles qui élèvent l’âme, pour en commenter les idées, se féliciter de les avoir entendues en primeur… et sans qu’aucune de ces paroles soient prises en considération pour examiner ses propres voies. Ézéchiel est ainsi reconnu : "Un chant agréable, une belle voix, une douce mélodie"
 
Et ce que le prophète a à dire n’est guère agréable pour tous, souvenons-nous de l’attitude des anciens venus écouter le prophète au commencement (14:1-5).


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Ezéchiel 34:1 Les brebis de l'Eternel


 

Les brebis de l’Éternel - 34:1-31

Le troupeau est celui du Seigneur, l’Éternel, et ceux qui ont reçu la charge de bergers ont des comptes à rendre. Que de brebis égarées faute de conducteurs qui veillent sur elles ! Que de brebis abusées même par des bergers qui se paissent eux-mêmes, dont le troupeau est une source de profit personnels : richesses, honneurs, sentiments de pouvoir et de domination… Si la foi libère l’homme, la religion est souvent source d’assujettissement, d’esclavage…

34  1 La parole de l’Éternel vint à moi, disant : 2 Fils d’homme, prophétise sur les bergers d’Israël, et dis-leur, à ces bergers : Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel : Quel malheur pour les bergers d’Israël qui se paissent eux-mêmes ! Les bergers ne devraient-ils pas paître le troupeau ? 3 Vous mangez la graisse, vous vous vêtez de la laine, vous sacrifiez les bêtes grasses et vous ne paissez pas le troupeau. 4 Vous n’avez pas fait reprendre des forces aux brebis qui étaient faibles, vous soigné celle qui était malade, pansé celle qui était blessée ; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue ; mais vous les avez dominées avec dureté et rigueur. 5 Elles se sont dispersées faute de berger ; elles sont devenue la proie de toutes les bêtes sauvages ; elles se sont dispersées.
 
6 Mon troupeau erre dans toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées, mon troupeau est dispersé sur toute la terre ; personne ne s’enquiert d’elles, personne ne les recherche.
 
7 C’est pourquoi, bergers, écoutez la parole de l’Éternel : 8 Je suis vivant – déclaration du Seigneur, l’Éternel – à coup sûr, parce que mon troupeau est livré au pillage et parce qu’il est devenu la proie de toutes les bêtes sauvages, faute de berger, parce que les bergers se paissaient eux-mêmes et ne faisaient pas paître mon troupeau, 9 à cause de cela, bergers, écoutez la parole de l’Éternel ! 10 Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, j’en veux à ces bergers, et je réclamerai mon troupeau de leur main, je ne les laisserai plus paître mon troupeau, pour que les bergers ne se paissent plus eux-mêmes. Je délivrerai mon troupeau de leur bouche, et il ne sera plus une proie pour eux.

Considérons ces paroles ! Les anciens, ceux même qui s’étaient entendus pour écouter la parole du prophète dans la dissimulation de leurs véritables pensées (14:3), entendaient… La parole de Dieu sonde ainsi les consciences et les cœurs. Mais l’histoire ne s’arrête pas à la ruine, le Seigneur a des trésors de bonté en réserve pour les hommes, et pour le peuple choisi, et pour les petits d’entre eux (Zacharie 11:7-11).

11 Car ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, moi, je rechercherai mes brebis et j’en prendrai soin. 12 Comme un berger prend soin de son troupeau au jour où il est au milieu de ses brebis éparpillées, je prendrai soin de mes brebis et je les délivrerai de tous les lieux où elles ont été dispersées, au jour de la nuée et de l’obscurité profonde. 13 Je les ferai sortir d’entre les peuples, je les rassemblerai de tous les pays et les ramènerai sur leur terre ; je les ferai paître sur les montagnes d’Israël, auprès des ruisseaux et dans tous les lieux d’habitation du pays. 14 Je les ferai paître dans un bon pâturage ; leur domaine sera dans les hautes montagnes d’Israël. Elles coucheront dans un bon domaine et pourront paître dans de gras pâturages dans les montagnes d’Israël. 15 Moi-même je ferai paître mon troupeau, et je les ferai reposer – déclaration du Seigneur, l’Éternel. 16 La perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai ; la blessée, je la panserai ; et celle qui est malade, je lui ferai reprendre des forces.

"Voici, moi, je rechercherai mes brebis et j’en prendrai soin" (34:11). Cette parole est magnifique, combien devrions-nous nous y arrêter et nous dire et redire : Quel Seigneur est mon Seigneur ! Cette parole est au cœur du message des Ecritures (Jean 10:11, Luc 15:1-5). Comprenons bien qu’il ne s’agit pas seulement d’un cadre idyllique pour un temps qui n’est pas encore où toutes les brebis, à l’unisson, partagent les mêmes valeurs morales, mais de la présentation de Dieu dans son regard sur tous ceux qui lui font confiance.
 
