01/01/2012

Néhémie 1:1 La prière de Néhémie


 

NEHEMIE, LE GOUVERNEUR
NEHEMIE 1 à 13

 
Voici douze ou treize ans qu’Esdras, prêtre et scribe, était monté à Jérusalem ; et voici, il vient à l’oreille d’un homme demeuré auprès du roi de Perse que les traces de la ruine de Jérusalem ne sont toujours pas effacées, les brèches de la muraille ne sont pas colmatées, et que s’est essoufflé l’élan du retour à Jérusalem. Certes, nous pouvons le comprendre, alors que les fidèles montés au pays quatre-vingt-dix ans plus tôt ont été "recueillis vers leurs pères"(Genèse 15:15), et ceux qui connurent l’achèvement du temple ont au moins soixante-dix ans. Chaque génération doit reprendre à son tour le flambeau et assumer comme à nouveau le combat de la foi ; comme nous pouvons le comprendre, cette disposition ne s’acquiert pas simplement à la naissance.
 
Retenu par son service auprès du roi de Perse, Néhémie est attentif à ce qui se vit à Jérusalem et en Judée, et bravant la rigueur de la cour il évoquera les causes de son trouble. Cet homme de foi étant prêt à s’engager, le Seigneur lui ouvrira le chemin ; lui, qui n’est ni prêtre ni lévite, conduira les Judéens de Judée à un nouveau réveil spirituel, après qu’Esdras ait œuvré pour que le peuple se sépare des "abominations des nations"(Esdras 9:11).
 
C’est avec une énergie indomptable que Néhémie mènera son entreprise. Un jour d’hiver, au mois de Kislev, averti par son frère de l’état de la muraille de Jérusalem, un chantier abandonné depuis une vingtaine d’années, l’homme de Dieu est dans la tristesse pendant plusieurs mois. Lorsque le printemps arrive, et le début de l’année religieuse, au mois de Nisan, celui de la Pâque et des Pains sans levain, l’opportunité lui est donnée de parler au roi de la tristesse qui l’envahit. L’ouverture est faite, la ville de Jérusalem va reprendre vie sous sa houlette. Lorsque les Judéens se seront mis au travail, il ne faudra pas deux mois pour que soit réparée cette muraille qui attend depuis quatre-vingt-dix années…
 
Oppositions de l’extérieur, flottement moral de quelques Judéens, travail sous la menace… Néhémie eût le ressort nécessaire pour faire face à tous les obstacles.
 
Et lorsque vient le septième mois, après les moissons, le peuple fut assemblé pour la lecture publique de la Loi, sous la conduite d’Esdras. Le nouvel an juif, au septième mois de l’année religieuse est, cette année là, comme un nouveau recommencement, un nouvel engagement des Judéens envers Dieu ; la fête des Tentes, Succot, au quatorzième jour du mois, est alors célébrée dans la joie. La dédicace de la muraille peut alors être célébrée avec faste. Néhémie établit alors les règles pour le respect du shabbat et le fonctionnement du service du temple.
 
Mais tout est toujours à recommencer ! A peine Néhémie a le dos tourné, étant quelques temps auprès du roi des Perses, qu’il se manifeste de nouveaux écarts, graves, et même gravissimes, par le fait d’alliances profanes avec des notables non israélites de la région… Et ce sont de nouveaux combats d’un homme dont l’énergie semble inépuisable…


 

 
MONTEE A JERUSALEM
NEHEMIE 1 et 2

 
L’action de Néhémie commence en l’an 445, en la vingtième année du roi Artaxerxés (465-424), lorsqu’un de ses frères lui donne des nouvelles alarmantes touchant Jérusalem. Néhémie est au service du roi des Perses, occupant une fonction de grande confiance ; mais il est tourné vers ceux de sa nation qui sont à Jérusalem… C’est pour ainsi dire son carnet intime, ayant décrit lui-même ce qui est l’œuvre de sa vie.


La prière de Néhémie – Néh.1:1-11

Lors de la venue de son frère Hanani et de ses compagnons, c’est Néhémie lui-même qui interroge, car il est en soucis, désireux d’avoir des nouvelles de Jérusalem. Et ce qu’il entend le désole ! Soulignons la force des mots : "au comble du malheur et du déshonneur" ! Ainsi est vue la situation alors qu’Esdras œuvrait avec fidélité, assurément ; il lui a fallu redresser un état de fait inquiétant, à savoir les alliances mixtes, ceci étant un révélateur de l’abandon progressif de la vocation particulière des Israélites, ce pourquoi les parents ou grands-parents avaient quitté Babylone au temps de Cyrus-le-Grand. Ce combat d’Esdras conduisit à des séparations d’avec les épouses étrangères, mais ces alliances étaient le fruit d’un mal plus profond, à savoir l’abandon du projet de restauration qui était au cœur des compagnons de Joshua et Zorobabel ; sans ce projet si enthousiasmant répondant à la parole prophétique entendue à Babylone (Esaïe 40 à 66), le chemin d’un témoignage à Dieu n’est plus qu’une contrainte légale sans joie et sans fruit… C’est un renouvellement de cette joie qu’apportera Néhémie.

