21/06/2013

Exode 23 L'Alliance du Sinaï (3/3)


 

Vérité et droiture – 23:1-9

Faut-il détailler les comportements indélicats, indignes, qui se manifestent en ce monde ? Le texte le fait ! Parce qu’il s’adresse à un peuple qui n’est pas meilleur que les autres peuples de la terre, et que des actes condamnables peuvent s’y produire… Faux bruits, faux témoignages sont clairement réprouvés, mais par contre sont encouragés les soucis du prochain et du pauvre, le rejet de toute forme de corruption et le respect de l’étranger.

23  1 Tu ne feras pas courir de faux bruits. Tu ne donneras pas la main au méchant, pour être un témoin inique. 2 Tu n'iras pas après la foule, pour mal faire ; et tu ne répondras pas dans un procès en penchant du côté de la foule, pour faire fléchir le jugement. 3 Et tu ne favoriseras pas le pauvre dans son procès.
 
4 Si tu rencontres le bœuf de ton ennemi, ou son âne, égaré, tu ne manqueras pas de le lui ramener. 5 Si tu vois l'âne de celui qui te hait couché sous son fardeau, tu te garderas de l'abandonner ; tu ne manqueras pas de le délier avec lui.
 
6 Tu ne feras pas fléchir le jugement de ton indigent dans son procès. 7 Tu t'éloigneras de la parole de mensonge, et tu ne tueras pas l'innocent et le juste ; car je ne justifierai pas le méchant. 8 Et tu ne recevras pas de présent ; car le présent aveugle ceux qui voient clair, et pervertit les paroles des justes.
 
9 Tu n'opprimeras pas l'étranger ; car vous savez ce qu'est le cœur d'un étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte.

Ces quelques exemples exposent les situations qui éclairent la vie sociale dans laquelle doivent être manifestées la vérité, la compassion et la droiture.

L’année sabbatique et les fêtes – 23:10-19

Etant avertis de ce qui plaît à Dieu dans les comportements sociaux des hommes, les Israélites prennent alors connaissance des dispositions si heureuses de l’Alliance. Il s’agit du don du shabbat, le jour de repos hebdomadaire, complété de l’année shabbatique. Chaque septième année, la terre qui leur apporte la nourriture doit être en repos ; mais aussi, chaque septième jour de la semaine, ce sont les hommes qui jouissent du repos, le texte soulignant qu’alors "les serviteurs peuvent souffler..." Et dans cette mention, nous découvrons une notion nouvelle ! Pensons ! Si elle n’était pas exprimée, ne se trouverait-il pas un l’un ou l’autre maître pour pratiquer le shabbat lui-même tout en pressant ses domestiques davantage ? Un homme est un homme ! L’observation de règles de façon légaliste peut toujours conduire à des détournements et des abus. Le Shabbat était à vivre avant tout en esprit…

10 Pendant six années tu sèmeras ta terre, et tu en recueilleras le rapport ; 11 et la septième, tu la laisseras en jachère, et tu la laisseras inculte, et les indigents de ton peuple en mangeront, et ce qu'ils laisseront de reste, les bêtes des champs le mangeront. Tu en feras de même pour ta vigne et pour ton olivier. 12 Six jours tu feras ton ouvrage, et le septième jour tu te reposeras, afin que ton bœuf et ton âne aient du repos, et que le fils de ta servante et l'étranger respirent.
 
13 Vous prendrez garde à tout ce que je vous ai dit ; et vous ne mentionnerez pas le nom d'autres dieux ; on ne l'entendra point de ta bouche.

Tout paraît être dit, et conclu par ces mots : "Vous prendrez garde à tout ce que je vous ai dit…" Mais la parole ne s’arrête pas là. Il y a les fêtes à l’Éternel à célébrer. Des commandements ? Certes ! Mais quel privilège que de s’arrêter au cours de l’année pour célébrer la bonté de Dieu. La première citée est celle des "Pains sans levain", cette semaine au cours de laquelle il ne se trouve aucun levain dans les maisons des Israélites. Ceux-ci exprimeront ainsi leur volonté de s’écarter de toute voie qui n’honore pas l’Éternel ; ils souligneront le respect de l’Alliance, l’adhésion à la Loi de l’Éternel. Des siècles plus tard, l’apôtre, exposant la signification morale de la fête, s’exprime par ces mots : "Ôtez le vieux levain, afin que vous soyez une nouvelle pâte, comme vous êtes sans levain. Car aussi notre pâque, Christ, a été sacrifiée : c'est pourquoi célébrons la fête, non avec du vieux levain, ni avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec des pains sans levain de sincérité et de vérité." (1 Corinthiens 5:7-8).

