10/05/2013

Lévitique 23 - Les Fêtes à l'Eternel


 

Les Fêtes à l'Eternel
Lévitique 23

 
1 Le SEIGNEUR dit à Moise : 2 Parle aux Israelites ; tu leur diras: Les rencontres festives du SEIGNEUR, celles que vous convoquerez, sont des convocations sacrées. Voici quelles sont mes rencontres festives.

Avant tout, il est rappelé le SABBAT, institution donnée à Israël pour que chaque Israélite réalise la bonté de Dieu, et en soit le témoin... Ensuite, il est donné à Israël sept célébrations majeures. Les sept fêtes à l'Eternel qui sont autant d'occasion pour Israël de se souvenir de la bonté de Dieu, célébrer les délivrances, se réjouir des bénédictions à l'occasion des récoltes et annoncer l'ére nouvelle, messianique, qui va venir.

 
SHABBAT, le repos du 7e jour

3 Pendant six jours on travaillera ; mais le septième jour, il y aura sabbat, repos sabbatique, convocation sacrée. Vous ne ferez aucun travail : c'est un sabbat pour le SEIGNEUR, dans tous vos lieux d'habitation.

Sept célébrations majeures sont demandées par le Seigneur à son peuple Israël ! Peuple choisi pour être le témoignage de Dieu. Après avoir rappelé le sabbat, le septième jour de la semaine – jour du repos – il est question de sept célébrations faites chaque année.

 
LES SEPT FETES A L ETERNEL

4 Voici les rencontres festives du SEIGNEUR, les convocations sacrées, que vous convoquerez au temps fixe.

Des fêtes célébrées une fois l'an. Lorsque Dieu parla à Moïse, à la sortie de l'Egypte, il dit que le mois en cours, ce mois d'Abib, serait pour eux le commencement des mois. Non que ce soit le début de l'année civile... Mais ce grand commencement du peuple d'Israël est cette sortie d'Egypte, et son privilège sera de s'arrêter de ses travaux pour se réjouir dans le rappel de la grande délivrance. Suite alors un calendrier précis qui accompagel'époque des récoltes en Israël, jusqu'à la fête de CHAVOUOT au cours de laquelle est célébré le don de la Loi à Israël.
 
Lorsque le nouvel an civil arrive, Israël va faire de grandes célébrations qui évoquent un ère nouvelle. Le son de la trompette se fait entendre au premier jour du nouvel an, suivi de la fête du grand pardon, un temps de recuillement, et de la fête des cabanes. Pendant huit jours les Israélites vont dormir dans des cabanes, hors de leur maison, pour se souvenir du chemin parcouru par la grâce de Dieu...

 
PESSAH - La pâque

5 Le quatorzième jour du premier mois, à la tombée du soir, il y aura la Pâque pour le SEIGNEUR.

Le mois d’Abib n’est pas le premier mois de l’année civile, mais pourtant il est appelé le "premier mois"… Il commence à la première lune du printemps. C'est la commémoration de la SORTIE D'EGYPTE ! Les Israélites, au quatorzième jour de ce mois, sont sortis d’Egypte ! Une nouvelle vie commence, ils sont passé de l’esclavage à la libération, pour mener une nouvelle vie avec Dieu ! Pour être un peuple "témoin" de Dieu !
 
Bien des années après la sortie d’Égypte, tandis que la fête se célébrait, Jésus était avec ses disciples, leur parlant de sa mort. Ce qu’il enseigna est à lire dans les Evangiles (Matthieu 26.17-35, Marc 14.12-31, Luc 22.7-38, Jean 13-17).
 
Le souvenir de la sortie d’Égypte, c’est aussi l’annonce de l’Agneau de Dieu offert en sacrifice : "Notre pâque, Christ, a été sacrifiée…" (1 Corinthiens 5:7)
 
Christ, par le don de lui-même, et sa mort à la croix, apporte la libération. Recevoir cette réalité de la mort de Christ pour sauver l’homme, c’est commencer une nouvelle vie… "Si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle création : les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont faites nouvelles…" (2 Corinthiens 5:17).

