21/06/2013

Exode 22 L'Alliance du Sinaï (2/3)


 

Actes attentant aux biens d’autrui – 22:1-15

Pour les vols et autres indélicatesses, la Loi de Moïse conduit à une restitution majorée, peine dissuasive sans nul doute, mais aussi geste de réconciliation qui assure la paix retrouvée dans le voisinage.

22  1 Si un homme vole un bœuf, ou un mouton, et qu'il le tue ou le vende, il restituera cinq bœufs pour le bœuf, et quatre moutons pour le mouton.
 
2 Si le voleur est trouvé commettant effraction, et qu'il soit frappé et qu'il meure, il n'y aura pas coulpe de sang pour lui. 3 Si le soleil est levé sur lui, il y aura coulpe de sang pour lui : il aurait fait pleine compensation ; s'il n'avait rien eu, il aurait été vendu pour son vol. 4 Si ce qui a été volé est trouvé vivant entre ses mains, soit bœuf, soit âne, soit mouton, il fera compensation au double.
 
5 Si un homme fait brouter un champ ou une vigne, et envoie son bétail et qu'il broute dans le champ d'autrui, il fera compensation, du meilleur de son champ et du meilleur de sa vigne. 6 Si le feu sort et trouve des épines, et qu'un tas de gerbes, ou du blé sur pied, ou le champ, soit consumé, celui qui aura allumé l'incendie fera pleine compensation.
 
7 Si quelqu'un donne à son prochain de l'argent ou des objets à garder, et qu'ils soient volés de la maison de cet homme, si le voleur est trouvé, il fera compensation au double. 8 Si le voleur n'est pas trouvé, le maître de la maison sera amené devant les juges, pour jurer s'il n'a pas mis sa main sur le bien de son prochain. 9 Dans toute affaire d'infidélité touchant un bœuf, touchant un âne, touchant un mouton, touchant un vêtement, touchant toute chose perdue dont on dira : C'est cela, l'affaire des deux parties viendra devant les juges ; celui que les juges condamneront fera compensation au double à son prochain.

Il se pourrait aussi qu’il y ait soupçon de vol, alors qu’un accident serait arrivé à une bête confiée à un homme. Différents cas sont envisagés.

10 Si un homme donne à garder à son prochain un âne, un bœuf, un mouton ou une bête quelconque et que la bête meure, qu'elle se soit fait une fracture ou qu'on l'ait emmenée sans que personne l'ait vu, le serment de l'Éternel interviendra entre les deux parties, pour jurer s'il n'a pas mis sa main sur le bien de son prochain. 11 Le maître de la bête l'acceptera, et celui-là ne fera pas compensation ; 12 mais, si réellement elle lui a été volée, il fera compensation au maître ; 13 si elle a été déchirée, il l'apportera en témoignage. Il ne compensera pas ce qui a été déchiré.
 
14 Et si un homme a emprunté une bête à son prochain, et qu'elle se fasse une fracture ou qu'elle meure et que son maître n'ait pas été avec elle, il fera certainement compensation. 15 Si son maître était avec elle, il ne fera pas compensation, et si elle a été louée le prix du louage suffira.

Nous lisons bien ici combien le jugement est en relation avec le niveau de responsabilité de celui qui gardait l’animal blessé ou volé.

Fautes morales majeures – 22:16-20

Tout peut arriver au sein de ce peuple choisi pour être serviteur de l’Éternel ! Dieu a choisi Israël, mais ce choix n’est évidemment pas réciproque de la part de chaque Israélite. Des enfants naissent sans qu’ils aient choisi eux-mêmes ce cadre de vie aussi privilégié mais aussi moralement exigeant. La foi, la confiance en Dieu est personnelle. Aussi toutes les situations doivent être envisagées.

16 Et si un homme séduit une vierge non fiancée, et couche avec elle, il la prendra pour sa femme, en payant une dot. 17 Si son père refuse absolument de la lui donner, il lui pèsera de l'argent selon la dot des vierges.
 
18 Tu ne laisseras point vivre la magicienne.
 
19 Quiconque couche avec une bête sera certainement mis à mort.
 
20 Celui qui sacrifie à un dieu, si ce n'est à l'Éternel seul, sera voué à la destruction.

Ici se termine ce que nous pouvons appeler "code pénal". Il était nécessaire, assurément, mais retenons qu’il ne représente qu’une petite partie de la Parole de l’Alliance, laquelle est dans son essence même un guide de vie positif.

