02/01/2012

Esdras 5:6 Lettre d’accusation et réponse du roi Darius


 

Lettre d’accusation adressée au roi Darius – Esd.5:6-17

La vigueur retrouvée, cette foi réanimée par le souffle prophétique ne pût être entravée par l’intervention des dirigeants des habitants du pays, Thathnaï, Shethar-Boznaï et leurs collègues. Ils écrivirent bien une lettre à Darius, mais ne purent arrêter les travailleurs.
 
Cette lettre inclut le témoignage rendu par les principaux des Judéens, et ce court passage mérite toute notre attention, car il retrace en quelques mots l’histoire de la reconstruction et la modestie des bâtisseurs, comme aussi la conscience qu’ils avaient de leur mission : "Nous sommes les serviteurs du Dieu des cieux et de la terre …" Elle est bien dépassée, l’idée de "petites choses". Ils sont entrés dans la pensées de Dieu et accomplissent, sans se mettre eux-mêmes en avant, ce que Dieu leur commande, ils sont "serviteurs", comme ils l’ont entendu à Babylone : "Sortez de Babylone, fuyez du milieu des Chaldéens, avec une voix de chant de joie ! Déclarez et faites entendre ceci, portez-le jusqu'au bout de la terre ; dites : L'Éternel a racheté son serviteur Jacob !" (Ésaïe 48:20, voir aussi 41:8, 44:1…).

6 Copie de la lettre que Thathnaï, gouverneur de ce côté du fleuve, et Shethar-Boznaï et ses collègues d’Apharsak, de ce côté du fleuve, envoyèrent au roi Darius. 7 Ils lui envoyèrent un rapport ainsi rédigé :
 
   Au roi Darius, Paix parfaite !
8 Que le roi sache que nous sommes allés dans la province de Juda, à la maison du grand Dieu. On la bâtit en pierres de taille et on pose le bois dans les murs ; le travail se poursuit avec zèle et progresse rapidement entre leurs mains. 9 Nous avons interrogé les anciens ; nous leur avons parlé ainsi : Qui vous a donné ordre de bâtir cette maison et de restaurer cette charpente ? 10 Nous leur avons aussi demandé leurs noms, pour te les faire connaître, afin de mettre par écrit les noms des hommes qui sont à leur tête. 11 Voici la réponse qu’ils nous ont faite :

Nous sommes les serviteurs du Dieu des cieux et de la terre, et nous rebâtissons la maison qui avait été bâtie il y a bien des années ; un grand roi d'Israël l'a bâtie et achevée. 12 Mais après que nos pères eurent provoqué le Dieu des cieux, il les livra en la main de Nabuchodonosor, roi de Babylone, le Chaldéen, qui détruisit cette maison et transporta le peuple à Babylone. 13 Mais la première année de Cyrus, roi de Babylone, le roi Cyrus donna ordre de rebâtir cette maison de Dieu. 14 Le roi Cyrus enleva même du temple de Babylone les ustensiles d'or et d'argent de la maison de Dieu que Nabuchodonosor avait enlevés du temple de Jérusalem et emportés dans le temple de Babylone ; il les fit remettre au nommé Sheshbatsar qu'il avait fait gouverneur. 15 Et il lui dit : Emporte ces ustensiles, va et place-les dans le temple de Jérusalem, et que la maison de Dieu soit rebâtie sur son emplacement. 16 Ce Sheshbatsar est donc venu et il a posé les fondations de la maison de Dieu à Jérusalem ; depuis lors on la bâtit, mais elle n'est pas achevée.

17 Maintenant, si cela te semble bon, ô roi, qu'on fasse des recherches dans la maison des trésors du roi à Babylone, pour voir s’il y a eu de la part du roi Cyrus un ordre donné pour rebâtir cette maison de Dieu à Jérusalem. Puis, que le roi nous transmette sa volonté à ce sujet.

Voici une lettre absolument correcte. Le gouverneur retient-il une irritation à l’encontre des Judéens ? Nous ne pouvons pas le dire. Il assume sa mission, rend compte au roi, note fidèlement la réponse qu’il a reçue de Zorobabel, alias Sheshbatsar, selon le nom sous lequel il est connu à la cour du roi des Perses. N’oublions pas que de telles attitudes, empreintes de justice et de loyauté arrivent en ce monde ! Certes, face au chef de l’empire, Thathnaï ne pouvait faire autre chose que de s’en remettre à lui quant aux dispositions à prendre, car il ne peut être enfreint aux lois et décrets du roi…