 
Les Pains sans levain

 
En fait, PESSAH et les Pains sans levain sont intimement liés, au point que par la mention d'une des fêtes on évoque en pratique ces sept jours commençant par le repas pascal dans chaque famille et se poursuivant durant sept jours.
 
Les "pains sans levain" se célébrait, parmi les Israélites, pendant une semaine, dès la célébration de la Pâque. Les Israélites sortirent d’Égypte ayant des réserves de pain qui n’avaient pas "levés", et ainsi, chaque Israélite ôte tout levain et tout pain levé de sa maison. Durant sept jours au lieu du pain habituel, ils consomment du pain sans levain.

6 Le quinzième jour de ce mois, il y aura la fête des Pains sans levain pour le SEIGNEUR. Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. 7 Le premier jour, il y aura pour vous convocation sacrée : vous ne ferez aucun travail servile. 8 Vous présenterez au SEIGNEUR, pendant sept jours, des offrandes consumées par le feu. Le septième jour, il y aura convocation sacrée : vous ne ferez aucun travail servile.

Le levain est, dans toute l’Ecriture, signe de la faiblesse ou plus clairement du mal dans l’homme… Oter le levain est alors signe d'un changement de vie. Pour l’Israélite, souvenir de la sortie d’Égypte, et pour le chrétien, expression de sa vie, et de son désir de marcher "en nouveauté de vie"
 
"Ôtez le vieux levain, afin que vous soyez une nouvelle pâte, comme vous êtes sans levain. Car aussi notre pâque, Christ, a été sacrifiée : c'est pourquoi célébrons la fête, non avec du vieux levain, ni avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec des pains sans levain de sincérité et de vérité." (1 Corinthiens 5.7-8)

 
La fête des prémices

 
C’est le commencement de la récolte ! Une première gerbe est apportée au prêtre, pour célébrer ce moment heureux de la vie du pays. Cela se passe au cours des PAINS SANS LEVAIN, le lendemain du shabat (voir verset 15) Une gerbe est présentée à Dieu… Mais il n'y a pas de grande célébration à Jérusalem, pas de "convocation sacrée".

9 Le SEIGNEUR dit à Moise : 10 Parle aux Israelites ; tu leur diras : Quand vous serez entrées dans le pays que je vous donne et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au prêtre une gerbe, les prémices de votre moisson. 11 Il dédiera rituellement la gerbe devant le SEIGNEUR, pour que vous soyez agrées ; le prêtre la dédiera rituellement le lendemain du sabbat. 12 Le jour ou vous dédierez rituellement la gerbe, vous offrirez en holocauste au SEIGNEUR un agneau d'un an sans défaut, 13 avec son offrande végétale, de deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile, en offrande consumée par le feu pour le SEIGNEUR, comme une odeur agréable, et sa libation d'un quart de hin de vin. 14 Vous ne mangerez ni pain, ni grain rôti, ni blé nouveau jusqu'au jour même ou vous apporterez le présent de votre Dieu. C'est une prescription perpétuelle, pour toutes vos genérations, dans tous vos lieux d'habitation.

Une fête solennelle, une célébration au Temple, mais pas de grande réunion de tout le peuple ! Le lendemain du shabat, le premier jour de la semaine ! Le jour de la résurrection du Seigneur Jésus ! La résurrection du Seigneur s’est passé presque incognito du monde… Le Seigneur apparût à quelques uns de ses disciples... (Matthieu 28.1-10, Marc 16.1-18, Luc 23.1-49, Jean 20.1-31).
 
Et nous lisons dans une épître : "Mais maintenant Christ a été ressuscité d'entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis." (1 Corinthiens 15:20).

La Pâque de l'an 29

Jeudi soir. Le repas "familial" de PESSAH fut célébré par le Seigneur avec ses disciples la nuit qu'il fut livré (Jean 13.1).
 
