21/06/2013

Exode 18 Tableau de paix et de d'humilité


 

 

TABLEAU DE PAIX ET D'HUMILITE
Exode 18

 
La visite de Jethro nous rappelle avant tout que le monde n’est pas tout entier tel les Amalekites, pressés de combattre la famille de la foi. Le "sacrificateur de Madian"sait reconnaître les bienfaits de Dieu à l’égard du peuple d’Israël. Et, de l’autre côté, il est accueilli par Moïse avec l’assentiment des anciens, et même, lorsqu’il prodigue des conseils, il est écouté. Un tableau éminemment paisible.

Moïse accueille Jéthro, homme des nations - 18:1-12

Jethro, beau-père de Moïse, sacrificateur de Madian, paraît être un homme sage ayant la conscience du Créateur. Cet homme nommé ici de son titre honorifique, "Jethro"ou "son excellence », est appelé par ailleurs Rehuël, "familier de Dieu" (2:18), désignation bien en relation avec son titre de "sacrificateur ».
 
L’épouse et les deux fils de Moïse l’accompagnent : Guershom, "hôte en terre étrangère », nommé ainsi en raison du séjour de Moïse loin de sa nation, et Eliézer, "Dieu est secours ». Les noms de ces deux fils évoquent la situation des croyants résidents comme des étrangers en ce monde (1 Pierre 2:11, Hébreux 11:9), y éprouvant l’aide de Dieu (Actes 26:22, Hébreux 4:16).

18  1 Et Jéthro, sacrificateur de Madian, beau-père de Moïse, apprit tout ce que Dieu avait fait à Moïse et à Israël, son peuple, - que l'Éternel avait fait sortir Israël d'Égypte ; 2 et Jéthro, beau-père de Moïse, prit Séphora, la femme de Moïse, après que celui-ci l'eut renvoyée, 3 et ses deux fils, dont l'un s'appelait Guershom, car il avait dit : J'ai séjourné dans un pays étranger ; 4 et l'autre Éliézer : Car le Dieu de mon père m'a été en aide, et m'a délivré de l'épée du Pharaon. 5  Et Jéthro, beau-père de Moïse, vint, avec les fils et la femme de Moïse, vers celui-ci, au désert où il était campé, à la montagne de Dieu ; 6 et il fit dire à Moïse : Moi, ton beau-père Jéthro, je suis venu vers toi, et ta femme, et ses deux fils avec elle. 7 Et Moïse sortit à la rencontre de son beau-père, et se prosterna et le baisa ; et ils s'enquirent l'un de l'autre touchant leur bien-être, et entrèrent dans la tente.
 
8 Et Moïse raconta à son beau-père tout ce que l'Éternel avait fait au Pharaon et à l'Égypte à cause d'Israël, toute la fatigue qui les avait atteints en chemin, et comment l'Éternel les avait délivrés. 9 Et Jéthro se réjouit de tout le bien que l'Éternel avait fait à Israël, en ce qu'il l'avait délivré de la main des Égyptiens. 10 Et Jéthro dit : Béni soit l'Éternel, qui vous a délivrés de la main des Égyptiens et de la main du Pharaon, - qui a délivré le peuple de dessous la main des Égyptiens ! 11 Maintenant je connais que l'Éternel est plus grand que tous les dieux ; car en cela [même] en quoi ils ont agi présomptueusement, il a été au-dessus d'eux. 12 Et Jéthro, beau-père de Moïse, prit un holocauste et des sacrifices pour Dieu ; et Aaron et tous les anciens d'Israël vinrent pour manger le pain avec le beau-père de Moïse, en la présence de Dieu.

L’accueil est cordial. Il est beau de considérer la reconnaissance de Jethro pour le bien fait au peuple de Moïse. Et pourtant, dans les paroles qui lui sont attribuées lorsqu’il évoque "les dieux" (18:11), nous pouvons comprendre qu’il n’est pas assuré que Dieu soit Un et Unique, mais nous notons que cela n’est pas relevé, car la méconnaissance n’est pas une faute, mais seulement une faiblesse, et d’un tel homme même le sacrifice offert est agréé. Une belle leçon pour nous inviter à rejeter toute action sectaire de rejet. Nous pouvons être assurés que la foi de Moïse en Dieu, l’Unique, n’est nullement ébranlée, mais il n’engage pas de débat destructeur face à un homme de bonne volonté… "Ceux d'entre les peuples qui sont de bonne volonté se sont réunis au peuple du Dieu d'Abraham ; car les boucliers de la terre sont à Dieu : il est fort exalté." (Psaumes 47:9).