14 Trois fois l'an tu me célébreras une fête. 15 Tu garderas la fête des pains sans levain ; pendant sept jours, au temps fixé du mois d'Abib, tu mangeras des pains sans levain, comme je t'ai commandé, car en ce mois tu es sorti d'Égypte ; et on ne paraîtra pas à vide devant ma face ; 16 et la fête de la moisson des premiers fruits de tes travaux, de ce que tu auras semé dans le champ ; et la fête de la récolte, à la fin de l'année, quand tu recueilleras du champ les fruits de tes travaux. 17 Trois fois l'an tous tes mâles paraîtront devant la face du Seigneur, l'Éternel.

Vient l’expression de la joie des moissons : la fête des Premiers fruits et la fête de la Récolte. La première est célébrée au printemps, tombant même certaines années au cours de la semaine des Pains sans levain, alors que paraissent les premiers épis dans les champs, Les Israélites sont conduits à les offrir au Seigneur, Celui qui leur donne la terre et son produit. La fête de la Récolte, quant à elle, se célèbre à son achèvement, la fin de l’année du point de vue d’une population d’agriculteurs. Ces deux fêtes seront marquées par des rites particuliers, à savoir la présentation de la "Gerbe des Prémices", le lendemain du shabbat, et la "Fête des semaines" cinquante jours plus tard, c’est la Pentecôte (Lévitique 23:9-20).
 
La notion d’offrande étant introduite, le texte ajoute des prescriptions importantes pour en préciser le sens.

18 Tu n'offriras point le sang de mon sacrifice avec du pain levé ; et la graisse de ma fête ne passera pas la nuit jusqu'au matin.
 
19 Tu apporteras à la maison de l'Éternel, ton Dieu, les prémices des premiers fruits de ta terre.
 
   Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère.

Le Livre du Lévitique donnera le rituel complet de ces célébrations, mais nous trouvons ici les éléments essentiels. Le levain tout d’abord. Il en est exclu car il représente ce qui dans l’homme doit être "racheté", comme nous le comprenons dans le rite de la Fête des Pains sans levain (12:15, 1 Corinthiens 5:7). Ainsi que nous le lisons par ailleurs, l’offrande sera consommée par les sacrificateurs au Parvis, un repas qui appartient au rite de la fête, excluant toute consommation de manière profane. Mettre à part comme offrande les prémices des récoltes exprime la reconnaissance à Dieu, une pensée qui doit accompagner tout le temps de la récolte…
 
Le texte se termine par : "Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère." Etonnante assertion qui termine tout le texte de la Loi ! Et reprise deux fois dans la Torah (34:26 et Deutéronome 14:21). La consommation de viande accompagnée de crème ou de lait était commune, comme nous le voyons déjà dans le repas préparé par Abraham pour ses visiteurs (Genèse 18:7-8). Et nous lisons ici une restriction significative à cette pratique courante. Prendre un chevreau pour le cuire dans le lait de sa mère imposerait que le chevreau ne soit pas encore sevré, et qu’il soit ainsi arraché à sa génitrice… Cette prescription souligne la délicatesse requise, l’attention à la souffrance même d’un animal, et ici de la mère… Cette assertion qui clôture ici les Paroles de la Loi souligne l’essence même de l’Alliance, nous rappelant qu’elle est fondée sur la bonté. La bonté de Dieu qui en appelle à la bonté des hommes.
 
Aimer l’Alliance, s’appliquer avec bonheur à la pratique des enseignements de Dieu, se réjouir devant l’Éternel, voici sans doute la ligne simple de la vie heureuse du croyant. "Il t'a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Qu'est-ce que l'Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ?" (Michée 6:8).

 
Promesses de l’Éternel - 23:20-33

Tout est dit de l’Esprit de la Loi. Le cadre de vie proposé aux Israélites est dépeint. S’attacher à l’Alliance n’est pas seulement une forme de profession de foi, c’est un peuple marchant avec Dieu, Un et Unique, le Seigneur les conduisant. Tant qu’Israël sera attaché à l’Alliance, les ennemis seront écartés ! Les errements qui seront constatés conduiront à des souffrances, ce qu’illustrera le Livre des Juges, mais de toute manière le peuple sera conduit au pays promis, car la Promesse ne peut être abrogée. "La Loi, qui est survenue quatre cent trente ans après, n'annule point une alliance antérieurement confirmée par Dieu, de manière à rendre la promesse sans effet" (Galates 3:17). L’apôtre mettait là en contraste l’Alliance conclue au Sinaï et la Promesse faite à Abraham (enèse 12:1-3).
 
