01/01/2012

Néhémie 2:1 La mission donnée à Néhémie


 

Néhémie autorisé à monter à Jérusalem – Néh.2:1-10

Quatre mois ont passé depuis le rapport fait à Néhémie touchant Jérusalem, le mois de Nisan arrive avec le printemps, et la fête de la Pâque qui devait être célébrée.
 
Dans la présence de roi, nul ne pouvait engendrer chez lui quelque souci ; le serviteur est entièrement à son service et ses propres préoccupations ne peuvent paraître en aucune manière. Or, le visage de Néhémie était tellement marqué par sa peine pour Jérusalem que le roi en est intrigué et le questionne… La peur envahit l’homme de Dieu, mais il se résout à parler vrai, lui faisant part du projet qu’il a mûri en lui-même depuis que son frère lui a parlé à son retour de Jérusalem.

2  1 Au mois de Nisan, la vingtième année du roi Artaxerxès, comme le vin était devant lui, je pris le vin et le présentai roi. Jamais je n’avais paru triste en sa présence. 2 Le le roi me dit : Pourquoi as-tu le visage triste ? Tu n'es pourtant pas malade ; ce ne peut être qu’une tristesse de cœur. 3 J'eus extrêmement peur, et je répondis au roi : Que le roi vive à toujours ! Pourquoi mon visage ne serait-il pas triste, alors que la ville où sont les tombeaux de mes pères est dévastée, et que ses portes ont été consumées par le feu ? 4 Le roi me dit : Que demandes-tu donc ? 5 Je priai le Dieu des cieux et je répondis au roi : Si le roi le trouve bon, et si moi, ton serviteur, j’ai ta faveur, envoie-moi en Juda, à la ville des tombeaux de mes pères, pour que je la rebâtisse. 6 Alors le roi, auprès duquel la reine se trouvait, me dit : Combien de temps ton voyage durera-t-il, et quand seras-tu de retour ? Il plut au roi de me laisser partir, et je lui indiquai une durée. 7 Puis je dis au roi : Si cela te semble bon, ô roi, qu’on me donne des lettres pour les gouverneurs de l'autre côté du fleuve, afin qu'ils me laissent passer jusqu'à mon arrivée en Juda, 81 et une lettre pour Asaph, gardien de la forêt du roi, afin qu'il me fournisse du bois de charpente pour des portes de la citadelle attenant à la Maison, pour la muraille de la ville et pour la maison où je demeurerai. Le roi me l’accorda, car la bonne main de mon Dieu était sur moi.
 
9 Je me rendis auprès des gouverneurs de l'autre côté du fleuve, et leur remis les lettres du roi. Le roi m’avait fait accompagner par des officiers et des chars. 10 Sanballat, le Horonite, et Tobija, l’administrateur ammonite, l’ayant appris, prirent très mal qu’un homme fût venu pour chercher le bien des fils d'Israël.

Il a fallu pour Néhémie une grande foi, avant qu’il n’entende cette parole surprenante du roi répondant si promptement à sa requête. Une fois de plus nous voyons que la foi se manifeste par des œuvres de foi (Jacques 2:18) ; et ici l’audace de répondre au roi et d’exprimer la demande de pouvoir accomplir le projet qu’il a conçu en lui-même dans son attachement au Seigneur et au peuple choisi pour être témoin de ses desseins.
 
Sanballat le Horonite, de la ville de Beth-Horon dans la région de Samarie, paraît bien être un chef des Samaritains, tandis que Tobija, un Ammonite, semble être son serviteur et secrétaire. Ils sont l’un et l’autre liés à des familles judéennes en vue (Néhémie 6:17-19). Nous pouvons lire que le grand prêtre Eliashib était allié de Tobija et qu’un de ses petit-fils était gendre de Samballat (Néhémie 13:4,28). Ces deux menèrent l’opposition durant ces années, et cela avec la complicité de notables judéens…


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

22:00 Écrit par Eric dans ESDRAS ET NEHEMIE, Néhémie 1 à 7 | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.