 
L’esprit de l’Alliance - 22:21-23:19

La vie dans le chemin de l’Alliance, la vie selon la pensée de Dieu, n’est donc pas résumée dans une forme de "code pénal" (21:12-22:20), car que serait la vie sans motivations positives, sans élans généreux, et sans pratique de la sagesse ? Nous ne le voyons que trop : une vie sans élan, limitée par les interdits et les contraintes légalistes serait bien vide. Par contre, marcher dans le chemin de Dieu est "vraiment la vie" (1 Timothée 6:19), la "vie en abondance" (Jean 10:10).

Le pauvre et l’étranger – 22:21-27 – 22:21-27

L’homme israélite est appelé à manifester la compassion, car Dieu est miséricordieux, et en être le témoin n’est pas une question de doctrine et de prédication, mais d’actes positifs ! Nous voyons dans ces clauses de l’alliance une ligne guide pour tout homme, n’oubliant pas que rien n’est ignoré du Seigneur Dieu.

21 Tu ne traiteras pas mal et tu n'opprimeras pas l'étranger ; car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte.
 
22 Vous n'affligerez aucune veuve, ni aucun orphelin. 23 Si, en quoi que ce soit, tu les affliges, et qu'ils crient à moi, certainement j'entendrai leur cri ; 24 et ma colère s'embrasera, et je vous tuerai par l'épée, et vos femmes seront veuves, et vos enfants orphelins.
 
25 Si tu prêtes de l'argent à mon peuple, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras pas avec lui comme un usurier ; vous ne lui imposerez pas d'intérêt. 26 Si tu prends en gage le vêtement de ton prochain, tu le lui rendras avant que le soleil soit couché ; 27 car c'est sa seule couverture, son vêtement pour sa peau : dans quoi coucherait-il ? Il arrivera que, quand il criera à moi, je l'écouterai ; car je suis miséricordieux.

Ici est annoncée l’intervention de l’Éternel et, lorsque le peuple dans son ensemble aura moralement sombré dans le mépris de l’étranger, de la veuve et de l’orphelin, il ne restera comme issue que l’exil, ce que soulignera le prophète (Ézéchiel 22:29-31).

Le respect des dirigeants – 22:28

Une société structurée s’impose, et les personnes qui sont en charge d’autorité assument une tâche importante et pas toujours gratifiante, même dans la sphère de la foi (Hébreux 13:17, 1 Pierre 2:13).

28 Tu n'outrageras pas les juges, et tu ne maudiras pas le prince de ton peuple.

Ceci étant, soumission n’est ni approbation aveugle, ni condescendance servile. Les prophètes d’Israël n’ont pas manqué d’avertir les dirigeants défaillants, mais jamais ils n’engagèrent à la révolte.

La relation à Dieu – 22:29-31

L’Éternel Dieu a-t-il besoin de quoi que ce soit ? Manque-t-il de quelque chose ? Non, assurément ! Mais comment un homme exprimerait-il sa reconnaissance sans un geste effectif ? La dîme est annoncée, comme déjà nous le voyons dans l’histoire d’Abraham (Genèse 14:20). Cela sera précisé au Livre du Lévitique : "Et toute dîme de la terre, de la semence de la terre, du fruit des arbres, est à l'Éternel : c'est une chose sainte consacrée à l'Éternel." (Lévitique 27:30).

29 Tu ne différeras point à m'offrir de l'abondance de ton grenier et de ce qui coule de ton pressoir. Le premier-né de tes fils, tu me le donneras. 30 Tu feras ainsi de ton bœuf et de ton menu bétail : il sera sept jours avec sa mère ; le huitième jour, tu me le donneras.
 
31 Et vous me serez des hommes saints, et vous ne mangerez point de la chair déchirée aux champs ; vous la jetterez aux chiens.

Des "hommes saints", autrement dit des "hommes séparés", des hommes qui ne se permettent pas d’agir sans discernement, et certainement pas dans l’imitation de ce qui se passe parmi les nations. Ils sont appelés à se tenir loin de toute souillure, ici la chair déchirée d’une bête trouvée en chemin. Pensons au sens moral d’une telle disposition. Il est développé dans ce qui suit… L’exposé de ce qui manifeste une vie digne du Créateur.


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.