02/01/2012

Esdras 3:8 Reconstruction du Temple de Jérusalem


 

LA RECONSTRUCTION DU TEMPLE
ESDRAS 3:8-4:5 et 4:24

 
Il ne se passe que six mois après l’arrivée à Jérusalem avant que les travaux de reconstruction ne commencent. Dès la fête de Succot, lors du retour, des dispositions avaient été prises pour cette reconstruction : appel de tailleurs de pierre et de charpentiers, acquisition de bois de cèdre au Liban, comme il en avait été au temps de Salomon (1 Rois 5:1-10). Et le travail fut entrepris, mais bien vite le découragement survint, et il faudra l’intervention du Seigneur par le moyen d’Aggée et Zacharie, une quinzaine d’années plus tard, pour que les dirigeants et le peuple reprennent courage et se remettent au travail. Il ne faudra alors que quatre ans pour que le Second Temple soit achevé, vingt ans après le retour de Babylone, et cela alors que des ennemis avaient envoyé une lettre au roi Darius Ier pour qu’il fasse arrêter les travaux. Ainsi au plus fort de l’opposition, la foi s’est manifestée. Le travail se poursuivant, les Judéens furent confirmés dans leur entreprise par le chef de l’empire. Le Temple est inauguré et la Pâque, souvenir de la sortie d’Égypte, est alors célébrée avec une grande joie.
 
Vingt années de crainte, de découragement, mais aussi de foi, de travail et d’accomplissement.


Commencement des travaux – Esd. 3:8-13

L’année 535 commence de la plus belle manière, dans l’enthousiasme, dans la foi, sans que nul ne paraisse penser aux oppositions possibles. En effet, ils avaient l’aval du roi, et même d’avantage, étant pratiquement mandatés par lui pour la construction du Temple. Nous voyons se lever "comme un seul homme" les préposés à la direction des travaux.
 
Ce travail est sacré, et nous voyons les prêtres et les lévites célébrer avec force louanges à Dieu la pose des fondations du Second Temple.

8 La seconde année de leur arrivée à la maison de Dieu à Jérusalem, au deuxième mois, Zorobabel, fils de Shealthiel, Jéshua, fils de Jotsadak, avec le reste de leurs frères les prêtres et les lévites, et tous ceux qui étaient venus de la captivité à Jérusalem, commencèrent ; et ils établirent les lévites, depuis l'âge de vingt ans et au-dessus, pour surveiller l'œuvre de la maison de l'Éternel. 9 Et Jéshua et ses fils et ses frères, Kadmiel et ses fils qui étaient Judéens se tinrent là comme un seul homme pour surveiller ceux qui travaillaient à la maison de Dieu, avec les fils de Hénadad, leurs fils et leurs frères, les lévites.
 
10 Lorsque ceux qui bâtissaient posèrent les fondations du temple de l'Éternel, on fit assister les prêtres en tenue sacerdotale, avec les trompettes, et les lévites, fils d'Asaph, avec les cymbales, afin de louer l'Éternel selon les directives de David, roi d'Israël. 11 Ils s'entre-répondaient en louant et en célébrant l'Éternel par le chœur : "Car il est bon, car sa bonté envers Israël demeure à toujours." Et tout le peuple lança une grande acclamation en louant l'Éternel, parce qu'on posait les fondations de la maison de l'Éternel. 12 Beaucoup parmi les prêtres, les lévites et les chefs de famille âgés qui avaient vu la première maison pleuraient à haute voix pendant que l’on posait sous leurs yeux les fondations de cette maison ; et beaucoup d’autres, en revanche, faisaient retentir des acclamations de joie. 13 Le peuple ne pouvait distinguer les acclamation de joie d’avec les pleurs, car le peuple lançait une grande clameur qui s’entendait au loin.

Les fondations du temple sont posées. Une joie pure pour ces familles qui assument un tel engagement. Ce sont des hommes qui ont un projet ! Mais à quel prix ? Il leur a fallu d’abord rompre les amarres, quitter leur maison de Babylone. Ils ont laissé derrière eux, sans perspective de retour, leur maisons, leurs champs peut-être, des amis, des proches, pour un projet fou de reconstruction. Fou, car qui d’entre eux avaient connu le pays, les assemblées solennelles, les grandes réjouissances ? Seuls les aînés pouvaient avoir quelques images retenues de leur enfance. C’est la joie de l’alliance, célébrée par les prophètes et chantées dans les psaumes, qui les motive ! Il nous faut lire ces pages extraordinaires, les paroles que ces Judéens entendirent à Babylone, avant qu’ils ne prirent le chemin de Jérusalem, ces paroles consignées en fin du Livre d’Ésaïe (Esaïe 40 à 66), prononcées par des prophètes qui parlèrent deux siècles après l’homme Ésaïe, dans le même esprit que lui, et disant alors : "Sortez de Babylone" (Ésaïe 48:20).
 
Ici, nous voyons se confondre les pleurs des uns et la joie des autres, un hymne à la fidélité de l’Éternel lorsqu’ils purent mesurer cette bonté de Dieu, l’accomplissement de la promesse du retour, face à la ruine produite par l’abandon de l’alliance. La ville désolée reprenait vie, une vie nourrie des perspectives prophétiques et rattachée à son passé, à ses racines !


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.