Et l’Éternel fait entendre à Moïse qu’Il sera là pour les guider dans le désert et leur ouvrir le pays ; en effet, le "messager" annoncé, présence mystérieuse dans la nuée qui les conduit, n’est autre que le Seigneur lui-même manifesté par sa Parole, car "la Parole était auprès de Dieu, et la Parole était Dieu." (Jean 1:1). Ainsi lisons-nous : "si tu écoutes attentivement sa voix…"

20 Voici, j'envoie un messager devant toi, pour te garder dans le chemin, et pour t'amener au lieu que j'ai préparé. 21 Tiens-toi attentif devant lui, écoute-le ; ne l'irrite pas ; il ne pardonnera point votre transgression, car mon nom est en lui. 22 Mais si tu écoutes attentivement sa voix, et si tu fais tout ce que je dirai, je serai l'ennemi de tes ennemis et l'adversaire de tes adversaires. 23 Car mon messager ira devant toi, et t'amènera vers l'Amoréen, et le Héthien, et le Phérézien, et le Cananéen, le Hévien, et le Jébusien, et je les exterminerai.
 
24 Tu ne te prosterneras point devant leurs dieux, et tu ne les serviras point, et tu ne feras pas selon leurs œuvres ; mais tu les détruiras absolument, et tu briseras entièrement leurs stèles. 25 Vous servirez l'Éternel, votre Dieu, et il bénira ton pain et tes eaux, et j'ôterai la maladie du milieu de toi. 26 Il n'y aura pas de femelle qui avorte, ou qui soit stérile dans ton pays ; j'accomplirai le nombre de tes jours.
 
27 J'enverrai ma frayeur devant toi, et je mettrai en déroute tout peuple contre lequel tu iras, et je ferai que tous tes ennemis tourneront le dos devant toi. 28 Et j'enverrai des frelons devant toi, et ils chasseront le Hévien, le Cananéen et le Héthien de devant toi. 29 Je ne les chasserai pas devant toi en une année, de peur que le pays ne devienne un désert et que les bêtes des champs ne se multiplient contre toi ; 30 je les chasserai peu à peu devant toi, jusqu'à ce que tu croisses en nombre, et que tu hérites le pays.
 
31 Et j'ai établi tes limites depuis la mer des Joncs jusqu'à la mer des Philistins, et depuis le désert jusqu'au fleuve ; car je livrerai entre tes mains les habitants du pays, et tu les chasseras de devant toi. 32 Tu ne traiteras point alliance avec eux, ni avec leurs dieux. 33 Ils n'habiteront pas dans ton pays, de peur qu'ils ne te fassent pécher contre moi, car tu servirais leurs dieux ; certainement ce serait un piège pour toi.

Peuple heureux s’il garde l’Alliance, et qui trouvera le pays ouvert, progressivement, suivant la croissance de sa population, car sans cela il se trouverait investi par les bêtes sauvages.
 
*
*   *

Nous l’aurons bien compris : l’Alliance n’est pas un "code pénal", même si des clauses de ce type y sont mentionnées, lesquelles nécessitent l’intervention d’un juge en Israël. Elle est avant tout un "guide de vie", l’expression de comportements se référant dans les circonstances journalières à la pensée de Dieu. Elle rend compte de ce qui est au cœur du comportement d’un homme de foi, là où un juge, si avisé soit-il, ne peut atteindre, car qui peut pénétrer les intentions de l’âme sinon Dieu seul ? C’est pourquoi il est écrit  "L'Éternel regarde au cœur" (1 Samuel 16:7), et encore "Car la parole de Dieu est vivante et opérante, et plus pénétrante qu'aucune épée à deux tranchants, et atteignant jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit, des jointures et des moelles ; et elle discerne les pensées et les intentions du cœur" (Hébreux 4:12).
 
Nous comprenons ainsi que l’attachement à l’Alliance ne procède ni de l’abstention d’actes délictueux, ni de l’accomplissement d’actes rituels ; ces derniers sont institués pour que soit ranimée ou fortifiée la foi personnelle. Le respect de l’Alliance est un engagement de cœur, sincère, dans la joie de la fidélité à Dieu.


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.