Le prophète poursuit pour indiquer que le Seigneur, le berger d’Israël, veille en vue de maintenir la justice entre les brebis. Si d’aucunes chercheraient à s’engraisser au dépens d’autres, plus faibles, Lui-même veille et agit…

16b Mais je détruirai celle qui est grasse et forte ; je les ferai paître avec équité. 17 Quant à vous, mon troupeau, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, je juge entre brebis et brebis, entre béliers et boucs. 18 Est-ce trop peu pour vous de brouter le bon pâturage, pour que vous fouliez avec vos pieds le reste de votre pâturage ? Et de boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ? 19 Mon troupeau a pour pâture ce que vos pieds ont foulé, et pour breuvage ce que vos pieds ont troublé. 20 C’est pourquoi, ainsi leur parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, moi, je jugerai entre la brebis grasse et la brebis maigre. 21 Parce que vous poussez avec le flan et avec l’épaule, parce que vous avez frappé avec vos cornes toutes les faibles jusqu’à ce que vous les ayez dispersées au dehors, 22 je sauverai mon troupeau afin qu’il ne soit plus livré au pillage, et je jugerai entre brebis et brebis.

Viendra enfin le nouveau David, le serviteur de l’Éternel. Celui-là sera désormais au centre des pensées des croyants parmi les exilés, pendant des années, ils attendront le Fils de David (Mat.12:23). L’attente ne sera pas tant pour eux la restauration d’Israël que la venue de Celui que restaurera. Mon serviteur, dit l’Éternel, comme, quelques années après Ézéchiel, des voix s’élèveront, toujours à Babylone, pour évoquer son élévation, mais aussi ses souffrances et son œuvre de rédemption : "Voici, mon serviteur agira sagement ; il sera exalté et élevé très-haut. Comme beaucoup ont été stupéfaits en te voyant, - tellement son visage était défait plus que celui d'aucun homme, et sa forme, plus que celle d'aucun fils d'homme…" (Ésaïe 52:13-53:12). Un berger paraîtra, ayant son regard tourné particulièrement vers les petits, les faibles : "Et je me mis à paître le troupeau de la tuerie, voire même les pauvres du troupeau ; et je pris deux bâtons : je nommai l'un Beauté, et je nommai l'autre Liens, et je me mis à paître le troupeau" (Zacharie 11:7). Pour les exilés, quelles ressources pour conforter leur foi !

23 Je susciterai sur eux un berger qui les fera paître, mon serviteur David ; lui les fera paître, lui sera leur berger. 24 Moi, l’Éternel, je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’eux – c’est moi, l’Éternel, qui ai parlé. 25 J’établirai pour eux une alliance de paix, et je ferai disparaître du pays les bêtes féroces ; ils habiteront en sécurité dans le désert et dormiront au milieu des broussailles. 26 Je ferai d’eux et des alentours de ma colline une bénédiction ; j’enverrai la pluie en son temps, ce seront des pluies de bénédiction. 27 L’arbre des champs donnera son fruit et le pays donnera sa production. Ils seront en sécurité sur leur terre et sauront que je suis l’Éternel quand j’aurai brisé les liens de leur joug et que je les aurai délivrés de la main de ceux qui les asservissent. 28 Et ils ne seront plus livrés au pillage des nations, ils ne seront plus les proies des bêtes sauvages ; ils habiteront en sécurité et il n’y aura personne pour les troubler. 29 J’aménagerai pour eux une plantation de renom ; ils ne seront plus emportés par la famine dans le pays, et ils ne serons plus chargés d’insultes par les nations. 30 Ainsi ils sauront que moi, l’Éternel, leur Dieu, je suis avec eux, et qu’eux, la maison d’Israël, ils sont mon peuple – déclaration du Seigneur, l’Éternel.
 
31 Vous, mon troupeau, le troupeau que je fais paître, vous êtes des hommes ; moi, je suis votre Dieu – déclaration du Seigneur, l’Éternel.

Voyons les caractères du règne du Messie : une alliance de paix, la fin des bêtes mauvaises, l’habitation en sécurité, une pluie de bénédictions, l’arbre donnant son fruit et la terre son rapport (Ésaïe 9:6, 11:8, 32:17, 27:6). Le Seigneur, celui qui a promis à Abraham (Genèse 12:1-3) et à David (2 Samuel 7:13, Ésaïe 55:3) confirme la promesse, présentant cette paix parfaite pour des hommes réconciliés avec Dieu.

 

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE