17/03/2013

Genèse 14:1 Melchisedec


 

 

Melchisédec
Genèse 14

Si l’homme est faillible, il n’est pas sans force. Lorsqu’une circonstance dramatique l’atteint, nous le voyons partir au combat ; et lorsqu’il en revient, nous comprenons ce qui fait l’essence de sa vie, sa motivation profonde, et cela lors d’une rencontre énigmatique avec un personnage exceptionnel, Melchisédec. Bien des siècles après l’écriture de cette page, l’auteur de l’épître aux Hébreux écrira, parlant de Melchisédec, "A ce sujet, nous avons beaucoup à dire, et des choses difficiles à expliquer, d'autant que vous êtes devenus lents à comprendre." (Hébreux 5:11). Il nous faut peser, au livre des Psaumes, la seule référence faite, dans toute la Bible, à ce Melchisédec ; elle exprime à quel point la figure qu’il nous donne est fondamentale, et nous fait voir qu’elle était bien comprise dès ces temps reculés de l’histoire d’Israël. Le psalmiste proclame au sujet du Messie : "Tu es prêtre pour toujours, selon l'ordre de Melchisédec." (Psaume 110:4, Hébreux 5:6).

 
Au secours de Lot - 14:1-16
 
C’est une aventure exceptionnelle, étrange et forte qui donne occasion de révéler l’intensité des relations établies entre Dieu et Abram, "son ami" (2 Chroniques 20:7, Jacques 2 :23, voir aussi Jean 15:15).
 
Lot pouvait-il trouver la paix à Sodome ? Le voilà pris dans les combats du monde, non qu’il y ait pris part, mais qui pouvait le distinguer des autres habitants de Sodome ? Le tableau nous montre une palette de petits royaumes, des alliances et des guerres ; le roi d’Elam en particulier avait des prétentions sur la contrée, peut-être pour s’assurer le contrôle de la route menant au sud de l’Arabie, au Yemen actuel, d’où venaient des produits de luxe tels l’encens, les pierres précieuses et l’or. Peu importent les motifs, nous savons combien les guerres et autres désastres marquent l’humanité, apportant souffrances et désolations sur les justes comme sur tous les hommes. Lot avait trouvé son confort à Sodome, et il est emporté dans la tourmente qui touche la ville impie…

14  1 En leurs jours, Amraphel, roi de Shinhar, Arioc, roi d’Ellasar, Kedor-Laomer, roi d’Élam, et Tidhal, roi de Goyim, 2 firent la guerre à Béra, roi de Sodome, Birsha, roi de Gomorrhe, Shineab, roi d’Adma, Shéméber, roi de Tseboïm, et au roi de Béla, c’est-à-dire Tsoar. 3 Tous ceux-ci se liguèrent dans la vallée de Siddim, c’est-à-dire la Mer Salée. 4 Pendant douze ans, ils avaient été asservis à Kedor-Laomer, mais, la treizième année, ils s’étaient révoltés. 5 La quatorzième année, Kedor-Laomer et les rois qui étaient avec lui vinrent et battirent les Rephaïm à Ashteroth-Karnaïm, les Zuzim à Ham, les Émim dans la plaine de Kiriathaïm 6 et les Horiens dans leur montagne de Séhir, jusqu’au chêne de Paran, qui est près du désert. 7 Puis ils s’en retournèrent, et arrivèrent à En-Mishpath, c’est-à-dire Kadès, et battirent les Amalékites dans toute leur contrée, ainsi que les Amoréens qui habitaient à Hatsatson-Thamar. 8 Alors le roi de Sodome, le roi de Gomorrhe, le roi d’Adma, le roi de Tseboïm et le roi de Béla, c’est-à-dire Tsoar, se mirent en campagne ; ils se rangèrent en ordre de bataille contre eux, dans la vallée de Siddim, 9 contre Kedor-Laomer, roi d’Élam, Tidhal, roi des Goyim, Amraphel, roi de Shinhar, et Arioc, roi d’Ellasar : quatre rois contre cinq. 10 La vallée de Siddim était pleine de puits de bitume ; dans leur fuite, les rois de Sodome et de Gomorrhe y tombèrent ; et les autres s’enfuirent dans la montagne. 11 Les vainqueurs prirent tous les biens de Sodome et de Gomorrhe, avec leurs vivres, et s'en allèrent. 12 Ils prirent aussi Lot, fils du frère d'Abram, et ses biens, et ils s'en allèrent ; car Lot habitait Sodome.
 
13 Un rescapé vint et le rapporta à Abram, l'Hébreu, qui demeurait aux térébinthes de Mamré, l'Amoréen, frère d'Eshcol et d'Aner : ceux-ci étaient alliés d'Abram. 14 Dès qu’Abram apprit que son frère avait été emmené captif, et il arma ses hommes exercés, trois cent dix-huit hommes nés dans sa maison, et poursuivit les rois jusqu'à Dan. 15 Il divisa sa troupe, et se jeta sur eux de nuit, lui et ses serviteurs ; il les battit et les poursuivit jusqu'à Hoba, à l’est de Damas. 16 Il ramena tout les biens, et ramena aussi Lot, son frère, avec ses biens, ainsi que les femmes et les gens.

Si extraordinaire que soit l’histoire, elle nous montre l’état d’esprit attendu du croyant, l’esprit d’Abram. Lui qui a choisi de parcourir le pays de long en large, sans s’y établir vraiment, ne raisonne pas pour juger son neveu ; celui-ci est dans la tourmente, alors il court pour le secourir. Peut-être aurions-nous pensé que Lot était en faute, qu’il a récolté ce qu’il a semé… et aurions-nous conclu que nous n’y pouvions rien ! Ou plus brutalement nous serions-nous exclamé "Suis-je, moi, le gardien de mon frère ?" (4:9). Abram a appris la tourmente que vivait son frère et, sans tergiverser, il court le délivrer. Et il reçoit ensuite une marque d’approbation extraordinaire…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

20:00 Écrit par Eric dans ABRAHAM, Genèse 12 à 17 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.