Vendredi. Dans la journée qui suivait avait lieu une grande célébration au Temple (Lév.3.7), pour laquelle les prêtres devaient êtres "purs" (Jean 18.28), car seuls les prêtres qui étaient "purs" consommaient des pièces des sacrifices offerts (Lév.6.11)... Mais qu'est-ce qu'une purification rituelle pour un coeur aveuglé par la haine ? Et en ce temps eût lieu la crucifixion. C'était la veille d'un shabat, et il fallait, pour que ce jour soit respecté, que les corps des condamnés soient retirés des croix (Jean 19.31), alors on hâta la mort des condamnées, mais Jésus avait déjà - de lui-même - rendu son esprit... (Luc 23.46) Le corps de Jésus est déposé dans le sépulcre neuf que Joseph d'Arimathée avait creusé pour lui-même (Matthieu 27.57)
 
Samedi. Le shabat se passe, le corps de Jésus repose dans la tombe de Joseph d'Arimathée
 
Dimanche. Le SHABAT se passe , et voici le lendemain, le premier jour de la semaine c'était ce jour qu'était présentée la gerbe des prémices. C'est la jour de la résurrection du Seigneur ! (Jean 20.1). C'est ainsi que les chrétiens prirent rapidement l'habitude de se réunir au Premier jour de la semaine (Actes 20.7, 1 Corint.16.2) et que ce jour fut appelé "La journée dominicale", le Dimanche (Apoc.1.10).

 
CHAVOUOT - La fête de la récolte

 
La Pâque a été célébrée, la fête des prémices a lieu le lendemain du sabbat au cours de la semaine des pains sans levain… et ensuite on attend sept semaines, pour arriver à la fin de la récolte… Cela nous conduit à la Pentecôte, la fête de la récolte, qui est aussi la commémoration du don de la Torah… (le don de la Loi à Moïse, dans le désert)

15 Depuis le lendemain du sabbat, depuis le jour ou vous apporterez la gerbe qu'on dédie rituellement, vous compterez sept semaines entières. 16 Vous compterez cinquante jours, jusqu'au lendemain du septième sabbat ; vous présenterez alors au SEIGNEUR une offrande végétale nouvelle. 17 De vos lieux d'habitation vous apporterez deux pains, pour les dédier rituellement; ils seront de deux dixièmes de fleur de farine, levés et cuits : ce sont les premiers pains pour le SEIGNEUR. 18 En plus de ces pains, vous présenterez en holocauste au SEIGNEUR sept agneaux d'un an sans défaut, un taureau et deux béliers, avec leur offrande végétale et leur libation en offrande consumée par le feu, comme une odeur agréable pour le SEIGNEUR. 19 Vous offrirez un bouc en sacrifice pour le péché, et deux agneaux d'un an en sacrifice de paix. 20 Le prêtre les dédiera rituellement devant le SEIGNEUR, en plus des premiers pains qu'on dédie rituellement et des deux agneaux ; ils seront consacres au SEIGNEUR et seront pour le prêtre. 21 Ce jour même, vous proclamerez une convocation; il y aura pour vous convocation sacrée : vous ne ferez aucun travail servile. C'est une prescription perpétuelle, pour toutes vos générations, dans tous vos lieux d'habitation.

Et il faut considérer un fait tout à fait particulier : deux pains avec du levain sont présentés devant le SEIGNEUR ! Certes, ils ne sont pas offerts en sacrifice, mais ils sont présentés comme l’avait été la gerbe des prémices… Pains avec du levain, dans lequel le croyant peut se reconnaître... (1 Jean 1.9-10). Pourquoi deux pains ? Ce n'est pas l'expression des deux royaumes, car l'institution des fêtes est antérieure à la scission du Royaume de Salomon. Dans les choses qui concernent le culte, nous voyons les douze tribus, comme il y avait douze pains placés chaque semaine dans le Temple, sur la Table des pains de proposition (Exode 25.23). Nous sommes enclins à nous tourner vers l'accomplissement de la Pentecôte : la Bonne Nouvelle offerte aux Juifs et aux non-Juifs, selon qu'il est écrit :
 
"Mais maintenant, dans le christ Jésus, vous qui étiez autrefois loin, vous avez été approchés par le sang du Christ. Car c'est lui qui est notre paix, qui des deux en a fait un et a détruit le mur mitoyen de clôture, ayant aboli dans sa chair l'inimitié, la loi des commandements qui consiste en ordonnances, afin qu'il créât les deux en lui-même pour être un seul homme nouveau, en faisant la paix…" (Éphésiens 2:13-15)

 
La Pentecôte de l'an 29

Cette année là, tandis que beaucoup de Juifs étaient venus à Jérusalem pour la fête, un grand événement s’est produit. Des Juifs venus de tous horizons, parlant chacun leur langue, Juifs de Jérusalem et Juifs de la diaspora, entendent des paroles étonnantes, et qui plus est, chacun entend dans sa propre langue. C'était le début de la matinée que cet homme "du commun", un pécheur galiléen prononçait des paroles extraordinaires, à savoir la résurrection de Jésus de Nazareth... Et le sens de la Croix du Calvaire, pour les appeler ensuite à se tourner vers Dieu en vérité... Et un grand nombre le firent. Ces hommes galiléens qui avaient peu d'instruction mais qui accompagnèrent Jésus dès le commencement de son ministère, sont nanti d'une puissance de parole impressionnante... Car cela venait de leur être donné (Actes 2:1-4).

 
De la Moisson au Nouvel-An

22 Quand vous ferez la moisson de votre pays, tu ne moissonneras pas ton champ jusqu'au bord, et tu ne ramasseras pas ce qui reste il glaner. Tu abandonneras cela au pauvre et il l'immigre. Je suis le SEIGNEUR (YHWH), votre Dieu.

Dieu prend soin de son peuple, et ce pays ruisselant de lait et de miel est riche, les moissons peuvent y être abondantes. Comment réagir à cette bonté de Dieu ? Le chemin de prendre comme modèle ce Dieu si bon... Alors, l'Israélite qui célèbe des fêtes de reconnaissance à Dieu doit aussi manifester de la miséricorde. Les champs produisent-ils du bon grain ? Alors laissons en partage avec ceux qui sont démunis. Et même avant la moisson, l'Israélite doit être magnanime, non âpre au gain. Ainsi celui qui passe par ses champs est libre de prendre à la main du grain du champ auprès duquel il passe : "Si tu entre dans le blés de ton prochain, tu pourras coeuillir des épis à la mains, mais tu ne passera pas la faucille dans les blés de ton prochain." (Deutéronome 23.25, Matthieu 12.1-2).
 
Un bel exemple de cette disposition touchant la glanure se trouve au livre de Ruth. Une étrangère, démunie, qui se trouve dans le champ de Boaz à Bethléem, à glaner pour sa subsistance, y est encouragée (Ruth 2.1-7)
 
Mais la glanure dit encore autre chose, introduisant la nouvelle ère, le rétablissement d'Israël : "Il arrivera en ce jour-là que l'Éternel battra au fléau depuis le courant du fleuve jusqu'au torrent d'Égypte, et vous serez rassemblés un à un, fils d'Israël !" (Esaïe 27.12).
 
Le travail de Dieu dans l'âme est individuel, il n'y a pas de conversion de masse...

 
ROCH HASHANA – Nouvel an, fête du Shofar.

 
Le shofar, la corne de bélier, sonne ! C’est l’annonce d’une année nouvelle. L’annonce en quelque sorte d’une nouvelle ère.

23 Le SEIGNEUR dit il Moise : 24 Dis aux Israélites : Le premier jour du septième mois, il y aura pour vous repos sabbatique d'évocation et d'acclamation, convocation sacrée. 25 Vous ne ferez aucun travail servile, et vous présenterez au SEIGNEUR des offrandes consumées par le feu.

Le son de la corne de bélier évoque l'avènement du Messie, la délivrance et le rétablissement d'Israël tout entier, selon les promesses faites aux Pères. Mais il faut dès lors être prêt...

 
YOM KIPPOUR – Le Grand Pardon

 
Ce jour est particulièrement important ! Un rituel complexe s’y attache, un rituel dont le sens est réellement important pour tous.

26 Le SEIGNEUR dit il Moise: 27 Le dixième jour de ce septième mois, il y aura le jour de l'Expiation. Il y aura pour vous convocation sacrée : vous vous priverez et vous présenterez au SEIGNEUR des offrandes consumées par le feu. 28 Vous ne ferez aucun travail ce jour même, car c'est le jour de l'Expiation, le jour ou l'expiation doit être faite sur vous devant le SEIGNEUR, votre Dieu. 29 Quiconque ne se privera pas ce jour même sera retranche de son peuple. 30 Quiconque travaillera ce jour même, je le ferai disparaître du sein de son peuple. 31 Vous ne ferez aucun travail. C'est une prescription perpétuelle, pour toutes vos générations, dans tous vos lieux d'habitation. 32 Ce sera pour vous un sabbat, un repos sabbatique, et vous vous priverez; le neuvième jour du mois, au soir, vous ferez votre sabbat, d'un soir à l'autre.