Réponse du roi Darius – Esd.6:1-13

A bien des égards, le peuple des Mèdes fut en ces temps un modèle, le texte biblique en rend témoignage : ce n’est pas un peuple que l’on peut soudoyer (Esaïe 13:17). Le fondateur de l’Empire perse fut lui-même reçu comme un sauveur dans toutes les provinces de l’empire babylonien ; et il a promulgué la première charte connue des "Droits de l’homme". Bien loin de la brutalité de l’empire assyrien, bien différent aussi de la vaine gloire de Babylone…
 
A la lecture de la lettre venant de Judée, on s’enquiert avec soin dans les archives du royaume à Ecbatane, capitale de l’empire, et on y trouve alors le décret de Cyrus touchant Juda. Le respect du décret de son illustre prédécesseur est tout à fait remarquable, et conforme au fonctionnement séculaire du royaume, mais, derrière cette réalité, nous pouvons discerner le bras divin.

6  1 Alors le roi Darius donna ordre de faire des recherches dans la maison des archives de Babylone. 2 Et on trouva à Ectabane, la capitale dans la province de Médie, un rouleau sur lequel était écrit le mémoire suivant :

3 La première année du roi Cyrus, le roi Cyrus a donné cet ordre touchant la maison de Dieu à Jérusalem : Que la maison soit rebâtie pour être un lieu où l'on offre des sacrifices, et qu’elle ait de solides fondations. Elle aura soixante coudées de hauteur, soixante coudées de largeur, 4 trois rangées de pierres de taille et une rangée de bois neuf. Les dépenses seront payées par la maison du roi. 5 De plus, les ustensiles d'or et d'argent de la maison de Dieu, que Nabuchodonosor a enlevés du temple de Jérusalem et emportés à Babylone, soient rendus ; ils seront rapportés au temple de Jérusalem, à la place où ils étaient, et ils seront placés dans la maison de Dieu.

6 Maintenant, Thathnaï, gouverneur de l'autre côté du fleuve, Shethar-Boznaï et vous, leurs collègues d’Apharsak qui êtes de l'autre côté du fleuve, tenez-vous à l’écart, 7 1 et laissez se poursuivre le travail de cette maison de Dieu. Que le gouverneur des Judéens et les anciens des Judéens bâtissent cette maison de Dieu sur son emplacement. 8 Voici l’ordre que je donne concernant ce que vous ferez à l'égard de ces anciens des Judéens pour la construction de cette maison de Dieu : les frais, pris sur les biens du roi provenant du tribut de l'autre côté du fleuve, seront promptement payés à ces hommes, afin qu'il n’y ait pas d’interromption. 9 Ce qui leur est nécessaire pour les holocaustes au Dieu des cieux, jeunes taureaux, béliers, agneaux, froment, sel, vin, et huile, sera livré sur leurs indications aux prêtres à Jérusalem, jour après jour, et sans négligence, 10 afin qu'ils offrent des sacrifices d’odeur agréable au Dieu des cieux, et qu'ils prient pour la vie du roi et de ses fils. 11 Et voici l’ordre que je donne au sujet de quiconque transgressera cette parole : on arrachera de sa maison une pièce de bois pour l’y pendre et l’y frapper, et on fera de sa maison un tas d’immondices. 12 Que le Dieu qui fait demeurer là-bas son nom renverse tout roi et tout peuple qui étendraient la main pour transgresser cet édit en détruisant cette maison de Dieu qui est à Jérusalem ! Moi, Darius, j'ai donné cet ordre. Qu'il soit exactement exécuté.
 
13 Alors Thathnaï, gouverneur de ce côté du fleuve, Shethar-Boznaï et leurs collègues se conformèrent exactement à cet ordre que le roi Darius leur avait envoyé.

"Tenez-vous à l’écart, et laissez se poursuivre le travail de cette maison de Dieu." La conclusion de la lecture de l’édit de Cyrus, prescrivant ici les dimensions même de l’ouvrage, sont une confirmation de la démarche de foi accomplie par Zorobabel et tous les Judéens occupés à l’ouvrage. Une confirmation de cette parole prophétique : "… ne crains point, car je suis avec toi ; ne sois pas inquiet, car moi je suis ton Dieu. Je te fortifierai ; oui, je t'aiderai ; oui, je te soutiendrai par la droite de ma justice. Voici, tous ceux qui s'irritent contre toi, seront honteux et confondus ; ils seront comme un rien, et les hommes qui contestent contre toi périront. Tu les chercheras, et tu ne les trouveras pas, les hommes qui ont querelle avec toi ; ils seront comme un rien et comme néant, les hommes qui te font la guerre. Car moi, l'Éternel, ton Dieu, je tiens ta droite, moi qui te dis "Ne crains point", moi je t'aiderai." (Ésaïe 41:10-13).


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.