02/01/2012

Esdras 3:1 Rétablissement du culte


 

Rétablissement du culte – Esd.3:1-7

Un foisonnement de vie ! Les familles judéennes arrivent enfin au pays, une marche de plusieurs centaines de kilomètres… Au septième mois de l’année, ils sont enfin à Jérusalem. Le livre ne parle pas de la fête du Nouvel An, célébrée au premier jour de ce septième mois, ni de la fête du Grand Pardon, Yom Kippour, qui la suit, mais tout est prêt pour célébrer Succot, la fête des Tentes.
 
"Le quinzième jour de ce septième mois, la fête des tentes sera célébrée à l'Éternel pendant sept jours… Pendant sept jours vous présenterez à l'Éternel un sacrifice fait par feu… quand vous aurez recueilli le rapport de la terre, vous célébrerez la fête de l'Éternel pendant sept jours : le premier jour il y aura repos, et le huitième jour il y aura repos. Vous habiterez sept jours dans des tentes ; tous les habitants en Israël habiteront dans des tentes, afin que vos générations sachent que j'ai fait habiter les fils d'Israël dans des tentes, lorsque je les fis sortir du pays d'Égypte. Moi, je suis votre Dieu." (Lévitique 23:34-43).
 
C’est la dernière des fêtes de l’année religieuse, une célébration des bienfaits de l’Éternel. Une fête heureuse, un temps de joie durant lequel les Israélites étaient conduits à se souvenir du chemin parcouru, le chemin du désert sans doute, mais aussi de toutes les années qui suivirent, dans un pays "ruisselant de lait et de miel" (Exode 3:8). Nous pouvons bien nous arrêter sur cette qualification du pays, et regarder, dans la vie d’Israël, ce qui a la saveur du lait et du miel, et nous verrons alors les privilèges dont ils furent comblés, même si ce bonheur prit une couleur d’ennui, lorsqu’ils convoitèrent la gloire des nations d’alentour. La manne du désert, avec son "goût d'un gâteau au miel" leur apparut bien vite comme "un pain misérable" dont ils s’étaient dégoutés (Exode 16:31, Nombres 21:5).
 
Mais en ces jours, la délivrance de l’exil était au cœur des migrants revenus au pays ; et la fête des tentes a été célébrée dans une grande émotion.

3  1 Le septième mois arriva, et les Israélites étaient dans leurs villes. Alors, le peuple s'assembla à Jérusalem, comme un seul homme. 2 Jéshua, fils de Jotsadak, avec ses frères les prêtres, et Zorobabel, fils de Shealthiel, et ses frères, se levèrent et bâtirent l'autel du Dieu d'Israël, pour y offrir des holocaustes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse, homme de Dieu. 3 Ils rétablirent l'autel sur ses assises, malgré la terreur des peuples de ces contrées, et ils offrirent là des holocaustes à l'Éternel, les holocaustes du matin et du soir. 4 Ils célébrèrent la fête des tentes, comme il est écrit, et, jour après jour, les holocaustes, en nombre adéquat, selon l'ordonnance pour chaque jour. 5 Après cela ils offrirent l’holocauste continuel, ceux des nouvelles lunes et de tous les jours solennels de l'Éternel qui étaient sanctifiés, et ceux de tous ceux qui offraient une offrande volontaire à l'Éternel. 6 Dès le premier jour du septième mois, ils commencèrent à offrir des holocaustes à l'Éternel. Cependant, les fondations du temple de l'Éternel n'étaient pas encore posés. 7 Ils donnèrent de l'argent aux tailleurs de pierres et aux charpentiers, des vivres et des boissons et de l'huile aux Sidoniens et aux Tyriens, pour amener des bois de cèdre du Liban à la mer de Japho, suivant l'autorisation qu'ils avaient de Cyrus, roi de Perse.

Dans l’enthousiasme du retour et la joie de la restauration de l’autel des holocaustes, il est un élan partagé : celui de la louange à Dieu, à l’Éternel qui n’oublie aucune de ses promesses, ainsi que l’a maintes fois répété le prophète Jérémie. Celui-ci prononça plus d’une fois au nom du Seigneur ces paroles : "Et il arrivera qu'après que je les aurai arrachés, je leur ferai de nouveau miséricorde et je les ferai retourner chacun à son héritage et chacun dans son pays" (Jérémie 12:15, lire aussi 23:3, 30:3).
 
Ce mouvement des premiers jours en terre d’Israël ne peut être oublié, car il exprime ce que les Judéens remontés de Babylone avaient au cœur, ayant été soutenu par les paroles de foi et de confiance que nous pouvons lire, après qu’ils les aient entendues, dans la deuxième partie du Livre d’Ésaïe ; ces paroles prononcées par un ou des prophètes dont nous ne connaissons par le nom, et qui se leva, ou se levèrent, vers la fin des soixante-dix ans de puissance de Babylone annoncées par Jérémie (Jér.25:11, 29:10), lorsque s’avançait le chef de l’armée des Mèdes et des Perses. Accomplissement d’une annonce pleine de force : "Voici, je réveille contre eux les Mèdes, qui n'estiment pas l'argent, et, quant à l'or, n'y prennent pas de plaisir" (Ésaïe 13:17).
 
En passant, soulignons ce que nous trouvons ici, dans la parole de Dieu, cet écrit à propos d’un peuple d’entre les nations. Devenu roi des Mèdes et des Perses, Cyrus II devient aussi le garant de ce rétablissement du Temple et de la ville de Jérusalem. Ce n’est pas la gloire pour Israël, mais les Judéens remontés dans leur pays sont conscients de la grâce et de la fidélité de Dieu. Cette reconnaissance les pousse aux pas suivants à accomplir, à savoir la reconstruction du Temple.


 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

21:00 Écrit par Eric dans Esdras 1 à 6, ESDRAS ET NEHEMIE | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.