1  1 Les paroles de Néhémie, fils de Hacalia.
 
Au mois de Kislev, la vingtième année, comme j'étais à Suse, la capitale,
2 Hanani, l'un de mes frères, lui et quelques hommes arrivèrent de Juda. Je les interrogeai au sujet des Judéens rescapés de la captivité, et au sujet de Jérusalem. 3 Ils me répondirent : Ceux qui sont restés de la captivité sont là, dans la province, au comble du malheur et du déshonneur ; la muraille de Jérusalem est en ruine et ses portes sont détruites par le feu.
 
4 Lorsque j'entendis ces paroles, je m'assis et je me mis à pleurer. Pendant plusieurs jours, je menai deuil, je jeûnai, et je priai le Dieu des cieux, 5 et je dis :

Je te supplie, ô Éternel, Dieu des cieux, Dieu grand et terrible qui gardes l'alliance et la bonté envers ceux qui t'aiment et qui gardent tes commandements ! 6 Je t’en prie, que ton oreille soit attentive, que tes yeux soient ouverts, pour écouter la prière de ton serviteur que je fais aujourd'hui devant toi, jour et nuit, pour les Israélites, tes serviteurs, en confessant les péchés des Israélites, nos péchés contre toi ; moi et ma famille, nous avons péché. 7 Nous avons vraiment mal agi envers toi, et nous n'avons pas gardé les commandements, les statuts et les ordonnances que tu as donnés à ton serviteur Moïse. 8 Souviens-toi, je te prie, de la parole que tu as commandée à ton serviteur Moïse, en disant : Si vous êtes infidèles, je vous disperserai parmi les peuples ; 9 mais si vous revenez à moi, que vous gardez mes commandements pour les mettre en pratique, alors, quand même vous seriez dispersés aus extrémités des cieux, de là je vous rassemblerai et je vous ramènerai au lieu que j'ai choisi pour y faire demeurer mon nom. 10 Ils sont tes serviteurs et ton peuple, que tu as libérés par ta grande puissance et ta main forte. 11 Je te supplie, Seigneur, que ton oreille soit attentive à la prière de ton serviteur, et à la prière de tes serviteurs qui prennent plaisir à craindre ton nom ! Donne-moi aujourd’hui de réussir et accorde-moi la compassion de cet homme.

Or moi, j'étais échanson du roi.

Une remarquable prière. Nous ne voyons pas l’homme quémander une faveur au Seigneur, mais reconnaître devant Dieu la responsabilité de la nation, à laquelle il s’associe sans réserve, et exprimer avec simplicité et foi ce qu’il connaît de Dieu ; il souligne en particulier la vraie nature de l’Alliance, la constance de l’Alliance du côté du Seigneur, et s’appuie sur la parole de Dieu en évoquant le retour dans les liens de l’Alliance pour ceux qui en ont été privés.
 
Soulignons cette parole qui souligne la constance de Dieu : "Dieu grand et terrible qui gardes l'alliance et la bonté envers ceux qui t'aiment et qui gardent tes commandements !" La fidélité de Dieu à sa propre parole s’applique à toutes paroles, autant celles dites aux pères en Israël, que nous lisons ici, que toute parole d’alliance exprimées en tout temps, et aussi pour nos jours à nous qui lisons aujourd’hui.
 
Un retour après la ruine ? Nous le lisons en ces mots : "Et lorsque toutes ces choses que j'ai mises devant toi seront venues sur toi, la bénédiction et la malédiction, et lorsque tu les auras rappelées dans ton cœur, parmi toutes les nations où l'Éternel, ton Dieu, t'aura chassé, et que tu seras retourné à l'Éternel, ton Dieu, et que tu auras écouté sa voix, selon tout ce que je te commande aujourd'hui, toi et tes fils, de tout ton cœur et de toute ton âme, il arrivera que l'Éternel, ton Dieu, rétablira tes captifs, et aura pitié de toi ; et il te rassemblera de nouveau d'entre tous les peuples, où l'Éternel, ton Dieu, t'avait dispersé." (Deutéronome 30:1-3).
 
L’homme de Dieu souligne enfin le caractère des fidèles : "tes serviteurs qui prennent plaisir à craindre ton nom !" En ceci, nous pouvons souligner cette évidence, que nul n’est prédestiné à une telle rédemption, et nul n’en est écarté par quelque décret : elle est pour tout homme qui, sans regarder aux circonstances par essence fluctuantes, a au cœur la parole de Dieu, ce qu’il peut en avoir reçu, et est animé de la volonté d’y marcher. Nul n’en est écarté, seule la volonté de s’en écarter empêche d’entrer dans cette vie de confiance en Dieu.


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.