Ce jour, les péchés du peuple étaient "portés" symboliquement sur un bouc qui étaient envoyé au désert, le "bouc émissaire" (Lévitique 16). De cette manière le peuple pouvait comprendre l’intention du SEIGNEUR : ne plus se souvenir des péchés ! Il y avait en parallèle un bouc offert en sacrifice sur l’autel, dans lequel nous discernons que quelqu’un s’est sacrifié pour que Dieu puisse ne plus prendre en compte nos fautes ! Par ailleurs, ce jour là, le grand prêtre pénétrait dans le Saint des Saints, ce qu’il ne pouvait faire qu’une fois l’an, ce jour là… Le Saint des Saints, image du ciel même, n’était pas accessible… mais le chemin qui mène à Dieu est ouvert aujourd’hui… (Hébreux 10:19-22)

 
SOUCCOT – La fête des Cabanes

 
Arrivés en Terre d’Israël, le peuple de Dieu est appelé à se souvenir de la traversée d’Égypte, et à regarder la bénédiction apportée par le SEIGNEUR !

33 Le SEIGNEUR dit il Moïse : 34 Dis aux Israelites : Le quinzième jour du septième mois, il y aura la fête des Huttes pour le SEIGNEUR - pendant sept jours. 35 Le premier jour, il y aura convocation sacrée : vous ne ferez aucun travail servile. 36 Pendant sept jours, vous présenterez au SEIGNEUR des offrandes consumées par le feu. Le huitième jour, il y aura pour vous convocation sacrée; vous présenterez au SEIGNEUR des offrandes consumées par le feu; c'est une assemblée solennelle: vous ne ferez aucun travail servile.
 
37 Telles sont les rencontres festives du SEIGNEUR que vous convoquerez, les convocations sacrées, pour présenter au SEIGNEUR des offrandes consumées par le feu, des holocaustes, des offrandes végétales, des sacrifices et des libations, selon l'ordre de chaque jour, 38 outre les sabbats du SEIGNEUR, vos dons, vos vœux, toutes les offrandes volontaires que vous donnerez au SEIGNEUR.
 
39 Le quinzième jour du septième mois, quand vous récolterez les produits du pays, vous célébrerez la fête du SEIGNEUR - pendant sept jours: le premier jour il y aura un repos sabbatique, le huitième jour il y aura un repos sabbatique. 40 Le premier jour, vous prendrez du fruit de beaux arbres, des branches de palmiers, des rameaux d'arbres touffus et de saules des oueds; et vous vous réjouirez devant le SEIGNEUR, votre Dieu, pendant sept jours. 41 Vous célébrerez chaque année cette fête pour le SEIGNEUR pendant sept jours. C'est une prescription perpétuelle, pour toutes vos générations. Vous la célébrerez le septième mois. 42 Vous habiterez pendant sept jours dans des huttes; tous les autochtones en Israël habiteront dans des huttes, 43 afin que toutes vos générations sachent que j'ai fait habiter les Israelites dans des huttes quand je les ai fait sortir d'Egypte. Je suis le SEIGNEUR (YHWH), votre Dieu.
44 C'est ainsi que Moïse parla des rencontres festives du SEIGNEUR aux Israelites.

Un temps de grande fête qui évoque la délivrance et annonce le règne du Messie ! Un règne qui s’étendra à la terre tout entière… C’est le "repos de Dieu" duquel le Seigneur parlait. L'année 28 ou 29, le Seigneur s'est rendu en secret à Jérusalem. Et à la dernière journée de cette fête qui dure une semaine, il s'est manifesté publiquement pour adresser un message merveilleux :
 
Et en la dernière journée, la grande journée de la fête, Jésus se tint là et cria, disant : "Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive ; celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre" (Jean 7:37-38).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.