 
Moïse et le conseil de Jéthro - 18:13-27

Moïse recevant les conseils de Jéthro. Voyons qu’il ne s’agit pas d’une situation définitive, car l’assistance pour l’exercice de la justice sera établie par l’Eternel après le don de la Loi (Nombres 11:16, Deutéronome 1:13-18).

13 Et il arriva, le lendemain, que Moïse s'assit pour juger le peuple ; et le peuple se tint auprès de Moïse depuis le matin jusqu'au soir ; 14 et le beau-père de Moïse vit tout ce qu'il faisait avec le peuple, et il dit : Que fais-tu là avec le peuple ? Pourquoi es-tu assis seul, et tout le peuple se tient auprès de toi depuis le matin jusqu'au soir ? 15 Et Moïse dit à son beau-père : C'est que le peuple vient à moi pour consulter Dieu. 16 Quand ils ont quelque affaire, on vient à moi, et je juge entre l'un et l'autre, et je leur fais connaître les statuts de Dieu et ses lois. 17 Et le beau-père de Moïse lui dit : Ce que tu fais n'est pas bon. 18 Tu t'épuiseras certainement, toi et ce peuple qui est avec toi, car la chose est trop lourde pour toi ; tu ne peux la faire toi seul. 19 Maintenant, écoute ma voix, je te conseillerai, et Dieu sera avec toi.
 
   Sois pour le peuple auprès de Dieu et rapporte les affaires à Dieu ;
20 et enseigne-leur les statuts et les lois, et fais-leur connaître la voie dans laquelle ils doivent marcher, et l'œuvre qu'ils ont à faire. 21 Et choisis d'entre tout le peuple des hommes capables, craignant Dieu, des hommes de vérité, haïssant le gain déshonnête, et établis-les sur eux, chefs de milliers, chefs de centaines, chefs de cinquantaines, et chefs de dizaines ; 22 et qu'ils jugent le peuple en tout temps : et il arrivera qu'ils porteront devant toi toutes les grandes affaires, et toutes les petites affaires ils les jugeront eux-mêmes. Tu allégeras ce qui [pèse] sur toi ; ils le porteront avec toi. 23 Si tu fais cela, et que Dieu te le commande, tu pourras subsister, et tout ce peuple aussi arrivera en paix en son lieu.
 
24 Moïse écouta la voix de son beau-père, et fit tout ce qu'il avait dit. 25 Moïse choisit d'entre tout Israël des hommes capables, et les établit chefs sur le peuple, chefs de milliers, chefs de centaines chefs de cinquantaines, et chefs de dizaines ; 26 et ils jugèrent le peuple en tout temps : ils portaient devant Moïse les affaires difficiles, et toutes les petites affaires ils les jugeaient eux-mêmes. 27 Et Moïse laissa partir son beau-père, et il s'en alla dans son pays.

Sans doute l’on pourrait souligner que la puissance de l’Esprit est oubliée dans cette mise en place d’une organisation humaine, et s’étonner que Moïse consente à l’écouter, mais que dirions-nous du rejet d’un tel conseil alors qu’effectivement Moïse était surchargé lors de ces séances judiciaires ? Les Israélites n’auraient-ils pas pu être heurtés d’une exclusivité revendiquée par Moïse ! Voyons positivement combien ce conseil donné par un étranger met en évidence l’absence de position sectaire d’Israël, et la modestie personnelle de Moïse ; une modestie que nous lisons dès son appel au buisson ardent (3:11).
 
Plus tard, lors d’une grande difficulté, l’Eternel conférera de son Esprit à d’autres, outre Moïse, et là nous voyons l’absence de toute jalousie de celui qui est voué au service d’Israël. Lorsque Josué s’émouvra de l’action indépendante d’hommes au milieu du peuple, Moïse lui répondra: "Es-tu jaloux pour moi ? Ah, que plutôt tout le peuple de l'Éternel fût prophète, que l'Éternel mît son Esprit sur eux !" (Nombres 11:29).


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.